Skip to Content

Le PN Et La Mort De Sa Mère : La Réaction Du Pervers Narcissique

Le PN Et La Mort De Sa Mère : La Réaction Du Pervers Narcissique

Le PN et la mort de sa mère, est-ce une chose compliquée à gérer ?

Lors d’un décès, le processus de deuil est naturel. Nous expérimentons tous la perte arrivée à un moment donné. Cependant, comment la mort affecte-t-elle un pervers narcissique qui s’intéresse davantage à lui-même ?

Un peu plus sur le sujet : le PN et la mort de sa mère

Le PN et la mort de sa mère est un sujet intéressant. Les personnes atteintes d’un trouble de la personnalité narcissique (TPN) ont une façon compliquée de faire leur deuil, bien qu’elles puissent et fassent leur deuil des pertes subies dans leur vie. De nombreux individus manipulateurs narcissiques éprouvent des émotions extrêmes et valables qui accompagnent la perte de leur mère ou de leur père. Certains peuvent ressentir un mélange écrasant d’émotions qui les mettent mal à l’aise. Ils peuvent passer un temps considérable à éviter ces réactions associées à leur deuil.

Pour d’autres personnes souffrant de perversion narcissique, ces vagues émotionnelles peuvent tempérer leur côté narcissique ou antagoniste. Elles peuvent également éprouver une retenue temporaire sur les impulsions traditionnelles qu’elles pourraient autrement manifester surtout si elles ont eu des parents vampires émotionnels. En même temps, elles peuvent se déchaîner avec rage et colère en raison de leur douleur.

Ces réactions de deuil peuvent provenir de la peur de reconnaître leur vulnérabilité et leur humanité.

Que ressentent les PN quand ils sont déstabilisés ?

De nombreuses personnes toxiques trouvent incroyablement déstabilisant d’éprouver des réactions humaines normales face à la mort de leur mère. Ces personnes ont besoin d’aide afin de pouvoir passer ce cap difficile. Elles ne sont pas capables de fonctionner comme les autres et seules face à leur perte, c’est impossible. La plupart du temps, elles préfèrent vivre dans le déni de leurs expériences émotionnelles et de leurs réactions au deuil.

Le PN a une relation compliquée avec ses parents, principalement avec sa mère. En tant que figure d’autorité primaire, les parents du narcissique sont souvent une source de frustration qui conduit à une agressivité réprimée ou auto-dirigée. Ils traumatisent le narcissique quand il est un petit garçon ou une petite fille et contrecarrent son développement sain jusqu’à la fin de son adolescence.

Les victimes de pervers narcissiques et les parents abusifs

Bien souvent, les parents des manipulateurs sont aussi narcissiques. Ils ont toujours un comportement capricieux, récompensent et punissent le narcissique de façon arbitraire, l’abandonnent ou l’étouffent avec des émotions mal contrôlées. Ils lui inculquent un surmoi exigeant, rigide, idéaliste et sadique. Leurs voix continuent à résonner en lui à l’âge adulte et à le juger, le condamner et le punir de multiples façons. C’est grâce à une mère ou un père narcissique que le PN ressent un mal-être incessant dans sa vie privée.

Ainsi, dans la plupart des aspects importants, les parents du narcissique ne meurent jamais. Ils continuent à le tourmenter, à le persécuter et à le poursuivre. Leurs critiques, leur violence verbale et autres formes d’abus et de réprimandes perdurent longtemps après leur mort physique. Leur objectivation du narcissique dure plus longtemps que toute réalité corporelle.

Naturellement, le PN a une réaction mitigée à la mort de ses parents. Elle est composée d’exaltation et d’un sentiment de liberté écrasant, mélangé à du chagrin. Le narcissique est attaché à ses parents de la même manière qu’un otage est attaché à ses ravisseurs. On appelle cela le syndrome de Stockholm.

Le pervers narcissique est tourmenté par ses bourreaux et le prisonnier de ses gardiens qui sont ses parents. Lorsque cette forme d’esclavage qu’il vit s’effrite ou cesse, le PN se sent libéré et perdu, euphorique et triste, épuisé et puissant à la fois.

En outre, les parents du narcissique sont des sources secondaires d’approvisionnement narcissique. Ils remplissent le triple rôle d’accumuler le passé du narcissique, de témoigner des grands moments du narcissique et de lui fournir de l’approvisionnement narcissique sur une base régulière et fiable. Puisqu’un parent malsain recherche la dépendance affective ou la soumission chez leurs enfants et utilise la violence psychologique ou les dénigrements pour les affecter, les profils de ces victimes ne sont jamais positifs.

Donc, la relation du PN avec sa mère ou son père est un sujet assez délicat. Cela représente la perte de la meilleure source d’approvisionnement narcissique disponible autour de lui. Par conséquent, cette perte constitue un coup dévastateur pour son équilibre mental.

L’impact du décès d’un parent narcissique sur le PN

Derrière les épisodes malsains et les pertes évidentes que génèrent les relations toxiques se cache une réalité plus inquiétante. L’enfant manipulateur peut avoir plusieurs comptes à régler avec sa mère ou son père. Cela peut arriver à chacun d’entre nous, mais le sien sera toujours plus fondamental. Les conflits non résolus, les traumatismes, les peurs et les blessures bouillonnent et la pression qui en résulte déformera la personnalité du narcissique.

Par ailleurs, si la mère du PN meurt avant la résolution de ces problèmes, l’enfant deviendra encore plus parano, il sera plus enclin à se diriger vers la mythomanie et aura un niveau d’estime de soi au plus bas. Pire, il se peut qu’il n’ait jamais de prise de conscience et qu’il ne puisse pas fonctionner comme un être humain normal jusqu’à sa mort. Il sera encore plus dépendant des flatteries ou de n’importe quoi qui booste son ego. Si votre relation amoureuse semble être trop compliquée parce que vous devez supporter un PN, fuyez !

La mort d’un parent narcissique privera le narcissique de la fermeture qu’il désire et dont il a tant besoin. Elle scelle son incapacité à accepter les sources mêmes de son invalidité, les racines toxiques de son trouble. À l’heure actuelle, cela peut être considéré comme des nouvelles graves et déconcertantes. De plus, la mort d’une mère va en grande partie assurer la poursuite du débat acrimonieux entre le surmoi du PN et des autres structures de sa personnalité.

Incapable d’opposer son image des parents idéaux à ses parents réels qui moins qu’idéaux, il ne sera pas en mesure de communiquer avec eux. Le manipulateur narcissique sera incapable de se défendre, de les accuser, voire de les plaindre. Il se retrouvera enfermé dans une capsule temporelle, reconstituant à jamais son enfance triste, l’injustice qu’il a vécu et le sentiment d’abandon qu’il a ressenti quand sa mère ne l’a pas pris au sérieux.

Le narcissique a besoin qu’au moins l’un de ses parents vive pour qu’il puisse justifier sa mauvaise humeur, son débalancement psychologique et tout ce qui ne va pas chez lui. Il a besoin que sa mère soit vivante surtout pour se venger d’elle, pour l’accuser et la punir de ce qu’elle lui a fait.

L’un des parents doit vivre

Cette tentative de réciprocité ou de règlement de compte représente pour lui la justice et l’ordre. Selon lui, cela introduit du sens et de la logique dans un paysage mental totalement chaotique. C’est le triomphe du bien sur le mal, du faible sur le fort, de la loi et de l’ordre sur le chaos et le caprice. C’est la victimisation au plus haut point et si vous arrivez à détecter ce schéma, vous verrez son vrai visage.

Pour le PN, la disparition d’un de ses parents est perçue comme une blague cosmique à ses dépens. Quand une telle tragédie arrive, il se sent coincé pour le reste de sa vie avec les conséquences d’événements et de comportements dont il n’est pas responsable. Les méchants fuient leur responsabilité en quittant la scène, en ignorant le scénario et les ordres du maître. Il se sent à jamais petit vis à vis de ses géniteurs.

À la mort de ses parents, le pervers narcissique traverse un dernier grand cycle de rage impuissante. Il se sent alors, une fois de plus, rabaissé, honteux et coupable, digne d’être condamné et puni. Il se sent ainsi car il a été en colère contre ses parents et pour s’être réjoui de leur mort. C’est au décès de ses parents que le narcissique redevient un enfant. Et, comme la première fois, ce n’est pas une expérience agréable ni savoureuse. Si vous vivez une histoire d’amour avec un pervers narcissique qui a perdu sa mère récemment, bon courage !

Comment un PN se sent à la mort de sa mère ?

Comment un narcissique peut-il faire face à la mort de sa mère lorsque d’autres personnes de son entourage vivent la même perte ? Les PN ont tendance à avoir des réactions mitigées au décès de leurs frères et sœurs, de leurs parents et d’autres membres de la famille proche. D’un côté, ces manipulateurs éprouvent un sentiment de joie et de liberté, et de l’autre, ils se sentent écrasés ou tout simplement tristes.

Dans les relations parents-enfants, un pervers narcissique peut se sentir perdu sans sa mère et libéré par l’emprise de cette dernière sur sa vie. Comme énoncé plus haut, dans ce type de relations et dans d’autres, une personne égocentrique peut se sentir à la fois triste, euphorique, puissante et épuisée.

Le PN peut fluctuer d’une émotion à l’autre jusqu’à ce qu’il apprenne à gérer ses sentiments à petit feu. Souvent, sa mauvaise réaction par rapport au deuil résulte de conflits non résolus, de traumatismes, de la douleur et de la peur qui découlent de leur relation avec le défunt. Quand il est en deuil, il peut même s’exprimer à tort sur les réseaux sociaux.

Quelques réactions du PN après le décès de sa mère

Après le décès d’une mère, le manipulateur pervers devrait peut-être songer à prendre rendez-vous avec un spécialiste. C’est très important surtout s’il a été victime de violence physique ou s’il culpabilise de quelque chose lié à sa mère. Mais avant tout, quelles sont les réactions typiques d’un PN apres la mort d’un être cher comme sa mère ou son père ?

Il ne s’agit que de lui

Les narcissiques considèrent le décès d’un être cher sous l’angle d’une mentalité de victime ou d’un point de vue : Et moi alors ? Une personne égocentrique ressentira toujours la douleur de la perte, mais d’une optique totalement différente de celle d’un individu souffrant d’un chagrin apparemment normal suite à la mort d’un être cher. Le PN déforme la réalité de la perte et la transforme en quelque chose auquel il doit maintenant apprendre à s’adapter malgré les effets négatifs sur son bien-être général.

Par exemple, un conjoint peut pleurer la perte de son parent qu’il perd tragiquement et peut considérer la mort de ce dernier comme une punition pour ses méfaits passés. Pour qu’il arrête, il faudrait le déstabiliser.

Le chagrin s’attache aux pertes financières

De nombreux narcissiques considèrent les personnes et les relations de leur vie comme un moyen d’arriver à leurs fins. Lorsqu’ils risquent de perdre davantage suite à la mort de quelqu’un, ils se mettent en colère et sont frustrés dans leur réaction de deuil. Lorsqu’ils perdent une personne qui ajoute de la valeur à leur vie ou qui fait des choses pour eux afin de maintenir le récit de leur vie, ils vivent ce qu’on appelle une perte instrumentale. La mort d’une personne qui leur était utile de leur vivant est plus un désagrément qu’un événement triste.

Une personne atteinte du trouble de la personnalité narcissique traite son chagrin de la même manière que d’autres personnes qui vivent la même perte, comme un conjoint, un frère ou une sœur. Cependant, elle peut considérer sa souffrance comme une simple perte de richesse matérielle ou financière.

Parfois, la mort est une blague pour eux

Un narcissique percevra la mort de l’être cher comme une sorte de plaisanterie cosmique qui lui est faite. Il ne voit généralement pas la mort comme autre chose qu’un tour que l’univers lui joue pour le punir d’une manière ou d’une autre.

À la mort d’une mère, cette personne toxique aura le sentiment qu’elle est maintenant coincée avec les conséquences de la mort de son proche, même si elle n’a rien fait pour la mériter. Son comportement sera d’ignorer les raisons sous-jacentes de la mort de l’être cher et à tout ramener à elle et à ce qu’elle doit maintenant affronter en raison de la mort de son proche.

Le PN éprouve de la rage

Un PN éprouve généralement de la colère et de la rage quand il apprend le décès d’un être cher, en particulier lorsqu’il perd l’un de ses parents ou les deux. Par exemple, il peut se sentir confus face à la honte et à la culpabilité qu’il ressent à la suite du décès de son parent. La honte vient du fait qu’il en veut à ses parents pour tout ce qu’il considère comme mauvais dans son enfance et pour la façon dont il l’ont traité à l’âge adulte.

Les narcissiques peuvent également se sentir coupables de se sentir heureux et soulagés maintenant qu’ils sont morts. Un narcissique connaît généralement un cycle de retour à l’enfance.

Son chagrin est superficiel

Pour une personne égoïste comme le narcissique, le chagrin n’est qu’une partie de l’acte ou du processus de deuil que l’on attend d’elle lorsque sa mère meurt. Elle ne s’attache pas aux réactions émotionnelles partagées que ressentent généralement les autres individus qui pleurent la perte d’un être cher. Lorsqu’elle laisse des sentiments émerger, un thème général d’abandon apparaît généralement et éclipse les autres émotions résultant de la mort de l’être cher.

Certains PN peuvent être plus sensibles à la dynamique de leur relation avec la personne décédée, ce qui active les sentiments d’abandon et de deuil profondément personnel. Leur style de deuil peut inclure des gémissements incontrôlables devant les autres avec des morceaux de rage très prononcés mêlés à leur chagrin. En général, ils ne voient pas leur perte comme étant liée à la personne décédée, mais plutôt comme la perte qui les affecte individuellement.

Le déni est leur moyen de défense

La personne qui a une personnalité narcissique utilise le déni comme défense principale contre le chagrin. Le déni est un moyen de se défendre contre les sentiments et les émotions qui pourraient la faire paraître humaine aux yeux des autres. Le PN peut préférer maintenir sa personnalité grandiose et sa vision déformée de la vie et de la mort pour protéger son ego fragile et vulnérable.

Elle a recours au déni pour se protéger des conséquences effrayantes d’une baisse de garde. Les manipulateurs narcissiques utilisent le déni comme un bouclier protecteur pour ne pas avoir à s’exprimer ou à exprimer leurs émotions aux autres. Parfois, ils font même des blagues et rient à la suite de leur perte pour paraître normales et non affectées par la tragédie.

Comment aider le PN à affronter la mort ?

Aider un individu qui est atteint du trouble de la personnalité narcissique peut s’avérer épuisant sur le plan spirituel et émotionnel. C’est une tâche qui peut parfois donner l’impression de vivre une vie abusive et indigne.

Une personne égocentrique peut considérer toute tentative d’aide comme antagoniste. De ce fait, lors du décès de sa mère, cela peut l’amener à s’en prendre à tout individu désireux de l’aider à surmonter son chagrin. Ces réactions émotionnelles fortes peuvent être liées à la tristesse et à la douleur qu’un narcissique ressent mais qu’il ne veut pas accepter ou admettre, en particulier aux autres.

Le manipulateur narcissique peut dire ou faire des choses qui sont blessantes et offensantes pour les autres personnes vivant le même type de perte. Donc, cela peut parfois rendre la situation encore plus difficile et les aider à surmonter leur chagrin devient quasiment impossible. Malheureusement, un narcissique peut penser que la mort de l’être cher est un inconvénient pour lui et se sentir accablé par le fait que l’être cher ait choisi un moment inopportun pour mourir.

Quelques conseils pour aider un PN à faire face au décès de sa mère

Un pervers narcissique est un individu instable qui est dépendant de son entourage. Il manque de confiance en soi, a tendance à amplifier les problèmes dans le couple et n’a pas une bonne relation avec ses parents. Prenez connaissance des quelques conseils utiles ci-dessous qui aideront un narcissique à faire face au décès de sa mère.

Envoyez-lui une carte de condoléances

Garder vos distances avec un PN est parfois la meilleure chose que vous puissiez faire pour vous-même, surtout lorsqu’il essaie de faire face à la perte de sa mère. Envisagez de lui envoyer une simple carte de condoléances, un bouquet ou une composition de fruits pour lui exprimer votre chagrin pour sa perte.

Dans certains cas, le pervers narcissique trouvera à redire sur la carte de condoléances que vous choisirez d’envoyer. Alors, essayez de ne pas trop réfléchir et d’envoyer ce qui vous semble juste. Vous ne lui ferez probablement jamais plaisir et comme d’habitude vous gaspillerez surtout vos efforts. De plus, envisagez de ne pas l’inviter à vous contacter pour l’aider. Terminez simplement la carte en exprimant vos condoléances.

Recommandez des livres sur le deuil

Recherchez et compilez une liste de livres sur le deuil pour qu’ils puissent choisir si jamais ils ressentent le besoin d’en savoir plus sur son expérience de deuil et comment cela l’affecte.

La plupart des PN ne trouveront pas nécessaire de lire des ouvrages sur les expériences des autres, car ils auront l’impression que rien n’est comparable à ce qu’ils ressentent en ce moment. Il est fort probable que le PN pense que cela devrait être lui qui écrive le livre sur la souffrance et la chronologie du deuil. Il pense sûrement qu’il est plus en mesure d’aider les autres en raison de sa connaissance supérieure ou de son expertise dans le domaine de la perte et du deuil.

Le deuil et la personnalité narcissique

Le PN et la mort de sa mère n’est pas un sujet simple à élaborer. Leurs émotions et leurs réactions face à la perte sont parfois un peu plus complexes, mais la souffrance les affecte toujours et perturbe leur vie ainsi que leur emploi du temps comme tout le monde.

Si vous vivez avec un PN qui a perdu sa mère, préparez-vous à ce que la dynamique familiale change. Attendez-vous à ce que les confrontations avec cet individu égoïste donnent lieu à des disputes et à des sentiments blessés. En plus, il voudra tout le temps passer pour le gentil.

Un narcissique peut avoir un deuil très différent de celui des autres, et ses réactions peuvent être très déstabilisantes. Ne trouvez pas bizarre qu’il y ait des conflits lorsque vous partagez vos histoires personnelles de deuil et de perte avec un narcissique. Il voudra presque toujours gagner dans n’importe quelle situation !