Skip to Content

Vivre les émotions de l’enfant pour mieux les comprendre

Vivre les émotions de l’enfant pour mieux les comprendre

Le cerveau de votre petit ange se développe entre zéro à cinq ans. Et ce n’est pas tout le temps simple. Immature, vulnérable et fragile, ce petit être donne souvent l’impression de faire des caprices. Est-ce qu’il ne sait pas s’exprimer ? Souffre-t-il d’un trouble du comportement ?

Les enfants naissent avec des réactions émotionnelles telles que les pleurs, la frustration, la faim et la douleur. Toutefois, au fur et à mesure qu’ils grandissent, ils apprennent à connaître d’autres émotions. Alors, comment une mère peut-elle sécuriser les différentes émotions de son enfant ?

Comprendre et gérer les émotions : pourquoi c’est important ?

la femme réconforte l'enfant assis sur le lit

La gestion des émotions consiste à trouver la force intérieure nécessaire pour maîtriser des sentiments très forts. Parfois, cela nécessite un discours d’encouragement interne, surtout lorsque vos enfants comptent sur vous.

Quand votre enfant ramène à la maison un mauvais bulletin de notes , que devez-vous faire ? Devez-vous lui crier dessus ?

Pas du tout ! Vous savez que les yeux de votre enfant seront rivés sur vous. ll voudra voir comment vous allez réagir à la nouvelle. Donc, prenez une inspiration profonde avant de lui parler. Montrez-lui comment vous pouvez parler gentiment même quand vous êtes frustrée. Il est primordial de lui montrer qu’il est possible de gérer les émotions, même dans des situations compliquées.

La compréhension et la gestion des émotions sont importantes pour le développement et le bien-être pendant la petite enfance aussi bien que l’adolescence. Les enfants et les adolescents qui parviennent à comprendre et à gérer leurs émotions ont plus de chances de :

• exprimer leurs émotions en parlant calmement ou de manière appropriée

• rebondir après avoir ressenti des émotions fortes comme la déception, la frustration ou l’excitation

• contrôler leurs impulsions

• se comporter de manière appropriée, c’est-à-dire de façon à ne pas blesser les autres, les choses ou eux-mêmes.

Et c’est une bonne chose pour les enfants, car cela les aide à apprendre, à se faire des amis, à devenir indépendants et plus encore.

La capacité de votre enfant à comprendre et à gérer ses émotions se développe avec le temps. Lorsque votre enfant est jeune, il aura besoin d’aide pour comprendre les émotions. Il s’agit principalement de reconnaître et de nommer les émotions et de préparer le terrain pour la gestion des émotions à mesure que votre enfant grandit.

Au fur et à mesure que votre enfant grandira, il apprendra d’autres stratégies pour gérer ses émotions sans votre aide.

La compréhension et la gestion des émotions sont également appelées régulation émotionnelle. Il s’agit d’une partie importante de l’autorégulation de votre enfant.

Pourquoi certains enfants ont-ils du mal à contrôler leurs émotions ?

une femme assise sur un canapé dans une étreinte avec un enfant

Les problèmes de contrôle des émotions sont une combinaison de tempérament et de comportement acquis. Les capacités innées d’autorégulation d’un enfant sont fonction de son tempérament et de sa personnalité.

Certains bébés ont du mal à s’apaiser, et sont très perturbés lorsque vous essayez de leur donner un bain ou de les habiller. Ces enfants sont plus susceptibles d’avoir des problèmes d’autorégulation émotionnelle lorsqu’ils sont plus âgés.

Cependant, l’environnement joue également un rôle. Lorsque les parents cèdent à des crises de colère ou font des efforts supplémentaires pour calmer leurs enfants lorsqu’ils s’énervent et se comportent mal, les enfants ont du mal à développer leur autodiscipline.

Dans ces situations, le petit attend essentiellement de ses parents qu’ils soient des régulateurs externes de son comportement. Si ce schéma se répète et que l’enfant est capable d’externaliser l’autorégulation, cela peut devenir une habitude.

Les enfants souffrant de TDAH (trouble du déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité) ou d’anxiété peuvent trouver particulièrement difficile de gérer leurs émotions, et ont besoin de plus d’aide pour développer des compétences de régulation émotionnelle.

Quels sont les signes que votre enfant pourrait avoir besoin d’aide ?

le bébé pleure maman le réconforte alors qu'ils s'assoient à table

Tous les enfants ont besoin d’aide et de soutien pour gérer leurs émotions fortes, en particulier les plus jeunes ou ceux qui doivent faire face à des difficultés supplémentaires, comme un décès dans la famille ou un autre événement traumatisant.

Les enfants peuvent avoir besoin d’aide pour gérer leurs émotions fortes s’ils :

• se sentent contrariés ou malheureux à cause de l’ampleur de leurs émotions.

• ressentent des émotions très fortes qui sont disproportionnées par rapport au problème ou à la situation.

• ont l’impression d’avoir des émotions fortes pendant une longue période après l’épisode qui a déclenché ces émotions.

• passent souvent du calme à une émotion intense comme la colère très rapidement.

• expriment des émotions de manière inappropriée, par exemple, rire en réponse à une mauvaise nouvelle.

• se taisent, se cachent ou repoussent les gens lorsqu’ils sont bouleversés.

• ont besoin d’aide s’ils semblent prendre de mauvaises décisions parce qu’ils ressentent des émotions fortes comme la frustration.

• ont du mal à se détendre suffisamment pour profiter de leurs loisirs ou être avec leur famille et leurs amis.

Que se passe-t-il chez les nourrissons ?

Les nourrissons sont essentiellement guidés par des émotions pré-enregistrées dans leur cerveau. Par exemple, les pleurs sont généralement une tentative d’éviter les stimuli désagréables ou de se diriger vers des stimuli agréables comme la nourriture, le toucher et les câlins.

Il est prouvé qu’au cours des six premiers mois, les nourrissons sont capables de ressentir de la détresse et d’y répondre en adoptant un comportement d’auto-apaisement tel que la succion. D’autres études ont montré que les tout-petits développent des compétences d’autorégulation dans la petite enfance et sont capables d’aborder ou d’éviter des situations en fonction de leur impact émotionnel.

Qu’en est-il des tout-petits ?

À l’âge d’un an, les nourrissons prennent conscience que leurs parents peuvent les aider à réguler leurs émotions.

Lorsqu’ils quittent le stade de la petite enfance, les tout-petits commencent à comprendre que certaines émotions sont associées à certaines situations. Un certain nombre d’études suggèrent que la peur est l’émotion la plus difficile pour les tout-petits. À cet âge, les parents peuvent commencer à utiliser des approches adaptées à leur âge pour parler aux enfants des émotions et les encourager à les nommer.

À l’âge de deux ans, les enfants sont capables d’adopter des stratégies pour faire face aux émotions difficiles. Par exemple, ils sont capables de prendre de la distance par rapport à ce qui les contrarie.

Les émotions et les enfants d’âge scolaire

Les enfants ressentent de nombreuses émotions pendant l’enfance. De nombreuses émotions secondaires entrent en jeu à cet âge, car les émotions de l’enfant sont soit validées, soit invalidées, ce qui influence les réactions émotionnelles futures.

Ils sont capables de comprendre et de différencier les expressions émotionnelles appropriées et inappropriées, mais ils ont encore du mal à exprimer leurs émotions, surtout s’ils n’ont pas appris à les identifier et à les nommer.

C’est possible de trouver un juste milieu

un enfant assis dans la cuisine une femme parlant à un enfant

Il ne serait pas normal de coller un sourire sur nos visages et de prétendre que tout va bien, 24 heures sur 24, 7 jours sur 7. Nos enfants se rendraient compte du caractère artificiel de cette situation, tout comme ils se rendraient compte que vous êtes en colère contre eux à cause d’un mauvais rapport d’un professeur.

Donc, il est important de trouver un juste milieu. Nous voulons montrer à nos enfants que nous ressentons ces sentiments dégoûtants, mais que ce n’est pas grave, car nous les maîtrisons. Nous gérons nos émotions.

C’est ainsi que nous apprenons aux enfants à gérer leurs propres émotions. En montrant l’exemple que ce qui compte, ce n’est pas ce que la vie nous offre, mais la façon dont on gère ce qu’elle nous offre.

Bien sûr, de mauvaises choses arrivent parfois aux bonnes personnes. Et c’est alors que nous avons l’occasion de montrer à nos enfants comment tirer le meilleur parti d’une mauvaise situation avec grâce.

Créez des exercices d’entraînement

une femme à l'extérieur apprend à un enfant à marcher

Les essais à blanc sont un autre moyen de favoriser l’autorégulation. Par exemple, si vous avez eu des problèmes avec un enfant qui réagit de manière impulsive ou qui fait une crise de colère dans un magasin, faites une courte visite lorsque vous n’avez pas besoin de faire de gros achats.

Demandez-lui de s’entraîner à marcher avec vous, en gardant ses mains pour lui. Chaque fois qu’il réussit, il gagne des points pour atteindre un objectif.

Les parents se découragent souvent lorsque les choses ne se passent pas bien la première fois qu’ils essaient de développer des compétences, mais la cohérence et le fait de commencer à un niveau approprié pour votre enfant sont essentiels. Plutôt que d’abandonner, essayez de réduire l’activité pour qu’elle soit plus facile à réaliser, et donnez lentement à votre enfant de plus en plus d’indépendance pour la réaliser.

Par exemple, si se brosser les dents est un problème pour votre enfant, vous pouvez commencer par vous concentrer sur l’application du dentifrice sur la brosse, et répondre par des commentaires positifs et des récompenses lorsqu’il le fait. Une fois qu’il s’est exercé à le faire plusieurs fois, ajoutez l’étape suivante de la chaîne.

De même, si le fait de sortir le matin provoque des crises de nerfs, ciblez une étape à la fois. D’abord, disons, s’habiller à 7 h 15.

Une fois qu’il a maîtrisé cette étape, fixez une heure cible pour le petit-déjeuner et ajoutez-la. Le fait de diviser la chaîne en petites étapes permet à l’enfant d’acquérir des compétences en matière d’autorégulation par paliers gérables.

Comment contrôler la colère ?

une femme imaginaire est assise dans un fauteuil et regarde devant elle

Il est clair que nous ne voulons pas mentir aux enfants. Mais trouver la bonne façon de gérer nos sentiments forts et désagréables n’est pas si facile. Disons que nous sommes en colère. Comment devons-nous gérer nos sentiments en présence de nos enfants ?

Voici quelques conseils pour les parents qui doivent faire face à la colère. Cela inclut celle d’un enfant ou de la leur :

1. Gérez votre colère sur le moment. L’accumulation et le facteur de surprise sont les parties les plus effrayantes pour votre enfant.

2. Lorsque vous êtes en colère, retirez-vous de la situation, prenez le temps de vous calmer, puis revenez et faites face à la situation directement, et de manière calme.

3. Abstenez-vous de rabaisser verbalement, de réprimander ou de cracher des hostilités à votre enfant ou à votre conjoint. Prenez-en l’engagement solennel.

4. Tout comme vous reconnaissez et acceptez la colère comme une émotion humaine naturelle et normale, acceptez-la chez votre enfant. Invitez votre enfant à vous parler ouvertement de sa propre colère.

5. Parlez des sentiments avec votre enfant. Acceptez la colère comme un autre sentiment acceptable.

6. Fixez et maintenez des limites de manière concrète, plutôt que dans un élan de colère.

7. Travaillez à augmenter votre tolérance à la gratification différée. Soyez patient. Votre enfant ne se conformera que si vous le soutenez et si vous êtes de son côté.

8. Apprenez à votre enfant à toujours vous dire la vérité. Dites-lui que vous allez vous efforcer de ne pas vous mettre en colère parce que vous l’aimez et que vous ne voulez pas l’effrayer.

9. Sachez que vous êtes un modèle pour vos enfants. Votre enfant se dira : Si papa et maman explosent tout le temps, pourquoi pas moi ?

10. Soyez gentil avec vous-même. Sachez que c’est un processus, pas une solution miracle. Ne perdez pas de vue votre motivation à élever des enfants heureux, en bonne santé, disciplinés et aimants.

Montrez à votre enfant comment faire des introspections

une femme avec sa fille est assise sur le canapé en méditant

Lorsque les parents ou les enseignants abordent calmement un comportement impulsif et inapproprié et leur donnent du temps, les enfants peuvent apprendre à choisir de meilleures façons de réagir à cette situation.

Les enfants ont besoin d’un retour d’information qui ne porte pas de jugement et qui n’est pas émotionnel : ce qui n’a pas fonctionné, pourquoi, et comment ils peuvent y remédier la prochaine fois.

Quand les enfants évoluent dans un environnement réfléchi et analytique plutôt qu’émotionnel et rapide, ils peuvent apprendre à faire de meilleurs choix.

Le fait de ralentir permet aux enfants de devenir plus réfléchis et plus conscients d’eux-mêmes.

Nous devons ralentir et donner l’exemple de l’autoréflexion, de la conscience de soi et de l’autorégulation à nos enfants, mais c’est également utile et bon pour nous aussi.

La pleine conscience et la méditation sont bonnes pour tout le monde, mais surtout pour les enfants qui ont des difficultés d’autorégulation.

Pour les enfants plus âgés, la thérapie comportementale dialectique (TCD) est également une option, car elle se concentre sur la tolérance à la détresse et la régulation des émotions.

free gay sex chat rooms

Friday 14th of January 2022

gay chat toms river nj https://gay-buddies.com/

free gay sex chat fcn

Friday 14th of January 2022

bbrt gay chat site https://gaytgpost.com/

all free gay chat rooms

Friday 14th of January 2022

gay sex chat free https://bjsgaychatroom.info/

2beatitude

Wednesday 12th of January 2022

3rudiments

Comments are closed.