Skip to Content

Quand Une Maman Part Trop Tôt, Les Choses Semblent Aller Toujours Mal

Quand Une Maman Part Trop Tôt, Les Choses Semblent Aller Toujours Mal

Une maman partie au ciel génère beaucoup de frustration chez un enfant. Les gens lui posent toujours la même question. Est-ce que tu vas mieux ? Honnêtement, si vous venez de perdre votre petite maman, est-ce que vous irez mieux ?

Quand une maman part trop tôt, on est déboussolé, on perd nos points de repères et on est tout simplement triste.

Après une telle tragédie, nous avons tout le temps l’impression que le monde s’écroule autour de nous. Nous devenons le centre d’attention et notre entourage finit même par être étouffant.

Avec le temps, nous réalisons que quelque chose ne va pas chez nous. Arrivons-nous à mettre le doigt dessus ?

Comment gérer la perte d’une mère ?

garçon triste serrant son ours assis sur le sol

La perte d’un parent fait partie des expériences humaines les plus difficiles et les plus universelles sur le plan émotionnel. Et bien que nous puissions comprendre que la perte d’un parent est inévitable dans l’abstrait, cette prescience n’atténue pas la douleur lorsque l’être aimé meurt.

Une maman qui part trop tôt est une expérience douloureuse et traumatisante. Cela modifie de façon permanente les enfants de tout âge, tant sur le plan biologique que psychologique. Rien n’est plus jamais pareil. La perte d’une mère ou d’un père est un événement totalement transformateur.

Dans une situation relativement idéale, un enfant peut anticiper la perte d’un parent et sa famille a le temps de le préparer pour qu’il fasse ses adieux. Il sera entouré de soutien. Quand le décès est inattendu, quand la personne a une maladie aiguë ou qu’elle meurt d’un accident traumatique, un enfant adulte peut rester dans le déni. Il peut ressentir beaucoup de colère à cause de cette perte.

Ainsi, cela conduit à un diagnostic de trouble dépressif grave si le traumatisme est en cause. Au début, la perte d’un parent déclenche une certaine détresse physique importante. Après quelque temps, le deuil expose tout le corps à un danger émotionnel. Une poignée d’études ont établi des connexions entre le deuil qui est non résolu, les problèmes cardiaques, l’hypertension, certains troubles immunitaires aussi bien que le cancer.

La raison pour laquelle le deuil déclenche des conditions physiques aussi désastreuses n’est pas claire. Lorsque quelqu’un est en deuil, une théorie veut l’activation perpétuelle du système nerveux. Donc, une réaction de fuite ou de combat est capable de provoquer des changements génétiques permanents. Ces modifications sont des réponses immunitaires atténuées, moins de mort cellulaire préprogrammée.

Elles peuvent être idéales lorsqu’un ours vous poursuit dans la forêt et que vous avez besoin de toutes les cellules saines que vous pouvez obtenir. Mais, sans contrôle, ce genre de dérégulation qu’on appelle cellulaire est aussi le moyen par lequel quelques cellules cancéreuses se métastasent.

Quel est l’âge le plus difficile pour perdre un parent ?

père réconfortant son fils

Le chagrin et la douleur ne sont pas une compétition. Les répercussions à vie de la perte d’un parent dans l’enfance dépendent de la relation parent-enfant antérieure et du soutien que l’enfant reçoit après le décès. Il n’existe pas vraiment de pire âge pour perdre un parent.

La plupart des gens supposent que la perte d’un parent à un plus jeune âge est la chose la plus difficile parce que la perte d’une figure d’attachement est une chose douloureuse. Cependant, si l’enfant bénéficie d’un système de soutien solide pour l’aider à surmonter son chagrin, il peut encore développer un attachement sûr et s’épanouir.

En revanche, les enfants plus âgés ou même adultes peuvent souffrir énormément parce qu’il s’agit d’une perte importante dans la vie de cette personne ou qu’ils n’ont pas d’amis proches pour les aider à traverser cette période. Il n’y a donc vraiment pas lieu de comparer.

De quoi les enfants endeuillés ont-ils besoin après le décès d’un parent ?

garçon triste dans sa chambre

Après un décès, de nombreux enfants veulent partager leur histoire. Ils peuvent vouloir vous raconter ce qui s’est passé, où ils se trouvaient lorsqu’on leur a annoncé le décès, et ce qu’ils ont ressenti. Raconter leur histoire est une expérience de guérison. L’une des meilleures façons pour les adultes d’aider les jeunes en deuil est d’écouter leurs histoires.

Les enfants ont également besoin de continuité, de soins et de liens.

La continuité

Il est important de maintenir les activités normales à la maison, à l’école et dans la communauté, dans la mesure du possible. Parlez dès que possible de ce qui s’est passé à l’école et à l’enseignant de votre enfant, afin qu’ils soient en mesure de lui apporter un soutien supplémentaire.

Les soins

Prenez le temps de donner à votre enfant beaucoup de câlins et de caresses. Le deuil peut être une expérience très solitaire pour les enfants et les adultes. Il est important que votre enfant continue à sentir qu’on s’occupe de lui et qu’on prend soin de lui. Il peut être utile de demander à d’autres membres de la famille et à des amis de vous aider à vous occuper de votre enfant dans les semaines qui suivent le décès, lorsque votre propre chagrin est écrasant.

Le lien

Lorsqu’un membre important de la famille meurt, toute la famille peut se sentir fracturée et incomplète. Il est tout à fait naturel de vouloir se retirer pendant un certain temps et c’est à ce moment-là que les enfants peuvent se sentir seuls et déconnectés de leur parent en deuil. Il est important que votre enfant puisse continuer à se sentir lié au parent décédé et à vous. Vous pouvez l’aider à le faire par les moyens pratiques énumérés ci-dessous.

Plus précisément, ils ont besoin :

• d’informations adéquates sur le décès

• qu’on réponde à leurs craintes et à leurs angoisses

• d’être rassurés sur le fait qu’ils ne sont pas à blâmer

• d’une écoute attentive

• de la reconnaissance et de l’acceptation de leurs sentiments et de leur chagrin

• d’un sentiment de sécurité dans le monde

• du respect de leur propre façon de faire face à la situation

• des personnes qui les guident et les aident

• d’aide pour faire face à des émotions trop fortes

• de la participation et l’inclusion dans les rituels et les anniversaires

• des occasions de se souvenir de la personne décédée.

Comment la réaction du parent survivant affecte-t-elle l’enfant ?

père et fils assis dans le salon en train de parler

Les enfants attendent de leurs parents qu’ils les aiment inconditionnellement tout en les protégeant des réalités inconfortables de la vie. Lorsqu’un parent meurt, la vie de l’enfant devient souvent infiniment plus effrayante et incertaine, laissant l’enfant se demander ce qui va se passer ensuite.

Cette situation fait peser un lourd fardeau sur le parent restant et sur les autres membres de la famille qui veulent aider l’enfant à faire son deuil, tout en gérant leur propre douleur à la suite du décès d’un être cher.

Si certaines cultures abordent le deuil de manière positive, d’autres encouragent les adultes qui entourent les enfants en deuil à mettre leurs émotions en veilleuse. Ces cultures rationalisent souvent cette pratique en affirmant que les enfants comptent sur les adultes pour rester forts en période d’incertitude.

Ces adultes ont alors des émotions supprimées ou réprimées.

Le refoulement des émotions consiste à faire une tentative consciente et délibérée de cacher ses émotions aux autres. Un parent ou un tuteur peut ressentir de la tristesse, mais au lieu de l’exprimer, il décide de la cacher en présence de son enfant.

Les émotions refoulées sont souvent inconscientes. Avoir des émotions refoulées est une tentative du corps de se débarrasser des mauvaises pensées. Les personnes refoulées peuvent ne pas être conscientes de leurs émotions sur le moment. Ces émotions refoulées peuvent finir par se manifester au fil du temps.

D’une part, les recherches ont montré que cela entrave le processus de guérison pour le parent et l’enfant. Mais d’autre part, une étude révèle que les émotions refoulées jouent un rôle adaptatif dans le processus de deuil.

La question de savoir si la suppression ou la répression des émotions par un parent est un bon mécanisme d’adaptation fait toujours l’objet d’un débat. La suppression ou la répression des émotions par un parent peut ou non être saine pour son propre bien-être mental. Mais ce qui est plus important, c’est la façon dont leurs croyances en la négation des émotions affectent la manière dont ils aident leur enfant à faire face à la perte.

Lorsque les parents survivants croient que les enfants ne sont pas capables de comprendre la mort ou de gérer avec succès les émotions et les craintes qu’elle suscite, ils ont tendance à éviter le sujet à la maison et à agir normalement en présence de l’enfant.

Mais la vérité est que la capacité des enfants à faire face à la mort de manière positive peut être accrue par les mesures prises par les adultes influents dans les jours, les semaines et les mois qui suivent la perte.

Plutôt que de balayer la question sous le tapis et de prétendre que tout va bien, les personnes qui s’occupent des enfants en deuil peuvent utiliser les stratégies suivantes pour les aider à faire face à la situation.

Quelles sont les questions importantes que les jeunes enfants ne posent pas forcément mais auxquelles je peux aider à répondre ?

fille triste assise sur le sol serrant ses jambes

1. Qui va s’occuper de moi ?

2. Est-ce que je vais tomber malade ?

3. Est-ce que j’ai causé la mort de mon parent ?

La mort d’un parent peut ébranler les fondements de la croyance d’un enfant en un monde sûr. Votre enfant aura besoin d’être rassuré et encouragé pour se sentir à nouveau en sécurité.

Certains enfants peuvent s’inquiéter de tomber malade et de mourir eux-mêmes et cela peut les rassurer d’aller chez le médecin de famille pour un bilan de santé. Il est bon d’appeler le médecin avant votre visite afin qu’il soit prêt à répondre aux questions que votre enfant pourrait poser.

Comment aider un enfant en deuil ?

adolescente, écouter musique, reposer dans chaise

Voici quelques stratégies.

Normalisez le processus de deuil

La manière dont le décès d’un parent dans l’enfance affecte un enfant dépend de la façon dont les adultes influents de son entourage réagissent à son deuil. Un enfant qui a perdu un parent a besoin de savoir qu’il est acceptable de montrer ses émotions et de parler de la personne décédée. Il est important de normaliser le processus de deuil. Cela permet aux enfants de réduire leurs angoisses face à l’avenir.

Les enfants peuvent ressentir diverses émotions à la suite du décès d’un parent, notamment de la colère et de la culpabilité. Ils doivent savoir que le décès n’est jamais la faute de l’enfant. Il est également normal que l’enfant pense voir ou rêver de son parent décédé. Ils n’ont pas à oublier les parents décédés.

Utilisez une approche parentale positive

Très souvent, les enfants peuvent communiquer leur difficulté à s’adapter aux changements qui suivent le décès en se comportant mal. En utilisant la parentalité positive, les parents créent une relation parent-enfant positive et un environnement qui permet une communication ouverte.

Les parents qui pratiquent la parentalité positive sont chaleureux et compréhensifs. Ils utilisent une discipline positive efficace dans laquelle le parent est gentil et ferme. Une parentalité positive efficace peut aider les enfants à s’adapter après le décès de leur parent. Elle réduit la probabilité de maladies mentales chez l’enfant, comme le trouble dépressif majeur, et favorise une meilleure adaptation chez les enfants endeuillés.

Réduisez l’exposition de l’enfant aux événements négatifs de la vie

Les événements de vie négatifs qui suivent la perte d’un parent sont liés à une augmentation des problèmes de santé mentale chez l’enfant. Par exemple, les vacances peuvent être difficiles pour les familles endeuillées au cours des deux premières années, surtout pour les enfants. Les parents peuvent faire preuve d’une bonne capacité d’écoute pour offrir aux enfants un environnement sûr où ils peuvent parler de leurs sentiments concernant les vacances.

Un domaine qui préoccupe souvent les enfants endeuillés est le fait que leur parent commence à sortir et à développer de nouveaux intérêts amoureux à long terme. Les parents peuvent introduire lentement un nouveau partenaire ou un nouveau membre de la famille. Parlez ouvertement de la relation avec vos enfants, d’une manière adaptée à leur âge.

Améliorez les capacités d’adaptation de l’enfant

Les stratégies d’adaptation actives sont associées à une adaptation plus positive après le décès d’un ou des deux parents.

Ces stratégies comprennent :

• recadrer les déclarations négatives sur soi en un discours plus positif et y inclure de l’optimisme

• abandonner la croyance que l’on peut contrôler les événements incontrôlables et identifier les événements que l’on peut contrôler, se concentrer sur la résolution de problèmes

• rechercher un soutien émotionnel pour aider à gérer les situations stressantes.

Pour aider les enfants endeuillés à acquérir un sentiment d’efficacité, les parents peuvent demander à leurs enfants de se fixer des objectifs dans la pratique de ces compétences. Ils peuvent fournir des commentaires positifs spécifiques lorsque les enfants utilisent ces stratégies. Les parents devraient également exprimer une croyance permanente dans la capacité de leurs enfants à gérer leurs problèmes.

Quand est-ce que la thérapie peut aider mon enfant après la perte d’un parent ?

thérapeute montrant des images à un enfant

Les enfants protègent souvent leurs parents, craignant qu’ils ne leur apportent encore plus de tristesse s’ils expriment leur chagrin.

Parfois, les enfants éprouvent des difficultés à faire leur deuil et peuvent avoir besoin d’une aide professionnelle. Voici des signes indiquant que votre enfant pourrait avoir besoin d’aide. Beaucoup de ces signes sont normaux après la mort d’un parent, mais ils peuvent indiquer un problème s’ils se prolongent et ne semblent pas vouloir changer.