Skip to Content

Le PN Et La Nourriture : Une Addiction Du Pervers Narcissique

Le PN Et La Nourriture : Une Addiction Du Pervers Narcissique

Le PN et la nourriture ont un lien très perceptible. Le manipulateur pervers narcissique a un comportement alimentaire dysfonctionnel. Il peut être à la fois anorexique et boulimique. C’est un comportement impulsif qui est fréquemment généré par un faible taux de confiance en soi ou d’estime de soi. Pour en savoir plus sur le pervers narcissique et la nourriture, lisez cet article dans son intégralité.

Le PN et la nourriture : que d”evez-vous savoir ?

Les pervers narcissiques souffrant de troubles de l’alimentation tentent de reprendre le contrôle de leur vie en régulant rituellement leur consommation de nourriture et leur poids corporel. À cet égard, les troubles de l’alimentation ressemblent aux troubles obsessionnels compulsifs. Dans le cas de la boulimie, les épisodes prolongés de jeûne et de purge sont précipités par le stress et le non-respect des règles alimentaires que la personne s’est imposées. Ainsi, les troubles de l’alimentation semblent être des tentatives de toute une vie pour soulager l’anxiété.

Ironiquement, les crises de boulimie et les purges rendent les gens encore plus anxieux et provoquent chez eux un dégoût de soi et une forme de culpabilisation accablante. Souvent, les troubles de l’alimentation relèvent du masochisme. Le PN se torture et inflige à son corps de grands dommages en s’abstenant de manger de manière ascétique ou en se purgeant. De nombreuses personnes peuvent préparer des repas élaborés pour leurs proches et s’abstiennent de consommer les plats qu’ils préparent pour une sorte d’autopunition ou une purge spirituelle.

Chez le narcissique, la perte de poids est considérée comme un exploit impressionnant, un signe d’autodiscipline extraordinaire, tandis que la prise de poids est perçue comme un échec inacceptable de la maîtrise de soi. Ce mode de fonctionnement n’est pas vraiment avantageux pour la personne qui est probablement dans une relation toxique.

Les raisons de l’abus de nourriture chez le PN

La victime d’un pervers narcissique et le PN lui-même peut avoir recours à un abus alimentaire pour diverses raisons. Comme certains aliments activent des substances chimiques du cerveau qui produisent des sentiments de calme et d’euphorie, ils peuvent être utilisés comme des sortes de calmants. La nourriture peut aider à réduire l’anxiété, engourdir la douleur et atténuer la dépression. Les gens sous l’emprise d’un pervers narcissique surtout sont souvent pris au piège dans un cercle vicieux. Ils mangent pour se sentir temporairement mieux, puis se sentent déçus ou honteux d’avoir trop mangé, ce qui les pousse à manger à nouveau.

L’alimentation excessive ou compulsive peut être un moyen pour les victimes d’abus de remplir le vide qu’elles ressentent à l’intérieur. Elles se gavent pour combler un vide, réduire une crise d’angoisse et pour ressentir un semblant de toute puissance. La nourriture peut être considérée comme le seul ami de la personne, celui qui ne la fait pas se sentir mal, ne la blesse pas et ne la trahit pas. Les victimes d’abus peuvent s’infliger une punition en se privant de nourriture ou en en mangeant trop, croyant qu’elles ne méritent rien de bon dans leur vie.

Certains êtres humains qui ont l’impression de ne pas avoir de contrôle sur leur vie peuvent avoir recours à la privation de nourriture ou à la frénésie alimentaire suivie d’une purge pour en reprendre le contrôle. Ce genre de purge est également un moyen d’évacuer les émotions et combler une dépendance affective. Bref, les victimes s’affament pour plaire à leur agresseur, croyant que si elles perdent du poids, les abus cesseront.

Les troubles qui peuvent se développer chez le PN

Si vous êtes sous l’emprise psychologique d’un PN ou que vous êtes un narcissique qui cherche à prendre connaissance des troubles qui peuvent se développer chez eux, continuez la lecture.

L’anorexie nerveuse

Les personnes souffrant d’anorexie nerveuse ont besoin d’aide car elles ont une image déformée d’elles-mêmes. Elles se considèrent en surpoids, même lorsqu’elles n’ont pas un poids anormal. Elles prennent leur poids de manière obsessionnelle. Au fil du temps, elles limitent sévèrement leur consommation de calories et de graisses, et restreignent la quantité et le type de nourriture qu’elles mangent. Les gens souffrant d’anorexie ont tendance à être perfectionnistes de nature.

La boulimie

Les gens souffrant de boulimie ont des épisodes récurrents, fréquents et incontrôlables d’alimentation excessive. Pour éviter de prendre du poids, ces épisodes sont suivis de comportements compensatoires tels que les vomissements volontaires, l’utilisation excessive de laxatifs ou de diurétiques, le jeûne ou l’exercice physique excessif. Dans un premier temps, les personnes souffrant de boulimie auront une perte de confiance et, au fil du temps, elles deviendront plus ou moins impulsives.

L’hyperphagie boulimique

En général, les individus souffrant d’hyperphagie boulimique ne sont pas capables de contrôler leur consommation de nourriture. Ils se sentent obligés de manger même lorsqu’ils n’ont pas faim, et ne peuvent s’arrêter même lorsqu’ils se sentent rassasiés. Contrairement à la boulimie, ils ne font pas suivre leurs épisodes de frénésie alimentaire d’une purge, d’un jeûne ou d’exercices physiques copieux.
Donc, ces gens sont fréquemment obèses ou en surpoids. En temps normal, les individus qui souffrent d’hyperphagie boulimique ne peuvent pas contrôler leurs impulsions. L’idéal pour contrôler leur alimentation est de prendre rendez-vous avec un bon nutritionniste.

Le trouble émotionnel de l’alimentation

Les personnes souffrant de ce type de trouble utilisent la nourriture comme moyen de contrôler leurs émotions et de réguler leur humeur. Les épisodes peuvent être occasionnels ou habituels, et peuvent se produire fréquemment au cours de la journée. Ces gens utilisent la nourriture pour bloquer des souvenirs douloureux, apaiser des humeurs pénibles et se protéger. Parfois, ils sont en surpoids ou obèse.

Les troubles alimentaires sont dangereux car ils peuvent mettre la vie des gens en danger. Dans l’optique où vous avez l’impression de souffrir, il vous faut prendre rendez-vous avec un spécialiste de la santé mentale au plus vite. Vous devez le faire surtout si vous avez un trouble de la personnalité narcissique et si le trouble de l’alimentation détruit votre relation amoureuse.

Il est nécessaire de contrôler les troubles alimentaires car cela entraîne une meilleure régulation du sentiment de valeur personnelle, de la confiance en soi et de l’estime de soi. Le fait de réussir à relever un défi tel que le trouble alimentaire pourrait générer un sentiment de force intérieure et entraînera un sentiment accru de bien-être.

Comment aider un individu qui a des troubles alimentaires ?

D’un point de vue pratique, le traitement du trouble alimentaire du PN a un lien avec le trouble de la personnalité narcissique. Si le problème de narcissisme d’une personne est soigné mais que ses troubles alimentaires ne sont pas traités, elle risque d’avoir des contraintes dans sa vie privée.

Un trouble alimentaire est à la fois un signal de détresse et un message. Cela veut dire que la personne a peur et n’a plus le contrôle. Son désir de remettre tout en ordre dans son existence devient petit à petit plus compliqué. Dans ce genre de cas, la famille ou d’autres proches doivent réfléchir à ce qu’ils peuvent faire pour donner à la personne le sentiment qu’elle peut regagner le contrôle et que ses choix comptent.

Si le réseau de soutien de ces personnes toxiques est bon, sa dépression majeure disparaîtra. Il redeviendra socialement actif et aura une vie bien remplie. Son trouble de la personnalité pourrait lui rendre la vie difficile. Toutefois, isolé, sans les circonstances exacerbées de ses autres troubles, il trouve cela beaucoup plus facile à gérer. La guérison prend généralement effet après deux ans de traitement et de soutien. Les proches doivent être fortement impliqués dans le processus thérapeutique. Comme la dynamique familiale contribue beaucoup à l’apparition de tels troubles, ils sont les premiers à devoir être impliqués dans le processus de guérison.

Excluant le soutien de son entourage, les médicaments, la thérapie cognitive ou comportementale, la thérapie psychodynamique et la thérapie familiale pourraient aider un PN à améliorer sa qualité de vie.

Conclusion : le pervers narcissique et la nourriture

Avez-vous compris quel est le lien entre le PN et la nourriture ? Si ce n’est toujours pas clair pour vous, essayez de faire une recherche sur Internet pour avoir plus de détails sur le sujet.

Les pervers narcissiques sont plus susceptibles de souffrir de troubles de l’alimentation, car ils accordent une grande importance à la validation des autres pour maintenir une image positive d’eux. En même temps, ils ne sont pas très doués pour valoriser leurs qualités et c’est une chose qui les rend incapables de recevoir cette validation.

Cependant, tous les narcissiques vulnérables ne développent pas un trouble de l’alimentation, et toutes les personnes atteintes d’un trouble de l’alimentation ne souffrent pas de narcissisme. Il n’en reste pas moins que ce lien est un élément que les prestataires de soins de santé devraient prendre en compte dans l’élaboration d’un plan de traitement.