Ma chère amie,

J’ai décidé que nous ne serions plus amies et peut-être ne comprends-tu pas vraiment pourquoi.

J’ai récemment lu un article qui s’intitulait « à ma meilleure amie qui a décidé que nous ne serions plus amies » et quelque chose m’a frappée.

J’ai réalisé que cette amie qui s’éloignait et qui abandonnait, c’était moi. Je t’ai fait du mal et ça me fait du mal.

Mais en réalité, j’ai décidé que nous ne serions plus amies parce que nous ne l’avons jamais vraiment été.

Mais je pense aussi à tous les souvenirs que nous partageons. Je n’ai pas oublié toutes ces années où nous n’étions jamais l’une sans l’autre.

Et lorsque nous étions séparées, nous nous écrivions continuellement ou comptions les minutes qui nous séparaient.

Je pense à cette époque où la question de savoir si tu allais fêter mon anniversaire avec moi, regarder Netflix toute la journée avec moi en mangeant des cochonneries ou me câliner jusqu’à ce que j’arrête de pleurer et que j’oublie son nom ne se posait même pas.

Parce que tout ce qui comptait, c’était nous. On était comme Blair et Serena. Tout irait bien tant que nous serions ensemble, pas vrai ?

Mais nous ne sommes pas ensemble.

Mon cœur se brise quand je vois que tu publies des photos avec d’autres amies et que tu taggues #meilleureamie #pourlavie #bestfriend ; quand je chante l’une de nos chansons mais que tu n’es pas là avec moi pour chanter faux ; quand je suis seule ou quand j’ai peur et que tu n’es plus là.

Tu n’es tout simplement plus là et ça fait déjà plus d’une année.

J’ai déménagé. J’endosse cette responsabilité d’être partie, d’avoir changé d’université, de m’être fait de nouveaux amis, d’avoir grandi.

Je sais que je t’ai laissée mais ça ne changeait en rien notre amitié à mes yeux. Je n’ai jamais cessé d’être ta meilleure amie.

Je sais que j’ai passé des journées sans répondre à tes messages. Je sais que j’ai passé des mois sans te rendre visite.

Je suis allée dans une autre université, j’ai de nouveaux amis et je n’habite plus à 15 minutes de chez toi mais quand est-ce que tout cela m’a empêché d’être là pour toi ?

Quand un autre crétin t’a brisé le cœur, j’étais avec toi au téléphone, jusqu’à ce que tu arrêtes de pleurer.

Quand tu as vécu la perte, je me suis fait remplacer et j’ai roulé vers toi aussi vite que je l’ai pu. Je n’ai jamais appelé personne d’autre ma meilleure amie, ça a toujours été toi ; même mes nouveaux amis le savaient. Mais ça ne te suffisait jamais.

Peut-être est-ce moi qui décide « officiellement » de mettre un terme à notre amitié, mais tu as toi aussi pris cette décision.

Tu as décidé que nous ne serions plus amies lorsque tu as cessé d’être ma meilleure amie tout en t’attendant à ce que je reste la tienne.

Tu as décidé que nous ne serions plus amies lorsque tu as intentionnellement essayé de me faire du mal parce que tu pensais en avoir le droit.

Tu as décidé que nous ne serions plus amies lorsque tu as choisi un garçon à la place de notre amitié une fois, puis deux, puis trois … Tu as décidé que nous ne serions plus amies lorsque tu as été jalouse de moi plutôt que d’être heureuse pour moi.

Tu as décidé que nous ne serions plus amies lorsque tu as décidé que notre amitié serait à sens unique.

J’ai appris que ni l’amitié, ni tout autre type de relation ne peut être à sens unique. Ce n’est pas mesquin, ce n’est pas cruel. Une amitié véritable est faite de soutien, d’acceptation, de compréhension et n’est jamais moins importante qu’un garçon.

Les meilleures amies ne se font jamais, au grand jamais de mal volontairement, quoi qu’il arrive. Et une fois que l’on en arrive là, on n’est tout simplement plus amies.

Maintenant, je sais que quand on aime quelqu’un, on se bat. Je sais qu’il y aura des obstacles mais je sais aussi que je suis restée plus longtemps que je n’aurais dû. Tu le sais aussi.

Je t’ai pardonnée encore et encore. Je t’ai pardonnée pour des choses que jamais je n’aurais pu m’imaginer te faire, ni à personne d’ailleurs et ce pour une bonne raison : parce que je t’aime.

Même lorsque tu as commis l’impensable, je t’ai aimée. Tu étais ma meilleure amie. Et pour moi, c’est un synonyme d’engagement. C’est un synonyme de loyauté et d’amour inconditionnel. Jusqu’à ce que ça ne le soit plus pour toi.

J’ai continué à te choisir alors que j’aurais dû me choisir. Maintenant, je me choisis.

Je m’en tiendrai à ma décision selon laquelle, nous ne serons plus amies, même si ça risque de me faire mal tous les jours. Je sais juste que ça me fera moins de mal que de désespérément tenter de sauver notre amitié et de te sauver toi.

Tu m’as clairement fait savoir qu’à tes yeux, notre amitié ne méritait pas d’être sauvée. Tu m’as fait clairement savoir que tu ne voulais pas être sauvée.

Alors, je n’ai pas d’autre choix que de te laisser t’en aller. Il n’y a désormais plus rien à quoi je puisse m’accrocher.

Mais malgré là manière dont les choses se terminent, je te remercie. Je te remercie de ces années d’amitié. Je te remercie pour tous les merveilleux souvenirs que je n’oublierais pour rien au monde.

Je te remercie de m’avoir appris ce qu’est et n’est pas une véritable amitié. Je te remercie de m’avoir appris à être dévouée, à pardonner et à être une amie loyale.

Mais surtout, je te remercie d’avoir été la personne qui m’a poussée à finalement me choisir.

Amitiés,

Ta meilleure amie que tu as repoussée.