Skip to Content

Le Regret D’être Mère Ne Fait Pas De Vous Une Mauvaise Maman !

Le Regret D’être Mère Ne Fait Pas De Vous Une Mauvaise Maman !

Avez-vous déjà eu des regrets d’être maman ? Souhaitez-vous parfois retrouver votre ancienne vie ? Avez-vous l’impression que vous auriez dû attendre plus longtemps pour avoir des enfants ? Vous souhaitez peut-être que les choses se passent différemment ?

Ne vous inquiétez pas, chère maman ! Ce sentiment est plus répandu chez les mamans que vous ne le pensez. Alors, sachez que vous n’êtes pas seule !

Pour en savoir plus sur ce sujet tabou, poursuivez la lecture et découvrez des témoignages de femmes qui ont ressenti le mal de mère, comment elles sont parvenus à gérer leur regret maternel, et de quelle manière vous pouvez apprendre à le gérer aussi.

Oui, j’aime mon bébé, mais je regrette d’être maman : un sentiment parfaitement normal !

mère assise sur le sol pendant que bébé lui tend la main

La plupart des mamans admettent que la maternité est un beau voyage. Et certes, c’est quelque chose d’incroyable ! Ce petit être humain qui grandit en vous, cet amour qui fait gonfler votre cœur, un amour inconditionnel comme vous n’en avez jamais connu auparavant.

Cet amour se renforce au fur et à mesure que votre enfant grandit et en tant que maman, rien ne vous rend plus heureuse que de voir votre bébé vous sourire. Lorsqu’il fait ses premiers pas et qu’il prononce ses premiers mots, vous êtes totalement sous le charme.

Si les premiers jours du post-partum sont fous, une fois que vous avez traversé les premiers mois, les choses deviennent relativement plus faciles et vous commencez à apprécier de passer du temps avec votre petit.

Cependant, n’y a-t-il pas des jours où vous regrettez votre statut de mère ?

Ces derniers temps, les médias ont beaucoup parlé des femmes qui s’ouvrent et admettent que, même si elles feraient tout pour leurs petits, elles regrettent parfois d’être mères.

Si vous êtes mère, je parie qu’il y a des jours où vous remettez vraiment en question ce que vous faites, où vous vous demandez même si être mère était vraiment dans votre intérêt, et où vous pensez que vous auriez pu faire les choses différemment !

Surtout quand vous voyez vos amies sans enfants s’amuser comme des folles sur les réseaux sociaux, leurs corps incroyables en bikinis et leurs voyages fréquents vers des destinations de rêve. Alors, parfois, vous ne pouvez pas vous empêcher d’être jalouse et c’est normal !

Car pour vous, depuis que vous êtes maman, le simple fait de prendre une douche est devenu un véritable exploit ! Cela vous dit quelque chose ? Vous vous surprenez parfois à rêver en vous demandant « Et si je n’avais pas d’enfant(s) » ?

Je vous rassure tout de suite chère maman : rien ne cloche avec votre santé mentale !

Personnellement, j’éprouve beaucoup d’empathie pour les femmes qui ont connu des regrets de maternité, car je comprends complètement ce qu’elles vivent.

En effet, il m’est arrivé à plusieurs reprises de ressentir la même chose, et de me sentir coupable immédiatement après avoir pensé de la sorte.

À l’époque, je me disais alors : « Pourquoi aurais-je de telles pensées ? C’est mal ! Je suis une mauvaise mère rien que pour y avoir pensé ». Mais, suis-je vraiment une mauvaise mère ? Non ! J’aime tellement ma fille et il n’y a rien que je n’abandonnerais pour elle.

Même si je ne suis pas parfaite, je dirais que je suis une bonne mère. Je dirais même que je suis carrément une super maman ! Mais, des jours comme celui-ci, le doute s’insinue et je commence à penser que quelque chose ne va pas chez moi.

Pourtant, je ne suis pas la seule. Des tonnes de mamans se sont ouvertes anonymement pour dire qu’elles ressentaient la même chose.

Les femmes ne peuvent pas s’épancher publiquement sur le fait qu’elles regrettent d’être mères parce que la société a jugé qu’il était INACCEPTABLE de ne pas vouloir donner naissance à des bébés.

La société nous dit que : « Chaque femme doit avoir envie d’être maman, et si une femme n’a pas d’instinct maternel, alors, cela veut dire que quelque chose ne tourne pas rond avec elle ! ». La pression sociale est énorme !

Même les femmes qui ne veulent pas vraiment être mères continuent à lutter, et même si elles arrivent à tenir bon, la plupart d’entre elles finissent quand même par devenir mères, en souhaitant qu’un voile magique les recouvre et les fasse disparaître.

Elles se sentent automatiquement comme la mère qu’on leur a dit qu’elles auraient dû être. Cependant, ce n’est pas toujours la réalité.

Il est si difficile de s’ouvrir et d’admettre que l’on a des regrets d’être mère. D’autres personnes vous diront même que vous souffrez probablement d’une dépression post-partum et que ces sentiments devraient s’estomper avec le temps.

D’autres mamans seront rejetées et, pire encore, jugées, ce qui explique pourquoi la plupart ont peur de s’ouvrir vis-à-vis de leur sentiment de regret.

Dès que vous vous ouvrez et admettez que : « Oui, j’aime mon bébé, mais je regrette d’être maman », vous êtes cataloguée comme « un parent inapte, une mauvaise mère ».

Comme si la maternité n’était pas déjà difficile pour vous, vous devez maintenant faire face au rappel constant que quelque chose ne va pas chez vous.

Exprimer des regrets est considéré comme « contre nature », comme une mauvaise éducation, comme de l’égoïsme, ou comme le signe d’une maman de plus qui pleurniche dans une culture où l’on pleurniche souvent.

Vous serez critiquée, c’est certain. Cela ne changera rien au fait que la plupart des mères ressentent le regret de la maternité, et que c’est parfaitement normal.

Cela ne fait pas de vous une mauvaise mère ! Cela vous rend humaine. Admettre qu’il y a des jours où vous vous demandez si vous avez pris la bonne décision en ayant vos enfants ne signifie pas que vous ne les aimez pas.

Témoignages de femmes qui regrettent d’être mères

Gros plan d'une femme réfléchie assise sur un canapé

Il y a beaucoup de mamans comme vous, qui ressentent la même chose.

Monique, mère de trois enfants, admet qu’elle regrette de ne pas avoir de temps pour elle : « Trop souvent, il ne reste rien pour moi. Rien. Et ce sentiment d’épuisement total est si frustrant, si accablant, que je me retrouve à sangloter tard dans la nuit dans la baignoire ou lorsque je promène le chien – à peu près les seuls moments que j’ai pour moi dans cette vie que je voulais tant et dans laquelle je me trouve maintenant piégée. »

« Quand j’en ai l’occasion, je prends de longues douches, de très longues douches. C’est le seul moment où j’ai l’impression d’être vraiment seule. Je suis seule, je prends du temps pour moi. Pourtant, je m’effondre aussi quand je pense à ce qu’est devenue ma vie. » – Rosalie, maman de deux enfants.

Brigitte se sent coupable de ne pas vouloir être mère : « Je ressens toujours beaucoup de culpabilité parce que je regrette d’être parent, non pas parce que j’ai échoué en tant que parent (je ne crois pas que ce soit le cas), mais parce que je ne veux pas être parent. Je ne peux même pas vraiment expliquer pourquoi je ressens cela – je le ressens, tout simplement. »

Sophie, une de nos lectrices a déclaré : « J’ai des jumelles de 5 ans et, bien que je les aime, je déteste absolument ce que la parentalité a fait de ma vie et je déteste le rôle de mère ! Je l’ai regretté presque instantanément et je pensais que cela s’améliorerait à mesure qu’elles grandiraient, mais ce n’est pas le cas. Je regrette tout simplement ma décision de devenir mère et j’ai trouvé plus d’épanouissement, de bien-être et de bonheur dans ma vie avant les enfants. »

Une autre jeune fille préférant rester anonyme a déclaré : « Je regrette d’être mère. Avant, j’étais quelqu’un, maintenant je suis juste maman et c’est souvent difficile à accepter. J’ai parfois du mal à accepter la personne à laquelle j’ai dû renoncer quand j’ai décidé de rester à la maison pour être maman à plein temps. »

Une autre maman a admis la même chose : « Oui, je regrette la maternité. Je n’avais pas réalisé à quel point j’aurais du mal à être parent. Et mon conjoint n’est pas aussi utile que je le pensais en matière d’éducation des enfants. J’aime les enfants. (Et j’aime mes enfants.) J’ai travaillé comme baby-sitter, nounou, fille au pair, enseignante. J’aime être en contact avec les enfants et je sens que j’ai un don. Cependant, j’aurais vraiment aimé mieux me connaître avant de décider d’être parent. Je n’ai pas grandi en entendant des parents (des femmes en particulier) discuter des réalités de la parentalité, alors je n’étais pas préparée à l’anxiété, au stress et aux défis associés à la prise en charge responsable d’un autre être humain (souvent avec très peu de soutien). »

Stéphanie, mère de deux enfants, s’est ouverte à nous : « J’envie les gens que je connais qui n’ont pas d’enfants, et même les gars que je connais qui sont encore célibataires. Je me surprends parfois à rêver et à imaginer d’avoir leur vie et leur liberté. Je peux voir qu’ils ont beaucoup de qualité de vie, que j’avais aussi jusqu’à il y a quelques années. »

On pourrait continuer encore et encore à parler des mamans qui ont regretté la décision d’avoir des enfants, mais l’important c’est que, si vous aussi vous en faites partie, vous sachiez que ce n’est pas grave !

D’ailleurs, je vous invite à partager votre expérience avec nous dans les commentaires, où vous trouverez certainement, beaucoup plus de soutien que vous ne pouvez l’imaginer.

À présent, continuons avec les différents moyens de vous faciliter la vie et de vous aider à surmonter ce sentiment qui vous ronge. Voici ce que vous pouvez faire.

Acceptez que rien ne nous prépare vraiment à être parent

mère et enfants regardant par la fenêtre

Bien que vous pensez être prête financièrement et que vous avez l’impression d’être mentalement prête pour un bébé, rien, et je dis bien RIEN, ne vous prépare réellement à devenir mère !

Il n’existe pas de manuel que vous pouvez feuilleter à chaque fois que vous avez un problème parental, qui résoudra ce dernier comme par magie !

Ce n’est pas aussi facile que ça en a l’air. Même après avoir fait des recherches, lu, parlé à des experts, suivi des cours, etc., vous ne serez jamais suffisamment prête pour ce que sera votre vie de mère. Votre vie va changer du tout au tout et c’est pourquoi les regrets sont souvent inévitables !

Vous avez le droit de fulminer !

mère et enfant pleurant dans le couloir

Vous pouvez fulminer autant que vous le souhaitez, que ce soit en ligne ou auprès de vos amis proches et de votre famille.

Personnellement, j’ai eu beaucoup de chance d’avoir une famille et des amies qui m’ont soutenu et qui sont passés par là. Des gens dont j’ai vu la vie changer complètement après avoir eu des enfants.

Parlez-en avec vos proches autant que vous le souhaitez et dites-leur exactement ce que vous ressentez. Vous vous sentirez beaucoup mieux en sachant que vous n’êtes pas seule dans cette situation.

Vous avez le droit de vous demander « Et si ? »

photo floue de la mère et du fils regardant par la fenêtre

Il est normal de se demander si votre vie aurait été différente si vous n’aviez pas eu d’enfants. Auriez-vous atteint tous vos objectifs ? Votre situation globale serait-elle meilleure sans enfants ?

Ne vous culpabilisez pas si vous n’avez pas réussi aussi bien que d’autres mamans ou certaines de vos amies sans enfants.

Avec le temps, vous vous rendrez compte qu’il y a beaucoup d’autres mamans, tout comme vous, qui ont du mal à faire avancer les choses. Ceci dit, croyez-moi sur parole quand je vous dis que ça ira beaucoup mieux au fur et mesure que vos enfants grandiront.

Trouvez des moyens de faire face

mère étreignant sa fille

Même si vous avez entièrement le droit de ressentir des regrets de temps en temps, soyez confiante dans le fait que vous élevez un mini être humain qui dépend entièrement de vous.

Votre vie ne s’est pas déroulée comme vous l’espériez ? Et alors ? Ce n’est pas si grave que cela ! Acceptez le présent. Ce n’est que de cette façon que vous commencerez à être de nouveau heureuse.

Et même si vous regrettez vraiment d’être mère, ce n’est pas grave. Et au lieu de vous morfondre et de vous sentir coupable, parlez à d’autres femmes qui ressentent ou ont ressenti la même chose.

Au moins, elles ne vous jugeront pas si vous vous ouvrez à vos véritables sentiments, car la maternité n’est pas une petite balade et vous n’êtes pas obligée de faire ce voyage seule !

Et pour finir, encore une fois, souvenez-vous que ce n’est pas parce que vous regrettez la maternité à un moment donné de votre vie, que vous êtes une mauvaise maman !