Qu’est-ce qu’une attirance physique ? Qu’est-ce qu’une attirance physique incontrôlable ? Existe-t-il une attirance contrôlable ?

Qui dit attirance physique, dit attirance sexuelle ? Est-ce une histoire de phéromones ? S’agit-il de désir sexuel ?

Est-on attiré physiquement dans une relation amoureuse ? La façon dont se manifeste l’attirance physique dépend-elle du type de personnes ?

Y a-t-il un type de personnes ou de choses par lequel on est attiré.e ? A-t-on forcément envie de faire l’amour avec la personne dont on est attiré.e ?

L’attirance physique est-elle un prérequis aux débuts de relations amoureuses ? L’attirance physique est-elle un prérequis aux débuts de relations sexuelles ?

Peut-on contrôler une attirance physique et éviter le contact physique ? Dans quels cas ? Et pourquoi ?

Est-il purement question de physique dans un attirance physique ? Que fait-on des sentiments amoureux ?

L’attirance physique incontrôlable est-elle synonyme de coup de foudre ?

J’adore poser des questions et ne pas y répondre. Ou plutôt, je dirais que j’adore poser des questions et y répondre de manière très indirecte et très personnelle en essayant de me baser sur ma propre expérience des choses et de la partager.

C’est ce que je vais faire ici dans cet article au sujet de l’attirance physique incontrôlable.

Portrait d'une femme brune souriante

Je vais commencer à faire une listées personnes et des choses par lesquelles je suis incontrôlablement attirée. Je vous invite d’ailleurs à faire de même : c’est un exercice très agréable et il peut vous révéler des éléments sur vous.

Cette liste servira à illustrer le fait que l’attirance physique ne s’entend pas seulement au sens d’attraction physique d’une personne avec un désir sexuel.

Dans un sens plus stricte, l’attirance physique fait bien référence à l’attirance (sexuelle) envers une personne. Je vais un peu explorer ce qu’il en est pour moi dans ce domaine.

Ce que vous pouvez aussi faire pour vous et ce qui aide à mieux se connaître.

Les différentes périodes de ma vie sont marquées par des gestions et des vécus différents de l’attirance physique envers les autres personnes.

Ainsi, je soutiens le crédo cartésien parodié : ” je suis attirée donc je suis “. Nous sommes tous en partie identitairement définis par nos attirances.

Je suis incontrôlablement physiquement attirée par…

portrait d'une belle femme souriante

– … mon chat.

– … les friperies.

– … les beaux vêtements.

– … les vieux objets bien vintage.

– … un certain type de musique.

– … mon amour.

– … par la lecture de bandes-dessinées.

– … l’écriture.

– … les personnes qui ont une certaine énergie.

– … le chocolat.

– … les biscuits.

– … le café.

– … les personnes qui me ressemblent.

– … les personnes qui ne me ressemblent pas.

– … les cinémas de quartier.

– … les films d’art et d’essai.

– … les arts queer.

– … les idées queer.

– … les théories du care et du soin.

– … le bien-être.

– … l’idée de relation durable.

– … les travaux manuels.

– … les activités créatives.

– … les chaussures qui sont à mon goût.

– … les vêtements bling-bling.

– … le sauna.

– … le ukulélé.

– … le matin.

– … la nuit.

– … la lune.

– … le soleil.

– … les cafés alternatifs.

– … les bars alternatifs.

– … la mer.

– … le sable.

– … les beaux objets de décoration.

– … le thé vert à la menthe.

– … les personnes ouvertes d’esprit.

– … les boîtes de nuit alternatives.

– … la danse orientale.

– … les bains chauds.

– … les longues douches chaudes.

– … les endroits chauds.

– … les endroits calmes.

– … les endroits isolés.

– … les appareils photo jetables.

– … l’odeur des livres neufs.

– … l’odeur des vieux livres.

– … les bijoux qui brillent.

– … le henné.

– … les sandales Birkenstock.

– … le rouge.

– … le velours.

– … le flashy.

– … le kitsch.

– … les percussions.
– …

Bon d’accord… vous vous dites que je me moque de vous ? Vous vous dites que c’est une liste complètement bidon et qu’elle n’a rien à voir avec l’attirance physique.

Mais je ne suis pas d’accord. Ma liste a bien du sens car je suis bel et bien physiquement attirée par tout ce que j’ai énoncé (et j’ai dû oublié un bon nombre de choses, de lieux, de personnes…). Et il s’agit bien d’une attirance physique.

L’attraction physique au sens large

une femme heureuse allongée sur un champ portant une couronne de fleurs

J’ai une attirance physique incontrôlable pour le henné que je mets sur mes cheveux une fois tous les quatre ou six mois et que je laisse reposer toute une nuit pour avoir la couleur la plus rougeoyante qui soit sur mes cheveux bruns.

C’est bien une attirance physique parce qu’il y a un vrai contact physique entre l’autre (ici le henné) et moi ou du moins une partie de moi (mes cheveux).

De même avec les vêtements et les chaussures : ils me touchent. Nous sommes bien en contact les uns avec les autres.

Le café, le chocolat, le thé à la menthe et les biscuits entrent même en contact physique avec mon organisme interne. Qu’y a-t-il de plus intime qu’un biscuit au chocolat qui est mis dans la bouche, mâché, avalé, digéré. Le processus lui-même est très intime.

Pour ce qui est des objets et des expériences impossibles à toucher au sens propre du terme comme la musique, la lune, le matin, la nuit, le soleil, les idées, les arts, les théories etc, le toucher s’opère par d’autres biais et d’autres sens que le toucher et le contact physique.

On peut aussi être attirée par quelque chose qui nous touche par le biais de l’ouïe, par la vue, par l’odorat, par le biais des mots et des idées.

Je crois qu’une attraction a des origines et qu’elle peut s’expliquer. On n’est pas attiré par pur hasard par quelqu’un ou quelque chose.

Les intérêts personnels ont un lien avec les expériences vécues dans l’enfance et l’adolescence, voire à l’âge adulte. L’intérêt personnel pour quelqu’un ou pour quelque chose est provoqué dans des zones du cerveau dans lesquelles sont logés les souvenirs et les expériences du passé.

Bref, l’attraction est présente chez tous les individus et elle est ressentie par tous.tes au moins une fois dans sa vie.

Dans un sens plus restreint, on entend par attirance physique l’attirance physique qui s’accompagne souvent d’un désir sexuel pour une autre personne.

Mon attirance physique envers les êtres humains

belle femme souriante assise sur un canapé

Je crois que la toute première fois que j’ai été attirée par une personne, c’était vers l’âge de cinq ans lorsque je suis allée à l’école pour le première fois, plus précisément à la maternelle. Avant cela, je n’avais jamais mis les pieds dans une crèche ou autre établissement.

Je ne sais d’ailleurs pas exactement comment mes journées s’organisaient ni qui même me gardait et s’occupait de moi la plupart du temps. Était-ce ma mère qui travaillait ?

Était-ce mon père qui travaillait aussi ? Certainement un mélange des deux.

Était-ce ma soeur plus âgée que moi de trois ans ? Peut-être pas tout de même.

Était-ce mes grands-parents maternels ou paternels ? Certainement pendant les longues périodes des vacances d’été.

Vers mes cinq ans, donc, je me retrouve dans une classe avec d’autres enfants de mon âge pour la première fois. Quelle expérience traumatisante !

Je pleurais beaucoup quand mes parents m’y déposaient. C’était extrêmement difficile pour moi et je ne savais pas pourquoi.

Personne ne s’y est vraiment intéressé.

L’attirance physique dans mon enfance

petit garçon chuchotant à lannée des petites filles

Quoi qu’il en soit, c’est pendant cette première année de scolarisation que j’ai ressenti de l’attraction pour des personnes. Particulièrement deux personnes.

La première était une autre enfant de ma classe. Je ne me souviens pas de son nom mais je me souviens avoir eu une relation privilégiée avec elle. Peut-être même était-ce la seule personne avec qui j’acceptais de rester à l’école.

Je crois même me souvenir que c’était la seule personne grâce à laquelle j’arrivais à être rassurée dans l’espace de l’école.

Ce fut ma première amie qui ne soit pas du cercle familial car avant elle, dans ma famille, je considérais ma soeur comme mon amie, quelques cousines comme mes amies, mes grands-mères paternelle et maternelle comme mes amies, mon grand-père paternel comme mon ami ainsi que les chien.ne.s des mes grands-parents maternels comme mes ami.e.s.

La deuxième personne par laquelle j’ai été attirée durant cette année de maternelle, c’était un autre enfant, lui aussi dans ma classe.

Cette fois-ci, l’attraction que j’ai ressenti pour lui n’était pas la même que celle ressentie par ma plus proche copine à l’école.

Je me souviens même encore de son nom et de son visage d’enfant. C’était un garçon et le type spécial d’attraction que j’ai eu pour lui déjà à l’âge de cinq ans témoigne bien de mon orientation sexuelle hétérosexuelle.

D’ailleurs, malheureusement, je ne suis jamais devenue son amie. Je crois que nous nous étions même à peine adressés la parole.

D’ailleurs, j’ai le souvenir que les groupes étaient très genres : les filles restaient entre filles et les garçons restaient entre garçons.

Durant toute mon enfance, je suis restée dans cette dualité fille-garçon et je n’ai jamais eu de fréquentations avec des garçons que jusqu’à la classe de CM2.

Mes amies les plus proches ont toujours été des filles et j’avais beaucoup d’attraction pour les filles bien que ce n’était pas de l’attraction sexuelle.

En revanche avec les garçons, je sentais bien qu’il y avait une différence, quelque chose de plus irrationnel.

L’attirance physique dans mon adolescence

Un couple d'adolescents heureux dans des lunettes de soleil allongé sur l'herbe et prenant selfie à l'été

En CM2, donc, j’ai fréquenté pour la première fois un garçon. Ce n’était pas un ami proche à proprement parler mais nous faisions partie du même groupe d’amis en quelque sorte.

Je me souviens très bien de son prénom. Je crois que j’étais amoureuse de lui.

Ou du moins, je pensais être amoureuse de lui. Je crois maintenant que c’était tout simplement de la découverte, de la curiosité et de l’attraction physique.

Au collège, tout à changé. Je suis devenue celle qui attire. Tout à coup, j’ai fait face à une nouvelle situation. J’ai commencé à voir que des garçons étaient attirés par moi.

Une chose hilarante ou du moins intéressante à noter : les garçons qui m’attiraient ne semblaient pas être attirés par moi.

Deuxième chose : je n’exprimais ou ne montrais jamais mon intérêt pour un garçon qui m’attirait.

Troisième chose : j’acceptais facilement de ” sortir ” avec des garçons qui venaient me présenter leur intérêt pour ma personne ou de moins pour mon apparence, alors même que je n’avais aucune attraction pour eux.

Ainsi, mon exploration de l’attraction physique dans mon enfance et dans mon adolescence était finalement très limitée, très binaire.

De mon côté, je n’exprimais jamais mon attraction pour les autres. De l’autre, j’acceptais les invitations des autres que je n’en avais pas forcément envie.

Pourquoi ? Je crois que c’est en partie dû à la binaire évidente autant à la maison qu’à l’école, à la pauvreté des exemples relationnels autour de moi, à une manque d’amour à combler en moi.

Ainsi, au lycée, je me souviens m’être concentrée principalement sur mes études et avoir eu un groupe d’amis mixte très sympathique.

Je ressentais probablement de l’attraction physique pour un tel ou un autre mais je n’en ai pas de souvenirs marquants.

Sans doute étais-je très déçue de ma maigre expérience et préféré me focaliser sur autre chose.

L’attirance physique vers l’âge adulte

Joli couple étreignant dans la ville

Après le lycée et pendant mes études supérieures, il y a eu plusieurs phases dans ma gestion de l’attirance physique.

Pendant une première période, j’étais une personne extrêmement solitaire, très studieuse. Même s’il m’arrivait de trouver une personne belle, d’être attirée par quelqu’un, c’était un sentiment qui n’était pas central dans ma vie et que je n’ai jamais osé réalisé en rencontre.

Ce n’est que lorsque je suis partie en année d’échange universitaire que j’ai eu à nouveau des expériences de rencontres incluant de l’attirance physique.

Cela ne m’a pas forcément mené sur de bons chemins mais j’ai pu vivre des expériences, apprendre à mieux me connaître et aller de l’avant.

En rentrant de mon année universitaire d’échange, j’ai rencontrée une personne magnifique qui a contribué à la guérison de mes douleurs du passé.

C’est avec cette personne que j’ai bien compris que l’attirance physique n’était qu’une infime partie des relations humaines.

J’ai alors compris que l’attirance physique envers une personne pouvait s’accroître ou alors au contraire diminuer considérablement et ce, même après le premier rendez-vous.

Ce fut ma première vraie relation amoureuse et elle a duré environ trois ans et demi. Je remercie cette belle personne de s’être ouverte à moi, d’avoir partagé avec moi tout ce qu’elle a pu, son amour, sa patience, sa considération, son amitié, son temps…

Après cette longue relation, je me suis retrouvée dans un schéma mi-figue, mi-raisin.

J’ai eu des relations humaines qui tournaient principalement autour du désir sexuel. C’était une période de ma vie intéressante car je n’en avais jamais connu de semblable auparavant. Une véritable exploration de moi-même.

Jusqu’au moment où j’ai rencontré une personne avec qui il y a eu une grande attirance physique, une grande attirance sexuelle mais aussi une belle connexion intellectuelle et amoureuse.

À partir de là, j’ai commencé à vivre la relation de mes rêves. Cela ne m’était jamais arrivé auparavant d’être à la fois attirée physiquement, sexuellement et intellectuellement par la même personne et que cela soit totalement réciproque.

Je crois que cette rencontre a changé mes perspectives.

Je suis attirée donc je suis

portrait d'une belle femme au trèfle

Je suis attirée donc je suis. Tout ce par quoi ou par qui je suis attirée participe à définir mon identité. Et tout ce qui est attiré par moi semble aussi faire partie de mon identité ou de moins la participer à la construire.

L’attirance physique, l’attirance sexuelle ainsi que d’autres types d’attirances avec des êtres humains, des êtres non-humains ou des êtres non sentients sont très intéressants à analysés dans une vie.

Cela peut-être un bon angle pour construire les relations, pour déconstruire les relations ou pour les reconstruire.

Mon Attirance Physique Incontrôlable : Je Suis Attirée Donc Je Suis