Exprime-t-on la même chose par “ je suis amoureux de toi ” ou “ je t’aime ” ? Peut-être pas !

Il faudrait tout d’abord commencer par faire la différence entre les représentations de l’amour et sa réalité, pour ensuite distinguer ce qui serait les quatre étapes de celle-ci.

En tout cas, apparemment, tout sauf un long fleuve tranquille.

Être amoureux : entre réalité et représentations

une femme tenant un coeur de papier rouge devant l'un de ses yeux

Être amoureux dans la vraie vie ce n’est pas tout à fait comme dans les films très romancés où tout est bien qui finit bien.

En effet, les romances au cinéma commencent bien trop souvent par un coup de foudre amoureux qui devient le point de départ d’une belle histoire d’amour et qui par la suite file, sans grande complexité, sous le signe du bonheur.

Le cliché de l’état amoureux, particulièrement dans les films gnangnans est très loin de la réalité de nos vies qui, elles, ne ressemblent pas le moins du monde à des poèmes d’amour parfaitement lisses avec de sublimes happy endings.

Et heureusement ! Parce qu’être amoureux et aimer ce serait bien plus que cela.

Être amoureux, est-ce la même chose qu’aimer ?

fille heureuse en forme de coeur avec ses mains

Dans ce cas, que voudrait dire être amoureux dans la vraie vie ? Aimer, qu’est-ce que c’est ?

Être amoureux et aimer, est-ce du pareil au même ?

Aimer (to love), être amoureux (to be in love), tomber amoureux (to fall in love), avoir le coup de foudre (to have a crush, love at first sight).

Ces expressions en français, et qui ont également leurs équivalents dans d’autres langues comme l’anglais, font référence à des métamorphoses amoureuses et sont, dans une certaine mesure, identifiables.

Et oui, dire I’m in love with you, ce n’est pas exactement comme dire I love you.

D’abord, on aurait le coup de foudre, puis on tomberait amoureux, ensuite on serait amoureux et enfin on aimerait.

Les étapes de l’amour

un homme et une femme tenant un ours en peluche avec amour coeur

Le processus serait plus ou moins long et chaque étape aurait ses caractéristiques.

Avoir le coup de foudre c’est en d’autres termes flasher sur quelqu’un. Avoir le béguin pour une personne.

Ceci dit, on pourrait très bien avoir le coup de foudre ou le béguin pour quelque chose !

C’est donc un sentiment primitif, spontané, presque incontrôlable, et qui est ressenti dans les cas où il y a une forte attraction envers l’autre.

C’est un évènement tout de même assez rare.

On ressent du désir pour l’autre. C’est parfois inexplicable. Souvent physique.

Tout débute donc avec une attraction sexuelle. Jusque-là les films fleur-bleue ne se sont pas trompés.

Après le coup de foudre, on tombe amoureux.

On passerait au niveau qu’on pourrait qualifier de supérieur et auquel se construit et se cimente la passion amoureuse.

C’est une transition généralement très joyeuse et intense pendant laquelle on apprend à se connaître plus profondément, on partage énormément ensemble, et ce, au point d’en oublier ses amis, voire ses propres routines ou encore ses centres d’intérêt !

Le petit copain ou la petite copine est au centre de tout.

Tomber amoureux serait comme faire de l’apnée dans une mer paradisiaque où tous les poissons nous sourient. Tout paraît beau et facile.

Là aussi, les films romancés ont raison sur toute la ligne et on ne peut pas les contredire.

L’état suivant, c’est lorsqu’on est amoureux.

On connaît l’autre déjà assez bien, après avoir passé beaucoup de temps ou du temps de qualité en sa compagnie.

La passion amoureuse est toujours vive mais elle diminue cependant légèrement.

Les films qui suivent les normes hollywoodiennes ou bollywoodiennes, ou encore les soap operas vont s’arrêter par facilité à l’état amoureux.

C’est l’état de première stabilité heureuse du couple.

Et c’est là qu’il est reprochable à ces films, séries et feuilletons de véhiculer une idée fortement normée et malheureusement cela donne une image erronée de l’amour.

Le danger réside aussi en ce que cette image risque de devenir une injonction pour le spectateur et la spectatrice.

Car en réalité, l’aventure continue même après l’état idyllique amoureux.

Vient ensuite le stade qui est le véritable défi pour chaque âme soeur. Il s’agit du défi d’aimer.

Après l’euphorie des émotions ressenties durant les trois premières étapes, le couple prend forme de façon plus consistante.

L’amour s’installe et commence son chemin vers sa co-construction.

Mais cela ne va pas sans difficultés.

Aimer serait donc l’étape-challenge pour le couple.

Les émotions et les sentiments ont été préconstruits.

Il ne resterait plus qu’à voir si elles sont assez solides pour tenir tête aux tempêtes du quotidien, de la routine, des disputes, des désaccords, de la baisse de l’attirance sexuelle l’un envers l’autre, du stress, des problèmes personnels de chacun.

Bref, aimer a tout l’air d’une stagnation qui ne donne pas tellement envie.

Mais c’est là que réside l’ambiguïté et le paradoxe : alors que tout semble se bâtir naturellement, la possibilité d’un effondrement rôde comme un nuage gris et menaçant.

En amour, à chacun ses conditions générales, à chacun ses règles du jeu

un couple en forme de coeur avec les mains

Si le cinéma à l’eau de rose ne traite pas forcément du quatrième stade de l’amour, c’est qu’il s’agit d’une étape qu’il n’est pas vraiment possible de normer par des représentations maquillées.

On préfère montrer seulement la façade.

Les partenaires composent leurs propres conditions générales et leurs propres règles du jeu, en somme, ce qui détermine en très grande partie la dynamique de leur vie privée.

Une sorte de contrat implicite ou explicite, selon les couples, se met en place.

Les difficultés apparaissent alors petit à petit puisqu’on quitte pas-à-pas les illusions créées par la passions et on entre à grandes enjambées dans un espace de réalité moins haut en couleur, plus banal et peut-être plus décevant.

L’idéalisation du partenaire se réduit comme une peau de chagrin.

Apparaissent à ce moment-là les limites de chacun.

Rien n’est plus comme la première fois, le premier regard, la première rencontre, le premier toucher, les premiers bisous furtifs.

Il arrive de vouloir retrouver la pulsation interne passionnelle.

Quelques pistes pour nourrir la flamme

un étreintes jeune couple heureux

Il n’est tout de même pas question de tomber dans le fatalisme et d’abandonner la partie à la moindre petite difficulté à l’horizon. Bien au contraire !

Les défis, grands ou petits, entre deux personnes qui s’aiment en disent beaucoup sur les remèdes utiles à maintenir la relation.

C’est aux deux partenaires de s’ajuster aux limites et aux attentes de l’un et de l’autre, de soi-même.

Par ailleurs, le contrat amoureux n’est pas immuable.

C’est tout l’inverse. Il est discutable, malléable, modifiable, améliorable, revisitable, réinterprétable. À volonté !

L’imagination doit dès lors devenir reine et la créativité doit régner à ses côtés.

L’espoir est le moteur principal de l’amour, si ce n’est un parfait synonyme.

Il n’existe pas de logistique de l’amour qui soit unique et supérieure aux autres, ni même efficace pour toutes et tous.

La meilleure logistique de l’amour qui puisse exister est le produit et le fruit d’un travail authentique, consciencieux et conscient de ceux et celles qui s’aiment.

Un travail sur soi et un travail sur la relation, ensemble, avec l’autre.

Prendre soin de soi, de son partenaire et de sa relation, c’est la clef pour nourrir la flamme sensible d’une relation amoureuse.

Écoutez-vous et écoutez votre partenaire. Un ” bonne nuit “par sms quand on est loin de l’autre, et pourquoi pas des textes d’amour ?

Il n’y a surtout aucune obligation à prendre à la lettre les normes de l’amour qui peuvent être propagées par un cinéma grand public des plus romancés et des productions cinématographiques qui vivent de la naïveté des consommateurs moyens.

Ces représentations n’ont rien à voir avec les réalités de celle-ci. L’amour connaît au moins quatre étapes.

Il est donc extrêmement mouvant et évolutif.

C’est le coup de foudre qui déroule le tapis rouge à une relation potentielle.

C’est une réaction totalement instinctive, quasiment incontrôlable. Cette première étape n’entraîne pas nécessairement les suivantes.

Le coup de foudre peut être suivi par le fait de tomber amoureux. C’est un développement passionnel.

C’est le moment où on se dit “I fell in love“.

Je suis amoureux de toi ? Non ! Je t’aime !

une femme étreignant un homme

Si la passion prend, on arrive à l’état amoureux. Il y a une stabilisation et le couple prend forme.

Enfin, si les amoureux se laissent porter par la continuité de la passion, commencera pour eux la quatrième étape qui est l’amour.

C’est l’étape la plus complexe et dont la durée est inconnue et dépend uniquement de la volonté et de l’espoir qui animent la flamme.

Elle ne suit aucune norme mise à part les règles construites par les partenaires et c’est à eux et à elles seuls que revient la tâche d’en prendre le plus grand soin et de l’ajuster tout en faisant bien attention aux paramètres qui favorisent au mieux le bien-être de chacun et de chacune.

Alors préférez-vous dire “I am in love with you” ou bien “I love you” ?

“ Je suis amoureux de toi ” vs. “ je t’aime ” : les différentes étapes de l’amour