Skip to Content

10 Mythes (Et Réalités) Étranges Sur Les Bébés Enfin Révélés !

10 Mythes (Et Réalités) Étranges Sur Les Bébés Enfin Révélés !

Il n’y a rien de plus agaçant pour une maman que d’entendre quelqu’un lui dire : « Tu ne devrais pas pas faire ceci ou cela » alors qu’elle essaie d’élever son bébé !

Ou pire encore, entendre « Cela peut causer telle ou telle chose » ou « Ton bébé aura ceci à cause de cela ». Comme s’il n’était pas déjà assez éprouvant d’élever un bébé comme ça ! Alors pourquoi les mythes sur les bébés restent-ils toujours autant populaires ?

Même si nous ne pouvons pas répondre à cela, ce que nous pouvons faire, c’est vérifier lesquels de ces mythes sont vrais et lesquels sont juste étonnamment intéressants !

La plupart du temps, les mythes ne sont que des idées reçues qui, par le biais du bouche-à-oreille, sont transmises et sont considérées comme des vérités.

Certains sont des contes de nourrices tandis que d’autres, eh bien… Disons simplement que nous ne savons pas vraiment comment ils sont devenus vrais !

Nous avons recensé quelques erreurs courantes que de nombreuses mamans croient vraies, mais qui, en fait, sont loin d’être exactes.

D’ailleurs, je suis sûre que vous en reconnaitrez quelques-unes, car en tant que maman ou future maman, il est impossible de ne jamais en avoir entendu parler !

Certains mythes sont peut-être plus vrais que d’autres, mais dans l’ensemble, si une mère est préoccupée par un « mythe » en particulier, la seule personne avec qui elle devrait en parler, c’est son médecin.

En attendant, poursuivez votre lecture et différenciez le vrai du faux parmi ces mythes les plus bizarres sur les bébés que nous avons mis à nus spécialement pour vous !

Mythe #1 : Les bébés ne peuvent pas « pleurer » avant trois semaines après l’accouchement – VRAI !

maman tient le bébé dans ses bras

Les bébés ont en fait un retard dans le développement de leur canal lacrymal. Il s’agit plus d’un détail technique que d’un mythe véridique, simplement à cause du mot « pleurer ».

Il est évidemment bien connu que les bébés font beaucoup de bruit pendant la première semaine de leur naissance, mais on ne peut techniquement pas parler de pleurs, car les bébés ne peuvent physiquement pas pleurer pendant les trois premières semaines de leur vie.

Cela s’explique par un retard dans le développement des canaux lacrymaux et c’est tout à fait normal.

Bien qu’un bébé puisse produire suffisamment d’humidité pour que ses yeux soient bien arrosés et protégés, il ne peut tout simplement pas produire suffisamment de larmes pour pleurer physiquement avant environ trois semaines. C’est pourquoi, au lieu de pleurer, il criera et gémira.

Mythe #2 : Les jouets vont éduquer votre bébé – FAUX !

Il n’existe aucune preuve scientifique permettant d’établir un lien direct entre les avantages des jouets éducatifs et le cerveau d’un bébé.

On ne dit pas que tous les jouets sont inutiles, mais ce qui compte, c’est la façon dont votre bébé joue, et non pas ce avec quoi il joue.

Lorsqu’ils sont au stade de l’apprentissage des tout-petits, les jouets éducatifs sont utiles pour renforcer ce qu’ils savent déjà ou pour qu’ils puissent continuer d’apprendre.

Cependant, lorsqu’ils sont dans l’âge de la petite enfance, les jouets éducatifs n’ont pas vraiment d’effet et leur apprentissage relève davantage de la catégorie des fonctions et des compétences motrices.

Au sein des premières années, les cinq sens d’un bébé sont encore en développement, de sorte que ce qu’il apprend est en fait le toucher, le goût, l’odorat, la vue et l’ouïe.

Qu’ils touchent un jouet flashy qui s’allume et chante ou un simple bloc de construction avec une lettre dessus, ils apprennent à peu près la même chose : comment cela leur apparaît avec leurs nouveaux sens.

Il en va de même pour les vidéos éducatives qui, selon une organisation pédiatrique, peuvent même retarder le développement du langage chez les enfants de moins de deux ans.

Mythe #3 : Les bébés ne voient pas les couleurs – VRAI !

un bébé souriant est allongé sur le lit et regarde quelque chose

Bon, ils ne sont pas daltoniens, mais ils préfèrent les couleurs monotones. En fait, les bébés n’aiment pas vraiment les jouets flashy que leurs parents leur achètent souvent, car cela les dépasse.

Une autre contradiction fréquente est lorsque les parents pensent que les bébés aiment les couleurs vives et les jouets flashy. Bien que ces choses soient distrayantes, il faut savoir qu’un nouveau-né se sent facilement submergé par son environnement.

Lorsqu’un enfant naît, en plus de ne pas pouvoir voir les choses clairement jusqu’à une distance d’environ 25 cm, il n’est pas non plus fan des couleurs vives.

Le fait de voir les choses en noir et blanc aide le bébé à traiter les informations qu’il voit et l’accable moins dans son nouveau monde.

Si vous considérez le monde de leur point de vue, même si les couleurs sont quelque chose qu’ils aimeront plus tard, dans un premier temps, le champ de vision le plus simple est le mieux pour eux.

Mythe #4 : Les sucreries sont la cause des poussées d’énergie soudaines – FAUX !

Nous sommes désolés de vous l’apprendre, mais les friandises ne provoquent pas l’hyperactivité chez les enfants ou les bébés.

Les poussées d’énergie soudaine peuvent aussi être dues à d’autres types de sucres, comme les sucres de fruits. Il s’agit plutôt d’une combinaison de toutes les forces à l’œuvre dans la friandise sucrée à laquelle votre enfant s’adonne, qui peut aller d’un bonbon à une banane.

Selon les docteurs spécialistes en pédiatrie, les fibres jouent essentiellement le rôle de shérif entre les quantités élevées de sucre et votre organisme.

Les poussées d’énergie soudaines et souvent injustifiées sont dues à l’adrénaline qui est libérée lorsque vous augmentez votre consommation de sucres (n’importe quel type de sucres, et pas seulement les sucreries).

C’est la raison pour laquelle les granolas, les barres protéinées, les smoothies, etc. sont très sains et utiles pour les personnes qui font de l’exercice ou de longues randonnées, mais pas aussi bons pour calmer les enfants.

Les fibres sont la clé de la régulation de l’adrénaline, car elles annulent en quelque sorte les effets du sucre pur sur l’organisme.

Autrement dit, le fait de leur donner une collation contenant à la fois du sucre et des fibres, comme une pomme ou une barre de fibres, peut aider à en atténuer les effets.

Mythe #5 : La longueur d’un bébé est une indication de sa hauteur à l’âge adulte – FAUX !

un bébé souriant est allongé sur le lit

D’ailleurs, il est plus logique de prédire la hauteur potentielle d’un bébé en regardant la hauteur de ses parents.

Si vous êtes en train de rouler des yeux pendant que vous lisez ceci, croyez-le ou non, il existe encore des personnes qui pensent que la longueur d’un bébé à la naissance est totalement indicative de sa hauteur à l’âge adulte.

Malheureusement, il n’est pas aussi simple de deviner la taille d’un enfant que de regarder la patte d’un chiot et de deviner sa taille adulte plus tard.

Outre le fait que les bébés grandissent en fonction de leurs caractéristiques génétiques, il est impossible de savoir comment votre enfant grandira et progressera tout au long de sa vie, car des facteurs liés à la mère pendant la grossesse peuvent également influencer la longueur de l’enfant à la naissance.

Déterminer la taille absolue d’un bébé relève plus de la devinette que de la certitude et la meilleure façon de le faire, c’est de prendre en compte la taille moyenne de ses parents.

Mythe #6 : Il ne faut pas prendre un bébé qui pleure pour éviter de le gâter – FAUX !

Il n’existe aucun lien scientifique entre le fait de tenir un enfant qui pleure et le fait de le gâter.

Il y a une énorme différence entre gâter son enfant lorsqu’il est assez grand pour comprendre ce que cela veut dire d’être gâté, et le « gâter » lorsqu’il est nouveau-né en le tenant et en lui montrant de l’affection tout le temps.

La bonne nouvelle est la suivante : Quel que soit son âge, la façon dont vous choisissez de « gâter » ou non votre enfant, ne regarde personne d’autre que vous.

Ce que nous pouvons prouver, c’est qu’il n’existe absolument aucun lien direct, scientifique ou autre, prouvant que le fait de prendre un enfant en pleurs de façon répétée conduira finalement à le « gâter ».

Pourtant, certaines personnes continuent de croire que c’est vrai et suivent la voie de l’amour dur pour les soins aux nouveau-nés.

Ce qu’il faut prendre en compte, c’est que les six premiers mois environ de la vie d’un bébé sont cruciaux pour l’établissement de la confiance.

Et lorsqu’un bébé pleure, cela veut dire qu’il a besoin de savoir que vous serez toujours là pour lui. En le rassurant en permanence, vous créez lentement le lien mère-bébé, et vous lui montrez que si quelque chose ne va pas, vous serez là.

C’est pourquoi, le fait d’éviter ses pleurs peut avoir des conséquences plus graves que d’avoir un enfant « gâté ».

Mythe #7 : Les allergies sont toutes génétiques – FAUX !

maman applique de la crème sur un enfant allergique

Ce n’est pas parce qu’un parent est allergique à quelque chose que son enfant le sera aussi et ce n’est pas parce que vous êtes allergique aux tomates que votre enfant deviendra absolument allergique à ce délicieux légume d’été.

La génétique n’est pas la seule chose qui détermine les allergies et, bien qu’elle puisse jouer un rôle, elle n’est pas déterminante pour savoir qui est allergique à quoi.

Bien que notre ADN puisse déterminer ce dont il faut se méfier (allergies aux abeilles, allergies alimentaires graves, etc.), cela ne signifie pas nécessairement que le corps de votre enfant suivra les mêmes règles que le vôtre.

Les allergies ne se transmettent pas et votre enfant peut même être allergique à des choses totalement opposées aux vôtres.

Si vous êtes inquiète, la meilleure solution est de demander à votre médecin de faire passer un test d’allergie à votre enfant et d’éviter tous les aliments qui pourraient vous inquiéter d’ici là.

Cependant, vous n’avez pas à craindre les allergies potentielles de votre enfant en vous basant sur vos résultats, ouf !

Mythe #8 : Deux cœurs peuvent battre en même temps – VRAI !

Les battements de cœur d’une mère et ceux de son enfant peuvent s’accorder s’ils se regardent dans les yeux.

C’est un phénomène que nous sommes heureux de prouver ! Il ne s’agit pas d’une simple rumeur : les liens entre une mère et son enfant sont bien plus profonds que les liens du sang, ils vont jusqu’à la correspondance rythmique des battements de cœur.

En effet, les battements de cœur d’une mère et ceux de son enfant peuvent correspondre en quelques secondes seulement après s’être regardés dans les yeux.

Ce phénomène est fascinant, car le rythme cardiaque d’un nouveau-né à la naissance est d’environ 180 BPM et tombe à 115 avant l’âge d’un an.

Le fait qu’un enfant reconnaisse sa mère et ait un lien si fort avec elle, que même son rythme cardiaque puisse reproduire celui de sa mère, est un fait et une véritable beauté de la vie !

Mythe #9 : Presque tous les bébés ont des taches de naissance – VRAI !

l'enfant est debout dans le berceau

Eh oui, les taches de naissance sont fréquentes chez environ 80 % des nouveau-nés. Bien qu’elles varient beaucoup d’un bébé à l’autre, si votre enfant en a une, c’est tout à fait normal et même la norme pour les nouveau-nés.

Cela s’explique par ce qui se passe lorsque l’enfant sort de l’utérus de sa mère. Au cours de ce processus, de minuscules vaisseaux sanguins sont dilatés et peuvent ensuite provoquer des taches de naissance visibles.

Celles-ci, ainsi que les taches de naissance en forme de dôme, peuvent disparaître avec le temps. Les taches de naissance ne sont pas un sujet de panique chez les nouveau-nés et ne sont qu’un vestige de leur voyage dans ce monde.

Cependant, il est toujours préférable de consulter votre médecin si vous trouvez quelque chose qui vous inquiète.

Mythe #10 : On ne peut pas éviter les « terribles deux ans » – FAUX !

À deux ans, la découverte de soi est à son comble et cela ne veut pas dire que les « terribles deux ans » ne sont pas terribles du tout… Parce qu’ils sont vraiment terribles !

Le mythe que nous déboulonnons est celui selon lequel les « terribles deux ans » DOIVENT être terribles et qu’il n’y a rien que l’on puisse y faire.

Lorsqu’un enfant atteint l’âge de deux ans, il se trouve à un âge unique où la découverte de soi est à son apogée, en dehors de l’éventuelle phase d’adolescence.

Selon les spécialistes dans le domaine, l’âge de deux ans est celui où les enfants commencent vraiment à ressentir leur indépendance… d’où les accès de colère, la rage et la rébellion.

L’idéal serait de bien vous préparer, vous et votre enfant, à ces années à venir afin de les rendre un peu plus faciles et moins stressantes pour tous les deux.

En limitant les choix de l’enfant et en prenant des décisions claires pour lui, par exemple en ne choisissant que deux choses pour le dîner ou la tenue vestimentaire de la journée, vous pouvez réduire les crises de colère.

Il est également utile, de demander l’aide de votre partenaire et de passer d’une tâche à l’autre afin de ne pas exposer votre enfant à une situation où la rébellion est imminente (par exemple, les courses alimentaires).

Bien que ce soit difficile, ce n’est pas impossible, et le fait d’être une maman préparée et de savoir ce à quoi vous pouvez vous attendre, peut aider à rendre les « terribles deux ans » un peu plus supportables.

Ceci dit, gardez toujours en tête que, pendant que votre tout-petit grandit, il teste ses limites, ainsi que les vôtres.