J’ai déjà perdu 2 ans, 25 jours, 2 heures et 12 minutes à déchiffrer tes signaux contradictoires et je n’ai plus envie de perdre une seconde de plus. J’ai décidé de ne plus attendre un miracle.

Je ne passerai pas ma vie entière à espérer quelque chose qui ne viendra jamais. À partir de maintenant, j’ai décidé d’y mettre un terme.

Je sais que tu n’es probablement pas d’accord avec ça. Je sais que tu voudrais que je revienne maintenant que je suis en train de te glisser entre les doigts.

Je le sais parce que nous avons déjà rencontré des situations comme celle-ci.

Je te disais que je ne voulais plus supporter tes conneries et que notre relation était venue à sa fin. Mais, tu trouvais toujours un moyen de te faufiler à nouveau sous ma peau.

Tu me disais tout ce que je voulais entendre et je te croyais parce que mon cœur voulait te croire.

Mon instinct me disait que tu étais plein de conneries, mais j’avais envie de croire que mon instinct avait tort, alors j’ai préféré l’ignorer.

Je suis allé contre moi-même et j’ai continué à faire entièrement confiance à quelqu’un qui était pourtant si vague comme personne.

Tu t’es servi de ces signaux contradictoires pour me garder aussi près que tu le voulais et pas un millimètre de plus.

une femme avec un sac à dos marche dans la rue

Je fus toujours quelque part à l’entrée de ton coeur mais, tu ne m’as jamais vraiment laissé entrer. D’un autre côté, tout mon être était à toi et ça, tu le savais très bien.

Tu savais à quel point mes sentiments étaient forts et tu en as fait une faiblesse dont tu t’es servi contre moi.

Au lieu de m’apprécier et d’apprécier la façon dont je te traitais, tu as continué à jouer à des jeux.

Un jour, tu étais à fond sur moi. J’étais le soleil de ta journée et le clair de lune qui te guidait à travers la nuit et l’instant d’après, tu m’ignorais complètement.

Un jour tu m’envoyais le texte le plus doux qui soit, puis l’instant d’après, tu étais capable de passer des journées entières sans répondre à un texto de ma part.

Tu étais capable de prévoir une sortie au cinéma pour aller voir un film dont je t’avais parlé pendant longtemps, et de me poser un lapin à la dernière minute.

Tu disais que pour toi, j’étais la femme la plus belle et la plus intéressante au monde, puis tu passais des semaines sans même me voir, en ayant toujours une excuse bidon à proposer.

Tu ne voulais jamais rien étiqueter parce que tu n’étais soi-disant pas prêt, puis l’instant d’après, tu me présentais à tes amis.

Tu disais que tu ne pouvais pas t’engager en ce moment, mais que tu ne savais pas ce que l’avenir te réservait.

Tu disais que tu ne voulais pas être exclusif, mais que tu ne supporterais pas de me voir avec quelqu’un d’autre.

Tu étais plein de contradictions. Tu disais une chose, tu en faisais une autre et Dieu seul sait ce que tu pensais vraiment.

une femme déçue aux longs cheveux roux

Tu t’es servi de ces signaux contradictoires. Tu comptais sur moi pour voir toujours le meilleur en toi et pendant longtemps, tu réussissais à t’en sortir.

Et cela a duré bien trop longtemps en fait, car, j’aurais dû y mettre un terme longtemps avant. J’aurais dû me rappeler que j’étais digne de l’amour – de cet amour vrai et inconditionnel.

J’aurais dû me souvenir que je n’aurais jamais dû me contenter de moins que ce que je mérite et que je n’aurais jamais dû me contenter de toutes les conneries que tu me faisais gober.

J’aurais dû voir que le message qui se cachait derrière ces signaux mixtes était évident : c’est à dire, que tu n’as jamais vraiment assez eu de sentiments pour moi.

À présent, j’ai enfin compris ce message. 2 ans, 25 jours, 2 heures et 12 minutes plus tard, mais juste à temps pour te dire adieu et pour te remercier de m’avoir apprise la leçon.

Je ne perdrai plus jamais mon temps avec quelqu’un qui m’enverra des signaux contradictoires. La prochaine fois, je saurai reconnaître tout de suite le sens du message.

La prochaine fois, je saurai l’ignorer sans même devoir y réfléchir à deux fois.

Je Ne Veux Plus Perdre Mon Temps À Déchiffrer Tes Signaux Contradictoires