Skip to Content

Amour De Soi, Estime Personnelle; Amour-propre, Estime Sociétale

Amour De Soi, Estime Personnelle; Amour-propre, Estime Sociétale

Qu’est-ce l’amour de soi et pourquoi sommes-nous en quête d’amour de soi ?

Y a-t-il un lien entre la confiance en soi l’amour de soi ? Y a-t-il un lien entre l’estime de soi l’amour de soi ?

L’amour de soi est-il un préalable à l’amour des autres ou pour les autres ?

L’amour de soi est-ce la même chose que l’amour-propre ? En quoi diffèrent-ils ? Quel est le lien entre l’un et l’autre ?

Lequel faut-il cultiver pour son propre développement personnel ?

Faisons un petit tour du côté de la philosophie pour mieux comprendre ce qu’est l’amour de soi, l’amour-propre et d’autres concepts en rapport avec l’amour et l’estime personnelle.

Comment aimer en société ? Comment concilier amour de soi et amour-propre ?

L’amour de soi vs. l’amour propre

Femme confiante debout avec les bras croisés isolé sur fond rose

L’amour de soi (self-love en anglais) est une concept dans la philosophie de Jean-Jacques Rousseau qui fait référence au type d’amour de soi que les êtres humains partagent avec les autres animaux non-humains et qui préfigure l’apparition de la société.

L’amour de soi chez Jean-Jacques Rousseau

Portrait d'une femme d'affaires prospère souriantLes actions et les actes qui sont commis par amour de soi sont commis pour le bien-être individuel. Ils sont naturellement bons et jamais mauvais car l’amour de soi n’implique pas d’aller à l’encontre des intérêts et des libertés des autres.

Le sentiment d’amour de soi n’est pas là pour se comparer aux autres mais il permet de se centrer sur l’individu en tant qu’existence absolue et valeureuse. L’amour de soi a un lien avec la conscience du futur de l’individu et peut empêcher des pulsions du présent.

Jean-Jacques Rousseau contraste l’amour de soi avec l’amour-propre qui est une sorte d’amour de soi que l’on retrouve dans la pensée philosophique de Thomas Hobbes et dans laquelle l’opinion d’individu au sujet d’un autre individu dépend de ce que les autres personnes pensent, ce qui se produit seulement en société.

Jean-Jacques Rousseau suggère que l’amour de soi a été perdu entre la transition de l’état pré-sociétal et de la société, mais qu’il peut être restauré par la mise en place des ” bonnes ” institutions ” crées par le contrat social.

Ce passage renouvelé de l’état de nature à l’état de civilisation ferait passer l’être humain de l’état d’instinct à celui d’une justice favorable.

L’amour-propre chez Jean-Jacques Rousseau et Blaise Pascal

Belle jeune femme rousse portant un pull décontracté se serrant sur fond rose isolé

Avoir de l’amour-propre (aussi traduit par self-love en anglais) veut dire dans le langage courant que l’on s’aime soi-même, que l’on a de l’amour pour soi-même. En philosophie, il en est autrement.

L’amousée de Jean-Jacques Rousseau. On le retrouve chez Blaise Pascal, La Rochefoucauld, Pierre Nicole, Jacques Abbadie et plusieurs autres philosophes et penseurs.

Blaise Pascale était contre l’idée d’amour de soi, d’estime de soi, d’égo, de vanité, qui sont des termes interchangeables pour lui car ils remplacent tous Dieu par le soi. Blaise Pascal pense qu’il est injuste que nous naissions avec le désir d’être aimé par les autres mais en même que ce désir soit inévitable à cause des conséquences du péché originel.

Pour Blaise Pascale, la Chrétienté était le seul vrai remède à la quête d’amour-propre que connaissent les êtres humains.

Que faire avec ces concepts dans notre réalité d’êtres humains sociaux ?

Aimer en société : l’amour inconditionnel est-il possible ?

Portrait d'une belle femme avec des dents blanches parfaites sourire

Pour résumer les pensées philosophiques mentionnées dans la partie qui précède, il y a d’un côté l’amour de soi et de l’autre l’amour-propre.

L’amour de soi : un préalable à l’amour inconditionnel

Belle jeune femme portant un t-shirt blanc décontracté se serrant sur fond isolé

L’amour de soi serait cet état pur, primaire, premier, caractéristique de la nature humaine. L’amour de soi serait un amour sain, juste, un amour inconditionnel de soi sans interférence avec les autres ou les pensées et les opinions des autres.

L’amour de soi serait cette possibilité de s’aimer tout simplement, tel.le qu’on est, sans comparaison, sans doute, totalement pour ses qualités personnelles et entièrement à sa juste valeur.

L’amour de soi n’aurait pas besoin d’amour des autres. L’amour de soi ne connaît pas le manque d’amour car il se nourrit de lui-même, se suffit à lui-même et se régénère de lui-même.

L’amour de soi est quelque chose de primordial à l’équilibre personnel en tant qu’il permet de ne pas faire dépendre la joie de vivre de l’individu des autres individus.

L’amour-propre : une dépendance de l’amour des autres

Portrait de femme confiante heureuse debout avec les mains derrière la tête

L’amour de soi est mis en danger par l’organisation sociétale de l’être humain. Les raisons pour lesquelles l’amour de soi peut rarement survivre dans une société humaine, c’est qu’il est mis à mal par l’importance de la pensée des autres au sujet du soi, par la compétition qu’il peut y avoir entre les individus de la société et toutes les pensées négatives qui en découlent.

L’amour de soi prend alors une nouvelle forme, celle de l’amour-propre. L’amour-propre ne se nourrit plus de lui-même, il ne se suffit pas à lui-même mais il a besoin des autres, de l’amour des autres, de l’approbation des autres, du soutien des autres, des jugements positifs des autres pour être satisfait.

L’amour-propre perd l’indépendance qu’a l’amour de soi. L’amour-propre peut donc mener à des situation de dépendance affective, d’acceptation du manque de respect par les autres envers soi-même, des expériences de mal-être, de manque de confiance, d’oubli de ses propres besoins.

L’amour-propre peut faire mal. Très mal. Certain.e.s sacrifient même l’amour de soi pour l’amour-propre. Iels sont prêts à se conformer à ce qui est attendu d’iels et ce, au nom de l’amour-propre et en mettant de côté l’amour de soi.

Faut-il faire un choix entre l’amour de soi et l’amour-propre ?

femme heureuse confiante

Si on choisit l’amour de soi, on peut ressentir un profond bien-être et une joie de vivre intense car on sera en harmonie avec soi-même.

On sera en accord total avec soi-même. On saura se contenter de soi-même, de l’amour que l’on a pour soi-même et qui ne fera que générer plus d’amour.

Quand l’amour de soi et l’amour-propre ne sont pas compatibles

portrait d'une jeune fille brune souriante

Mais l’amour de soi peut aller à l’encontre de l’amour-propre. En tant qu’être humain social, on vit en société et on ne peut pas vivre de manière à ne pas tenir compte de l’entourage et des exigences sociales.

Ainsi, lorsque le choix de cultiver l’amour de soi s’oppose à l’amour-propre, cela cause de souffrances et affecter autant la mentale que la santé physique.

L’idéal est bien évidemment que l’amour de soi et l’amour-propre se rejoignent au milieu.

L’idéal du juste-milieu entre l’amour de soi et l’amour-propre

portrait d'une belle femme africaine confiante

Comment trouver l’équilibre entre l’amour de soi et l’amour-propre ? Cela est-il même possible ?

Ce que je pense de moi-même vs. ce que les autres pensent de moi

une femme heureuse avec chapeau

La tendance actuelle est plutôt individualiste et elle consiste à privilégier l’amour de soi et son propre bonheur plutôt que de tenir compte de l’amour propre et d’un bonheur moins individualiste.

“ Faites ce que vous avez à faire sans vous préoccuper de l’appréciation des autres. ”

― Tina Fey, Bossypants

“ Je crois que la récompense de la conformité est que tout le monde vous aime sauf vous-même. ”

― Rita Mae Brown

“ La vie est trop courte de gaspiller son temps à se demander ce que les autres pensent de vous. Tout d’abord, s’iels avaient mieux à faire dans leur vie, iels n’auraient pas le temps de s’arrêter pour parler de vous. Ce qui est important pour moi ce n’est pas ce que les autres pensent de moi, mais l’opinion que j’ai de moi-même. ”

― C. JoyBell C.

Ainsi, ces citations, traduites librement de l’anglais vers le français, montrent bien qu’il y a un positionnement fortement égocentré qui est préféré et encouragé.

Les limites de l’amour de soi et de l’amour-propre

Portrait d'une belle fille avec beau sourire en studio

Je pense que cette stratégie est excellente mais qu’elle a ses limites. Elle est praticable dans les sociétés individualistes qui offrent des possibilités et des libertés de s’épanouir individuellement et de tenir au maximum en compte de l’amour de soi sans tenir compte de l’amour-propre.

Mais au niveau relationnel, entre deux individus par exemple, il est impossible de toujours faire passer l’amour de soi avant l’amour-propre.

Si on veut avoir une relation avec une autres personne, on ne peut pas faire autrement que de tenir compte de l’amour de soi de l’autre personne et peut-être mettre de côté son propre amour de soi.

Dans une relation comme la relation amicale, cela n’est en général pas difficile à réaliser. L’amitié devient la force supérieure qui nourrit les personnes impliquées dans la relation. On se retrouve alors très naturellement prêt à parfois sacrifier l’amour de soi pour quelque chose de supérieur, une plus-value qui vaut encore plus la peine.

Cependant, un excès de sacrifice de l’amour de soi et une plus-value qui se révèle être en fait une perte sont un problème. Dans une relation amoureuse, par exemple, ce risque peut apparaître.

Par amour pour l’autre et pour continuer à recevoir l’amour de l’autre, l’une des personnes impliquée dans la relation peut se retrouver à donner trop d’elle-même jusqu’à oublier ses propres besoins tout en priorisant toujours les besoins de l’autre ou des autres.

La prise de conscience collective pour une société où l’amour inconditionnel devient possible

belle femme africaine pense

De mon point de vue, la seule manière de concilier amour de soi et amour-propre est la prise de conscience collective de enjeux que ces concepts impliquent au quotidien, dans la vie des individus et de leurs relations dans le contexte sociétal.

Car il ne s’agit pas de créer une guerre des égos comme nous savons si bien le faire. Il ne s’agit pas de créer une guerre des amours de soi. Autrement, la raison de la société n’aurait plus lieu d’être.

L’idéal serait d’être assez conscient.e pour se rappeler en permanence que l’autre a un amour de soi valable qui doit être pris en compte, tout comme j’ai moi-même un amour de soi qui doit être pris en compte de la même manière.

Je te montre que tu comptes. Tu me montres que je compte. Avec sincérité et bon coeur. C’est ce que l’on appelle plus communément la politesse.

Ceci dit, je rêve d’une politesse qui soit honnête et aimante car la politesse pour la politesse peut très vite créer de l’hypocrisie.

Ainsi, s’il y a cette confiance entre les individus de la société, si je sais que ma personne a toute son importante, autant que celle des autres, alors on en arrive au fameux contrat social de Jean-Jacques Rousseau.

Le contrat social ne devrait pas juste être un ensemble de mots mais plutôt une pratique sociétale quotidienne. Le contrat social pourrait être ce qui nourrirait à la fois l’amour de soi et l’amour-propre.

On se retrouve dans une société dans laquelle on est autant valorisé.e pour ce que l’on est sans aucune comparaison avec les autres, que l’on est considéré.e par les autres comme faisant partie intégrante de la société et donc comme participant.e au bien-être individuel, collectif et sociétal.

Conclusion

portrait de femme en noir et blanc

L’amour de soi et l’amour-propre, même s’ils semblent s’opposer et être incompatibles à première vue, sont en fait des concepts et des pratiques qui peuvent très bien se marier dans la société.

Encore faut-il que le contrat social, comme le nomme Jean-Jacques Rousseau, soit un ensemble d’actions réciproques de dons de l’amour.

Une société où l’amour inconditionnel peut se pratiquer est une société dans laquelle les individus entretiennent des liens de confiance entre eux sans oublier que la première étape à la construction se résume dans la pensée d’Oscar Wilde dans sa citation :

” S’aimer soi-même est le début d’une romance à vie. ”

 

Comment Ne Plus Être Timide ? Grandir La Confiance en Soi Hors De Sa Zone De Confort
← Previous
Ma Peur Du Rejet Social Et Son Impact Sur Ma Qualité De Vie
Next →