Quand je regarde ma vie, je réalise que de nombreuses personnes m’ont fait du mal.

Certaines avaient pour objectif de jouer avec mon cœur et de me blesser ; d’autres ne l’ont certainement pas fait volontairement.

Mais le fait est qu’elles m’ont réellement fait du mal.

Et quand je pense à toi, je ne sais pas dans quelle catégorie te ranger.

M’as-tu fait autant souffrir volontairement ou par manque de sensibilité et parce que tu ne prenais jamais mes sentiments en compte ?

Quoi qu’il en soit, la douleur que tu m’as imposée est incomparable à tout ce que j’avais pu vivre avant. Et je ne fais pas seulement référence aux émotions négatives.

J’essaie de te dire que la douleur que tu m’as imposée a été l’émotion la plus intense que j’ai jamais éprouvée.

Tu diras peut-être que j’exagère, mais c’est bel et bien la vérité.

La douleur que j’ai éprouvée à cause de toi a été plus puissante que tous les bonheurs que j’ai pu vivre, que tout l’enthousiasme et toutes les émotions négatives que j’ai pu expérimenter.

Quand j’y pense, ce fut même plus puissant que l’amour que j’éprouvais pour toi.

Et le pire, c’est que tu n’as jamais réalisé à quel point tu m’avais fait souffrir.

Tu as toujours affirmé que j’exagérais, que j’étais excessivement émotive et trop sensible.

Tu m’as toujours accusée de jouer les victimes et tu as toujours dit que j’étais responsable de toutes les choses que tu me faisais pourtant vivre.

Je ne sais pas si tu as agi ainsi parce que tu étais incapable d’accepter le fait de faire autant de mal à un autre être humain.

Le fait de détruire et briser la femme qui t’aimait.

Peut-être était-ce plus facile pour toi d’adopter un tel point de vue, plutôt que de regarder la vérité en face.

Peut-être n’as-tu jamais pu accepter le fait d’être un monstre, ayant transformé ma vie en enfer.

Ou peut-être avais-tu conscience de tes actes, mais as-tu continué quand même, en toute conscience, sans aucun remord.

Quoi qu’il en soit, tu n’as jamais assumé la responsabilité de tes mots ou de tes actes. En tout cas, tu n’as jamais avoué être coupable des souffrances que tu m’infligeais.

Tu n’as jamais reconnu ma douleur, ni tous les sacrifices que j’avais faits pour notre couple. Tu as toujours fait comme si tu étais innocent des mauvais traitements que tu m’infligeais.

Comme si les larmes, les nuits blanches innombrables, les angoisses et les chagrins que tu causais ne te concernaient absolument pas.

Et parfois, je me dis que si tu agissais ainsi, c’était pour me faire encore plus de mal.

Et c’est pourquoi j’espère sincèrement qu’un jour viendra, où tu réaliseras tout ce que tu m’as fait vivre.

Où tu réaliseras véritablement, parce que je refuse que tu me dises que tu comprends, simplement pour faire le mec mature.

Ne te méprends pas – malgré toutes les douleurs que tu m’as infligées, je ne te souhaite aucunement de vivre la même chose.

Je ne veux pas que tu vives tout ce que j’ai vécu, parce que c’est quelque chose que je ne souhaiterais même pas à mon pire ennemi.

Je ne veux pas non plus que tu sois rongé par la culpabilité.

Après tout, ce qui est fait est fait et même une prise de conscience soudaine n’y changera rien.

Je ne veux pas non plus que tu me présentes tes excuses.

Je ne vais pas mentir – entendre des excuses sincères serait appréciable, mais quand j’y pense, même cela ne ferait pas une grande différence.

Je ne suis pas sûre que cela me permettrait de me sentir mieux.

Si tu vivais la même chose, ma douleur ne s’envolerait pas comme par magie. Quoi que tu fasses, quelle que soit ta manière de vivre et ce qu’il t’arrive, les cicatrices dont est marquée mon âme resteraient là.

Je veux juste que tu réalises ce que tu m’as fait et que tu assumes tes actes, même si tu fais cela de ton côté, sans jamais en parler avec moi.

Et je veux que cela constitue une leçon pour toi – pour que jamais tu ne fasses la même chose à une autre femme.