Skip to Content

Aider Votre Bébé À Bien Parler : Guide Complet Pour Les Parents

Aider Votre Bébé À Bien Parler : Guide Complet Pour Les Parents

Avant d’apprendre à parler dans une vraie langue, les bébés babillent et roucoulent, jouant avec les sons. C’est le langage des bébés, et les sons qu’ils émettent se ressemblent partout dans le monde.

Alors, quand est-ce que vous pouvez vous attendre à entendre les premiers mots de votre bébé ? Les étapes cruciales de l’apprentissage de la parole par un bébé se situent au cours des trois premières années de sa vie, lorsque son cerveau se développe rapidement.

Pendant cette période, le développement de la parole de votre bébé dépend de vos compétences en matière de « langage des bébé » ainsi que de celles de votre bébé.

Le premier langage de bébé est non verbal et se produit peu après la naissance. Votre bébé grimace, pleure et se tortille pour exprimer toute une gamme d’émotions et de besoins physiques, de la peur à la faim en passant par la frustration et la surcharge sensorielle.

C’est pourquoi, les jeunes parents doivent apprendre à écouter et à interpréter les différents cris de leur bébé. Cela dit, le moment où votre bébé prononcera ces premiers mots magiques varie beaucoup d’un bébé à l’autre.

Pour en savoir plus sur le langage des bébés et la manière d’aider votre bébé à bien parler dès les premiers mois de sa naissance, poursuivez la lecture et découvrez tous nos bons conseils.

De 0 à 6 mois

mère et bébé câlins au lit

• Tenez votre bébé près de vous et regardez-le lorsque vous lui parlez. Les bébés aiment le contact visuel, en vous regardant, ils réagissent à vos paroles.

• Parlez de ce que vous faites lorsque vous le nourrissez, le changez ou lui donnez son bain.

• Chantez à votre bébé – cela l’aide à s’habituer au rythme du langage.

• Répétez à votre bébé les sons qu’il émet : il apprendra ainsi à écouter et à prendre son tour dans une conversation.

• Parlez d’une voix chantante : cela permet de retenir l’attention de votre bébé.

De 6 à 12 mois

mère jouant avec son petit garçon

• Nommez et montrez du doigt les objets que vous pouvez tous deux voir, par exemple : « Oh, regarde, un chat ! » Cela aidera votre bébé à apprendre des mots et, avec le temps, il commencera à vous imiter. À mesure que votre bébé grandit, ajoutez des détails, par exemple : « Oh regarde, un chat noir ! ».

• Commencez à lire des histoires pour les tout-petits – vous n’êtes pas obligé(e) de lire le texte, parlez simplement de ce que vous voyez.

• Ne proposez une tétine que lorsque c’est l’heure de dormir. Il est difficile d’apprendre à parler avec une tétine dans la bouche. Essayez d’arrêter complètement d’utiliser des tétines à 12 mois.

• Jouez à des jeux comme « Coucou » et « Il est où le bébé ». Cela permet à votre bébé d’acquérir des compétences importantes comme le fait de se relayer, d’être attentif et d’écouter.

De 12 à 18 mois

papa nourrit son fils dans la cuisine

• Si votre enfant essaie de dire un mot mais qu’il se trompe, dites le mot correctement. Par exemple, s’il montre un chat et dit « ça », vous devez répondre par « Oui, c’est un chat ». Ne le critiquez pas et ne le réprimandez pas s’il se trompe de mot.

• Augmentez le vocabulaire de votre enfant en lui donnant le choix, par exemple : « Veux-tu une pomme ou une banane ? ».

• Les jouets et les livres qui font du bruit ont un rôle important dans la capacité d’écoute de votre enfant, alors prenez plaisir à chanter ensemble des comptines et des chansons pendant que bébé grandit, en particulier celles qui comportent des actions, car le fait de faire les gestes aide votre enfant à se souvenir des paroles.

De 18 à 24 mois

mère lisant un livre à son fils à l'heure du coucher
• Répétez certains mots du quotidien, par exemple : « Où sont tes chaussures ? » , « Portes-tu des chaussures bleues aujourd’hui ? » et « Mets tes chaussures ». La répétition aide votre enfant à se souvenir des mots.

•Utilisez des instructions simples – votre enfant comprendra certaines instructions à cet âge, comme : « Prends ton manteau » ou « Ferme la porte ». Faites en sorte que les instructions soient courtes et simples afin que votre bambin puisse mieux les comprendre.

• Essayez de demander « Où est ton ? » – demandez à votre enfant de désigner son oreille, son nez, son pied, etc.

• Limitez le temps de télévision quotidien de votre enfant à 30 minutes maximum pour les enfants de moins de 24 mois. Jouer et écouter des histoires est plus utile pour les tout-petits pour une bonne acquisition du langage.

2 à 3 ans

mère et fille dans la coloration de la chambre

• Aidez-le à construire ses premières phrases – votre enfant commencera à assembler des phrases simples vers l’âge de 2 ans. Essayez de lui répondre en utilisant des phrases de quelques mots plus longs. Par exemple, s’il dit : « Enlève la chaussette », répondez par : « Oui, nous enlevons ta chaussette ».

• Attirez l’attention de votre enfant en disant son nom au début d’une phrase. Si vous lui posez une question, laissez-lui le temps de vous répondre.

• Apprenez-lui les mots qui vont ensemble – par exemple, vous pouvez lui montrer une balle, un nounours et un hochet, puis dire le mot « jouet ».

• Commencez à utiliser des sons ayant un sens (des onomatopées), comme dire « oups » ou « oh-oh » lorsque vous faites tomber quelque chose par accident, ou dire « miaou » en leur montrant l’image d’un chat.

• Éteignez la télévision et la radio : les bruits de fond empêchent votre enfant de vous écouter.

Parlez en nettoyant – les enfants de cet âge aiment aider. Parlez de ce que vous faites pendant que vous faites les courses, la cuisine et le ménage ensemble.

Si vous pensez que votre bébé ne franchit pas l’une des étapes importantes du développement du langage, ou qu’il possède certains troubles du langage, parlez-en à votre pédiatre ou à votre médecin de famille, qui, si nécessaire, vous conseillera d’aller voir un orthophoniste.

20 conseils pour aider votre bébé à bien parler

heureuse mère et enfant allongé sur le lit

Bien que cela puisse paraître surprenant, les nouveau-nés commencent à apprendre le langage alors qu’ils sont encore dans l’utérus.

Lorsqu’ils viennent au monde, les nourrissons connaissent le rythme de la parole, la musique et peut-être même quelques mots de vocabulaire, même s’ils ne peuvent pas encore les exprimer.

Comme le processus d’apprentissage du langage commence déjà dans l’utérus, il existe des techniques que vous pouvez employer pour faire participer plus pleinement les centres du langage de votre enfant dès le plus jeune âge.

I. Stimuler le langage dans l’utérus

1. Écoutez de la musique

Vous pouvez le faire de la même manière que vous le feriez en temps normal, écoutez de la musique sur une chaîne stéréo ou dans votre voiture.

• Le volume recommandé pour que votre enfant apprécie au mieux la musique que vous lui faites écouter doit se situer à peu près au niveau du bruit ambiant d’une machine à laver.

• Les enfants commencent à entendre et à comprendre les sons dans l’utérus à environ 25 semaines de grossesse.

• Exposer votre enfant à la musique dans l’utérus ne garantit pas qu’il sera doué pour les mathématiques ou la musique, mais en l’exposant aux sons, vous l’entraînez à les différencier.

• Les mélodies simples seront moins accablantes pour votre enfant. Optez pour des chansons avec lesquelles vous pourriez endormir votre bébé, ou à des comptines.

2. Parlez à votre bébé durant la grossesse

Les enfants sont capables de reconnaître les voix des parents et des membres de la famille qu’ils ont entendues lorsqu’ils étaient dans le ventre de leur mère.

En parlant à votre bébé ou en lui lisant des histoires, vous l’aiderez à commencer à apprendre les sons alors qu’il est encore dans le ventre de sa mère.

3. Trouvez un environnement multilingue

mère assise par terre lisant un livre à son enfant

Les différentes langues suivent différentes règles d’accentuation et d’intonation. Des études ont montré que votre nouveau-né sera capable d’identifier sa langue maternelle, et qu’il pourrait donc bénéficier d’une familiarisation avec d’autres langues. Vous pouvez alors :

• Regarder des films étrangers.

• Assister à des cours de langue.

4. Chantez des chansons éducatives

S’il est peu probable que votre enfant apprenne la chanson que vous lui chantez comme le font les jeunes enfants ou les adultes, le fait de le familiariser avec des chansons courantes de son enfance peut l’encourager à les apprendre après sa naissance.

II. Encourager le développement du langage

5. Répondez à votre bébé

Votre bébé ne sera probablement pas capable d’articuler des mots avant l’âge de 10 à 13 mois, mais il roucoulera et pleurera pour communiquer. Répondez-lui comme vous le feriez normalement et ne vous inquiétez pas d’utiliser le langage bébé.

Le langage de bébé utilisé pour communiquer avec les jeunes enfants peut en fait contribuer à retenir l’attention de votre enfant et à stimuler son apprentissage du langage.

Le langage du nourrisson (également appelé langage maternel ou langage bébé) encourage votre bébé à pratiquer des vocalisations. Pour ce faire, tenez votre bébé ou allongez-le sur le sol.

• Regardez votre bébé et imitez ou développez les sons qu’il émet. Faites une pause pour permettre à votre bébé de « répondre ». Ceci est le début d’une conversation à bâtons rompus entre vous et votre enfant !

• Essayez d’associer les roucoulements et les cris aux objets vers lesquels votre bébé dirige ses sons. Au lieu de lui apporter un biberon, demandez-lui : « Bébé a-t-il envie de son biberon ? Papa va t’apporter ton biberon ».

•Associez des objets spécifiques à vos réponses orales. Vous pouvez demander : « Est-ce que c’est ça que tu veux ? Est-ce que bébé Téo veut son éléphant en peluche ? »

6. Suivez les indications de votre enfant

mère et fille jouant s'amusant au lit

C’est particulièrement important lorsqu’il apprend à coordonner sa parole avec son nouveau vocabulaire.

Il peut faire un certain bruit ou pleurer quand il a faim ou qu’il a besoin d’être changé. Répondez-y comme vous le feriez normalement avec le langage parlé, en disant des choses comme :

• « On dirait que la petite Emma a besoin de changer sa couche ! As-tu besoin de changer ta couche ? On va te donner une nouvelle couche ! »

• « Bébé Guillaume a-t-il faim ? C’est presque l’heure du déjeuner. Allons préparer son biberon. »

• « As-tu envie d’en avoir plus ? Tu veux plus de lait ? Voilà pour toi ! »

7. Décrivez tout ce que vous faites

Lorsque vous interagissez avec votre bébé ou que vous faites quelque chose devant lui, décrivez le processus pendant que vous le faites.

Vous pouvez décrire ce que vous achetez au supermarché, la façon dont vous l’attachez dans son siège d’auto ou même ce que vous préparez pour le déjeuner.

• « Est-ce que Camille a besoin d’aide pour sortir son jouet de l’étagère ? J’arrive tout de suite, chérie. Laisse juste maman faire la vaisselle. Lave, lave, lave ! »

• « Regarde, Sarah ! Castro veut rentrer après être allé au pot dehors. Bon garçon, Castro. »

• « Que fait papa ? Il prend l’histoire préférée de Kevin ? Regarde Kevin ! Je l’ai dans mes mains. Hourra ! Asseyons-nous et lisons l’histoire ensemble. »

8. Décrivez ce que fait votre bébé

mère jouant avec bébé

• Par exemple, s’il frappe dans ses mains, dites : « Oh là là tu frappes si bien dans tes mains, Gabriel ! ». Lorsqu’il est excité de voir un membre de la famille s’approcher de lui, vous pouvez dire : « Et voilà papa qui arrive, Nathan ! Es-tu content de voir papa ? ».

• Même si c’est quelque chose qui vient naturellement pour la plupart des parents, en disant : « Ceci est ton jouet ! Tu joues avec ton jouet ? », vous aiderez votre bébé à faire des liens entre les objets et les mots, ainsi qu’entre ses propres actions et son nom.

9. Parlez régulièrement à votre enfant

Vous pouvez penser que vous encouragez un comportement trop bavard lorsque vous racontez la vie quotidienne à votre enfant, mais ce n’est pas le cas.

Ne vous inquiétez pas pour cela, car votre enfant entendra et comprendra beaucoup de choses, et pourra même capter votre hésitation. Après tout, même les jeunes enfants peuvent comprendre les expressions faciales.

• Les enfants à qui l’on ne parle pas assez pendant le développement du langage en subissent souvent les conséquences négatives plus tard dans leur vie.

• Certaines recherches suggèrent que les enfants de familles bavardes sont plus stimulés sur le plan linguistique en raison de l’échange régulier de langage. Cela pourrait être un lien potentiel avec de meilleures performances aux tests de lecture à un âge plus avancé.

10. Faites des exercices d’articulation avec votre enfant

Les expressions difficiles peuvent faire trébucher même les locuteurs expérimentés, et il peut s’agir d’exercices amusants à pratiquer avec votre enfant. Vous pouvez répéter les expressions quotidiennes difficiles qui vous font perdre la parole, ou essayer des virelangues simples.

11. Parlez à voix basse avec votre enfant pendant les exercices

Les enfants sont sensibles aux sons et peuvent être facilement perturbés par des bruits forts ou déroutants. Le niveau sonore des unités de soins intensifs néonatals est de 50 décibels, soit le bruit d’une conversation ordinaire à la maison.

12. Lisez des histoires à votre enfant

mère lisant une histoire à ses enfants

Il a été prouvé que la lecture a une influence positive puissante sur le développement de votre enfant, y compris sur l’apprentissage de la parole. La lecture aidera à développer son imagination et contribuera également à l’élargissement de son vocabulaire.

Les mots familiers seront renforcés dans son esprit, ce qui lui permettra de commencer à utiliser ces nouveaux mots.

Vous n’avez pas besoin d’attendre que votre enfant soit assez grand pour donner un sens aux mots sur les pages. Un livre avec des images colorées peut devenir une activité pédagogique avant la sieste.

III. Réagir de manière appropriée tout en apprenant à parler

13. Soyez patient(e) avec les étapes du développement du langage

Vous ne voulez que le meilleur pour votre enfant, et lorsque vous pensez qu’il devrait être à un certain niveau et qu’il ne l’est pas, cela peut être frustrant pour un parent.

Cependant, votre enfant apprendra la langue à son propre rythme, et il est important d’être patient et encourageant avec lui pendant qu’il donne un sens au vocabulaire et à la grammaire.

14. Remarquez et traitez les retards de développement

père et fils assis dans le salon en train de parler

Dans la plupart des cas, il n’y a pas lieu de s’inquiéter, mais parfois, l’absence de parole, de contrôle moteur ou d’autres caractéristiques peuvent indiquer un retard de développement chez votre enfant.

La reconnaissance précoce d’un retard peut souvent permettre de résoudre le problème. Voici quelques signes que pouvez porter à l’attention de votre pédiatre si vous les remarquez :

• 3-4 mois : un mauvais soutien de la tête, pas de babillage ou des bruits peu fréquents, un croisement régulier des yeux et un manque de sourire social.

• 4-7 mois : corps trop rigide ou mou, difficulté à maintenir la tête stable, difficulté à s’asseoir, absence de réponse aux bruits/sourire social, absence d’affection exprimée envers les personnes qui s’occupent de lui, et n’interagit pas avec les objets.

• 7-12 mois : ne rampe pas, n’est pas régulier lorsqu’il rampe (1 mois après avoir commencé), ne peut pas se tenir debout avec de l’aide, manque de curiosité (en particulier pour les jeux de cachette), parle peu et n’utilise pas le langage corporel.

• 13-24 mois : incapable de marcher à 18 mois, ne peut pas donner un sens aux objets quotidiens ou les utiliser, ne peut pas vocaliser un minimum de 6 mots à 18 mois ou des réponses de 2 mots à 24 mois, ne répète pas et n’imite pas les mots et les actions, ne peut pas suivre des instructions simples, perd des compétences précédemment maîtrisées.

• 3-5 ans : retards de langage (bégaiement, zozotement, difficultés d’articulation), mauvaise motricité et compétences sociales/émotionnelles sous-développées.

15. Réagir au babillage de l’enfant

Au cours de la phase pré-linguistique (0-13 mois), votre enfant babille, pleure, roucoule et imite certains sons avec un faible contrôle. Vers la fin de cette phase, il peut même commencer à dire « dadada » ou « mamama ». Encouragez ces sons et associez-les à des actions et des objets tout au long de cette phase.

16. Interagir avec des communications à mot unique

Au cours de la phase holophrastique (10 à 13 mois), votre bébé parlera principalement d’un seul mot à la fois, en ajoutant du sens grâce au contexte et aux indices non verbaux.Par exemple, il peut dire « Dada » avec force, indiquant qu’il veut que son père vienne à lui.

17. Engager la communication à 2 mots avec un discours normal

parent et garçon peignant sur papier avec des aquarelles

La phase de phrase à 2 mots (vers 18 mois) est celle où votre enfant commencera à joindre les parties du discours ensemble.

Il mettra souvent des noms avec des adjectifs ou des verbes avec des modificateurs dans des expressions telles que « Bouteille donne », « Où dada ? » et « Pas mama ».

18. Encouragez un langage plus compliqué, même s’il est incorrect

Au stade des phrases à mots multiples (2-2,5 ans), votre enfant commencera à assembler les règles du langage.

À ce stade, il fera probablement de nombreuses erreurs linguistiques, comme « Je attrapé » ou « Je tombé », et c’est tout à fait normal, car ça fait partie du processus d’apprentissage.

Encouragez ses efforts pour qu’il sache que vous êtes fier(ère) de ses tentatives de communication.

19. Posez des questions plus compliquées au fur et à mesure que ses capacités augmentent

Lorsque votre enfant atteint la phase des phrases complexes (2,5 à 3 ans), il s’entraîne à parler. Il commencera à essayer de mettre ses pensées dans des schémas plus compliqués même si les erreurs sont toujours nombreuses à ce stade.

Ne punissez pas votre enfant pour une mauvaise grammaire ; cela peut le rendre craintif à l’idée de parler et de faire une erreur.

20. Menez des conversations complètes

Au stade de la phrase d’adulte (5-6 ans), la grammaire de votre enfant devrait être presque native et son utilisation de structures même complexes devrait être sans faille.

Continuez à encourager la lecture et la conversation, car cela stimulera encore ses centres linguistiques et l’aidera à poursuivre son apprentissage.