Skip to Content

Connaissez-Vous Les 21 Phrases À Ne Jamais Dire À Ses Enfants ?

Connaissez-Vous Les 21 Phrases À Ne Jamais Dire À Ses Enfants ?

Vous entendez souvent qu’il faut réfléchir avant de parler à un enfant. Mais est-ce que vous savez quelles sont les choses que vous devez éviter de lui dire ?

Si vous ne comprenez pas vraiment ces propos, allez un peu en arrière. Souvenez-vous quand vous étiez enfant et que vos parents arrivaient parfois à vous blesser sans le vouloir. Vous comprenez mieux ?

En grandissant, les enfants deviennent de plus en plus impressionnables et réceptifs. Ce à quoi nous les exposons est très probablement ce qu’ils emporteront avec eux, que ce soit pendant quelques mois ou même toute une vie. Il est donc important de toujours être conscient de ce que nous disons à nos enfants afin de nous assurer qu’ils ne sont jamais blessés par nos paroles.

La façon dont nous parlons à nos enfants influence leur bien-être et la manière dont ils voient le monde. Donc, il est logique que nous leur parlions d’une manière saine pour les aider à grandir et pour qu’ils se sentent soutenus et aimés.

Voici quelques petites phrases à ne jamais dire à nos enfants.

Bon travail !

maman touche les joues de sa fille pendant qu'elles parlent

Des recherches ont montré que le fait de lancer une phrase générique comme Bonne fille, Bonne idée ou Bravo chaque fois que votre enfant maîtrise une situation est une réaction peu bénéfique.

Gardez les félicitations pour les cas où elles sont vraiment justifiées, et soyez aussi précis que possible.

Au lieu de dire : « Super chant ! » , dites : « C’était une belle chanson que tu as chanté aujourd’hui. J’ai aimé la façon dont tu as maîtrisé les notes aiguës. »

Arrête de pleurer, tu vas t’en sortir !

Dire aux enfants d’arrêter de pleurer leur donne l’impression qu’ils ont tort de montrer leurs émotions.

Même si cela peut être frustrant pour les parents, il ne sert à rien de diaboliser votre enfant parce qu’il fait quelque chose que les enfants font naturellement.

Vous invalidez essentiellement ses sentiments.

Essayez plutôt de dire : « Qu’est-ce qu’il y a ? Pourquoi pleures-tu ? » et pas d’une manière hostile.

Votre enfant sera alors plus enclin à communiquer ses sentiments et à vous faire part du problème à l’avance à l’avenir.

Pourquoi ne peux-tu pas être plus comme Adam ?

Les comparaisons sont toxiques et ne servent à rien de positif. Comparer votre enfant à son frère, sa sœur ou son ami ne fait que le démolir et lui donner l’impression qu’il n’est pas assez bon ou qu’il n’est pas à la hauteur.

Traitez chacun de vos enfants comme un individu à part entière.

Ne dites jamais : « Pourquoi ne réussis-tu pas à l’école comme ta sœur ? », dites plutôt : « Que pouvons-nous faire pour t’aider à faire de ton mieux à l’école ? » Chacun de vos enfants est unique. Il est important de les traiter de manière unique.

La pratique rend parfait

maman avec sa fille allongée sur le sol et dessinant

Il est vrai que plus votre enfant y consacre du temps, plus ses compétences s’affinent.

Cependant, cet adage peut augmenter la pression qu’il ressent pour gagner ou exceller.

Il envoie le message que si vous commettez des erreurs, vous ne vous êtes pas suffisamment entraîné.

Certains enfants se battront contre eux-mêmes, se demandant ce qui ne va pas chez eux.

« Je m’entraîne, je m’entraîne, je m’entraîne, et je ne suis toujours pas le meilleur. » Encouragez plutôt votre enfant à travailler dur, car il s’améliorera et sera fier de ses progrès.

Je fais tout pour toi

S’il est vrai que les parents font beaucoup pour leurs enfants, le fait de le leur rappeler constamment peut leur donner l’impression d’être un fardeau plutôt qu’un amour.

On dit généralement cela pour discipliner un enfant, mais c’est une chose plutôt hostile à dire.

Essayez plutôt de dire : « Nous faisons des choses pour toi parce que nous t’aimons, alors s’il te plaît, sors la poubelle pour moi. »

Je ne pense pas que tu puisses le faire

Savoir que vous croyez en eux donne à vos enfants force, courage, motivation, ténacité, et bien plus encore.

Ce que votre enfant entend, c’est : « Je ne crois pas en toi. » Savoir que vous croyez en eux donne à vos enfants force, courage, motivation, ténacité, et plus encore.

Enlevez cette croyance et les dégâts seront énormes.

Lorsque vous êtes tenté de dire quelque chose comme ça, dites plutôt : « Tu as de gros obstacles à surmonter, mais je suis là pour toi, je t’encourage et je suis prêt à t’aider à faire de ton mieux. »

Bien que vous ne vouliez pas donner de faux espoirs ou une fierté exagérée à vos enfants, vous voulez les encourager dans leurs objectifs.

Ne t’inquiète pas, ça ira mieux

le bébé pleure maman le réconforte

Lorsque votre enfant s’écorche le genou et fond en larmes, votre instinct vous pousse à le rassurer en lui disant qu’il n’est pas gravement blessé.

Mais lui dire qu’il va bien ne fera qu’aggraver son état. Votre enfant pleure parce qu’il ne va pas bien.

Votre rôle est de l’aider à comprendre et à gérer ses émotions, pas de les ignorer. Essayez de le prendre dans vos bras et de reconnaître ce qu’il ressent en lui disant quelque chose comme : «

C’était une chute effrayante. » Demandez-lui ensuite s’il veut un pansement ou un baiser ou les deux.

Tu as bien travaillé mais tu pourrais faire mieux

Tout d’abord, tout compliment suivi de mais doit être évité, car il enlève tout son sens au compliment lui-même.

Célébrer les petites victoires est un moyen de motiver les enfants à faire constamment bien.

L’utilisation du mot mais leur donnera l’impression qu’ils ne vous ont pas vraiment rendu fier et qu’ils n’en ont pas fait assez, ce qui fera certainement plus de mal que de bien.

Essayez plutôt de dire : « Tu as bien fait et je suis fier de toi.

Je parie que tu vas continuer à t’améliorer de plus en plus ! » au lieu de : « Tu es une telle déception. » Vos enfants peuvent faire des erreurs, et ils en feront.

Nous en faisons tous. Mais si vous voulez que vos enfants apprennent de leurs erreurs, parlez-leur de leurs erreurs et de la façon dont elles peuvent être corrigées, sans leur faire porter le chapeau.

L’étiquette de l’échec est une lourde charge à porter, et la plupart des enfants ne tiendront pas le coup.

Essayez de dire : « Ta mauvaise note est décevante, mais je t’aime quoi qu’il arrive. Que peux-tu apprendre de cela ? » Séparez ce que votre enfant est de la pagaille qu’il a créée.

Dépêche-toi !

Votre enfant prend-t-il tout son temps quand il doit prendre son petit-déjeuner ?

Insiste-t-il pour attacher ses baskets lui-même malgré qu’il ne maîtrise pas encore parfaitement la technique et risque d’être en retard à l’école ?

Il n’en fait qu’à sa tête une fois de plus ! Mais le fait de la pousser à aller plus vite pourrait créer un stress supplémentaire et c’est à éviter totalement.

Adoucissez légèrement votre ton en disant : « Dépêchons-nous », ce qui envoie le message que vous êtes tous les deux dans la même équipe.

Vous pouvez également transformer l’acte de se préparer en un jeu : « Pourquoi ne pas faire une course pour voir qui va mettre son pantalon en premier ? »

Ne mange pas ça, sinon tu vas grossir

l'enfant mange à table maman le regarde

Il s’agit d’une interdiction majeure. Elle apprend aux enfants à être trop conscients de leur corps et les pousse à remettre en question les habitudes alimentaires de leurs camarades.

L’image corporelle est une chose extrêmement sensible et personnelle et créer cette impression à un âge aussi vulnérable est dommageable.

Essayez plutôt de dire : « Je ne pense pas que ce serait une bonne idée de manger ça car ce n’est pas très bon pour la santé. »

Ne sois pas une mauviette

Cela ne devrait jamais être dit à un garçon ou à une fille.

Mais, pour un garçon, cela revient à dire : « Tu n’as pas ce qu’il faut pour être un homme » et peut le blesser profondément pendant un certain temps.

Dire : « Tu lances comme une fille » à votre fils peut avoir le même effet.

Tu ne peux rien faire de bien ?

Lorsqu’un parent dit cela à un enfant dans le feu de l’action, il ne dit pas seulement que l’enfant a raté cette chose, mais aussi qu’il a tout raté.

Il est toujours dangereux d’utiliser des mots généraux comme toujours, jamais, tout ou n’importe quoi.

Nous ne pouvons pas nous le permettre

maman et sa fille s'assoient sur le canapé et parlent

Il est facile d’utiliser cette réponse par défaut lorsque votre enfant vous supplie de lui offrir le dernier jouet.

Mais en agissant ainsi, vous envoyez le message que vous ne contrôlez pas vos finances, ce qui peut être effrayant pour les enfants.

Les enfants d’âge scolaire peuvent également vous interpeller sur cette affirmation si vous vous retournez et faites un achat ménager coûteux.

Choisissez une autre façon de transmettre la même idée, par exemple : « Nous n’allons pas acheter cela parce que nous économisons notre argent pour des choses plus importantes. » Si elle insiste pour en discuter davantage, vous disposez d’une occasion parfaite pour entamer une conversation sur la façon de budgétiser et de gérer l’argent.

Est-ce que je dois te le répéter une centaine de fois ?

Cette question est un classique. En disant cela à vos enfants, vous les harcelez pour savoir à quel point vous devez les harceler, ce qui, de toute évidence, ne les touche pas.

Essayez plutôt de dire : « Je te l’ai déjà dit, mais pourrais-tu s’il te plaît… »

De cette façon, les enfants auront l’impression qu’ils doivent se conformer et ne vous feront pas répéter pour commencer.

Pourquoi n’as-tu pas fait partie de l’équipe de départ ?

Votre fille ou votre fils a probablement fait de gros efforts pour faire partie de l’équipe de départ, mais il a été relégué à l’équipe B.

Il est probable qu’il soit déjà déçu et qu’il ait besoin d’aide. Ils sont probablement déjà déçus et n’ont pas besoin qu’on verse du vinaigre dans leur plaie.

Ils ont plutôt besoin d’être félicités pour avoir fait de leur mieux et pour avoir fait partie de l’équipe.

Ne parle pas aux inconnus

maman et fille allongées sur l'herbe et parlantC’est un concept difficile à comprendre pour un jeune enfant. Même si une personne ne lui est pas familière, elle peut ne pas la considérer comme un étranger si elle est gentille avec elle.

De plus, les enfants peuvent prendre cette règle à contre-pied et résister à l’aide d’agents de police ou de pompiers qu’ils ne connaissent pas.

Au lieu de le mettre en garde contre les inconnus, évoquez des scénarios comme : « Que ferais-tu si un homme que tu ne connais pas t’offre des bonbons et te dit qu’il te ramènera chez toi ? » Demandez-lui d’expliquer ce qu’il ferait, puis guidez-le vers la bonne marche à suivre.

Puisque la grande majorité des cas d’enlèvement d’enfants impliquent quelqu’un que l’enfant connaît déjà, vous pourriez également adopter un mantra.

Un mantra de sécurité qui marcherait bien, c’est : « Si quelqu’un te fait sentir triste, effrayé ou confus, tu dois me le dire immédiatement. »

« Parce que je l’ai dit » ou « Parce que je suis un adulte et que tu es un enfant. »

Cette approche est peut-être utilisée depuis très longtemps, mais elle n’est pas pour autant la bonne façon de discipliner les enfants.

Elle donne également l’impression aux enfants que leurs opinions ne sont pas valables simplement parce qu’ils sont jeunes.

Essayez plutôt d’expliquer pourquoi vous ressentez quelque chose d’une certaine façon.

Tu as eu un B+, pourquoi n’as-tu pas eu un A ?

Quand une telle chose est dite, voici ce qu’un enfant entend : « Rien de ce que je fais n’est assez bien pour ma mère ou mon père. » S’ils ont fait de leur mieux, nous devons les féliciter.

S’ils n’ont pas réussi, nous devons les encourager à donner tout ce qu’ils ont la prochaine fois.

Tu vis sous mon toit, alors tu dois suivre mes règles !

la femme se querelle avec mélancolie

Une autre chose que beaucoup de parents aiment dire. Très similaire à : « C’est ma maison et tu ne fais qu’y vivre jusqu’à tes dix huit ans ! » Ces deux affirmations font que votre enfant ne se sent pas le bienvenu dans sa propre maison et qu’il se sent à la limite du fardeau.

À la place, essayez de dire : « Tu connais les règles de la maison. S’il te plaît, respecte-les. »

Dire cela pendant que votre enfant se tient en équilibre sur les barres de singe à la cour de récréation rend en fait plus probable sa chute. « Vos paroles le distraient de ce qu’il fait et il perd sa concentration. » Si vous êtes anxieuse, rapprochez-vous de lui pour le repérer au cas où il ferait une chute, en restant aussi immobile et silencieuse que possible.

Tu es exactement comme ta mère ou ton père !

En utilisant cette phrase sur votre enfant, non seulement vous lui faites savoir que ce qu’il fait est mal, mais vous lui donnez l’impression qu’il en a hérité d’un de ses parents et qu’il ne devrait pas être responsable de ses actes.

Cela permet également à votre enfant de connaître les griefs que vous avez à l’égard de son autre parent, ce qui peut le conduire à se sentir quelque peu divisé.

Essayez plutôt de dire : « Je ne suis pas heureuse quand tu ne ranges pas ta chambre parce que cela me donne plus de travail le matin avant d’aller travailler. »

Pas de dessert si tu ne finis pas ton dîner !

L’utilisation de cette expression augmente la valeur perçue de la friandise par l’enfant et diminue son plaisir du repas lui-même, ce qui est à l’opposé de ce que vous voulez accomplir.

Modifiez votre message dans ce sens : « Nous mangeons d’abord notre repas, puis nous prenons le dessert. » Ce changement de formulation, bien que subtil, a un impact bien plus positif sur votre enfant.