Skip to Content

Les 13 Erreurs Fréquentes Quand Il S’agit De Nourrir Les Enfants

Les 13 Erreurs Fréquentes Quand Il S’agit De Nourrir Les Enfants

Les parents veulent toujours ce qu’il y a de mieux pour leurs enfants. Donc, ils ont l’impression qu’ils doivent recopier l’approche de leurs parents qui ont fait du bon travail en les élevant. Malheureusement, ces méthodes ne sont pas forcément adaptées à leur époque.

Comment savoir si vous faites ce qu’il faut lorsqu’il s’agit de nourrir vos enfants ?

Vous suppliez votre enfant de manger quand il est à table, vous choisissez les repas à la dernière minute et vous vivez avec le sentiment déstabilisant que votre approche n’est pas vraiment bonne ? Et si la véritable cause de ce comportement était une erreur que vous commettez en termes d’alimentation ?

Une alimentation saine : pourquoi est-ce si compliqué de nourrir ses enfants ?

bambin nourrissant son père

Beaucoup d’entre nous se posent la même question : « Pourquoi est-ce si difficile de nourrir mon enfant ? »

Si l’alimentation est difficile, certaines erreurs courantes y font obstacle. Les parents font de leur mieux pour élever des mangeurs sains. Cependant, ils doivent faire fréquemment face à certains obstacles et défis.

Qu’il s’agisse de la pléthore de sucreries et de friandises ou de la confusion qui règne autour de la préparation du dîner, les parents d’aujourd’hui ont plus de défis à relever que jamais. Ce simple fait peut vous exposer à des gaffes autour de la table.

Quelle est la bonne façon de nourrir vos enfants ? Vos enfants semblent fuir les repas nutritifs et aimer tout ce qui n’est pas bon pour la santé. Vous les cajolez, les persuadez et les forcez, mais forcer un enfant à manger des aliments qu’il n’aime pas peut être contre-productif. Alors, quelle serait la meilleure chose à faire ?

Lorsque vos petits font des histoires à propos de leurs repas, les parents mettent souvent cela sur le compte de tendances basiques comme la colère. Mais est-ce la réalité ?

Le problème est-il d’ordre comportemental ?

tout-petit fait des histoires en refusant de manger

Les enfants peuvent être têtus juste parce que cela leur fait plaisir sur le moment. Alors, respirez profondément et rappelez-vous que ce n’est pas nécessairement un mauvais trait de caractère. Être une personne obstinée pourrait même lui être utile plus tard.

Parfois, il y a des événements plus marquants qui se passent dans la vie de quelqu’un. Votre enfant a-t-il vécu un changement important récemment ? La famille a peut-être déménagé dans une nouvelle maison ou une nouvelle ville. Et si un être cher ou un animal de compagnie est mort ? Certains enfants peuvent perdre l’appétit et cesser de manger à cause d’une situation stressante.

La bonne nouvelle est que le refus de manger dans ces situations est généralement temporaire. De ce fait, parlez à votre enfant de la situation et rassurez-le car cela pourrait l’aider à se sentir mieux.

N’oubliez pas non plus qu’un enfant peut arrêter de manger pour exercer un certain contrôle sur sa vie. Toutefois, les repas ne doivent pas nécessairement être une lutte de pouvoir entre le parent et l’enfant.

Si vous sentez que le problème sous-jacent est le contrôle, servez au moins un aliment que votre enfant mangera, et ne faites pas tout un plat du fait qu’il ne nettoie pas son assiette. Plus vous insistez pour qu’il mange, plus il risque de refuser de le faire.

1. Regarder la télévision pendant le repas n’est pas une bonne habitude

bébé regarde la télé et mange

Faire manger l’enfant pendant le repas en le distrayant avec la télévision et les smartphones est l’une des tactiques les plus courantes employées par les parents. Toutefois, cette habitude aggrave la situation, car l’enfant prête davantage attention à la distraction qu’à son repas. Il risque alors de manger lentement et de ne pas mâcher correctement sa nourriture.

Le jeune enfant peut même finir par manger moins que ce qu’il aurait pu manger en l’absence de distractions. Les jouets et les livres sont d’autres distractions.

2. Les forcer à tout manger lors des repas

Est-ce vraiment utile que votre enfant finisse son assiette ? Même si c’est bien de lui apprendre à ne pas faire de gaspillage quant à la nourriture, quand vous forcez un enfant à manger, ce n’est pas une bonne idée. Au fur et à mesure, cela affectera sa capacité à comprendre quand il a vraiment faim. En forçant un petit à manger, il n’apprend pas à comprendre quand c’est trop. Et, cela peut le faire grossir !

Surveillez de près ce qu’il a mangé. Puis, s’il donne l’impression d’avoir tout le temps faim, soyez vigilante. Cela arrive souvent que vous ayez un très gros appétit, toutefois quand cela devient constant, ce n’est pas normal. S’il a encore faim après un repas copieux, il devrait plutôt manger après quelques heures.

3. Offrir des en-cas malsains en guise de récompense

Cette tactique est bonne pour inciter l’enfant à manger des aliments sains, mais elle ne doit être utilisée qu’occasionnellement. Les parents ne doivent pas laisser leurs enfants prendre cette habitude, sinon l’enfant ne pourra jamais manger sans obtenir son aliment préféré, comme une barre de chocolat pleine de calories mais dépourvue d’avantages nutritionnels.

À long terme, cette habitude peut augmenter le risque d’obésité, de caries dentaires et de diabète chez l’enfant.

4. Les corrompre en leur donnant de la nourriture

papa nourrit son fils dans la cuisine

Peu de parents ne tombent pas dans le piège de la corruption ! Souvent, ils disent : « Si tu manges toute la salade, tu auras un bon dessert. » ou « Cesse de pleurer si tu veux avoir des nuggets et des frites pour le dîner ! » Les récompenses et les chantages que les parents font, rendent souvent les aliments plus savoureux, plus intéressants, et les aliments moins appréciés encore plus mauvais.

Dites plutôt un adieu définitif aux récompenses qui ont un lien avec les repas. Utilisez plutôt un raisonnement qui a du sens tel que : « Si tu évites toujours de manger ce genre d’aliment, tu seras faible et tu ne pourras pas jouer au foot avec tes amis. » Ça marche toujours !

5. La surconsommation d’aliments riches en sucre

Plusieurs experts notent de plus en plus une augmentation de la consommation de sucre chez les enfants plus que chez les adultes. C’est ainsi que l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a recommandé de limiter la consommation de sucre libre chez les enfants. Ces sucres libres comprennent le sucre ajouté aux aliments, les jus de fruits et le miel.

Les parents doivent toujours garder à l’esprit le niveau de sucre recommandé lorsqu’ils préparent des desserts pour leurs enfants. Ajoutez des ingrédients sains, tels que des fruits et des noix pour rendre le dessert plus sain et plus rassasiant pour l’enfant.

6. Mettre pression sur les enfants pour qu’ils essaient d’autres aliments

Connaissez-vous la raison pour laquelle les enfants n’ont pas envie d’essayer de nouveaux aliments ? On appelle cela une néophobie alimentaire. De ce fait, les parents doivent-ils forcer leurs petits à manger des choses différentes ? Pas du tout ! Des recherches ont signalé que seulement en les forçant à manger, cela crée un genre d’aversion permanente dont il sera impossible de se remettre.

Quand vous présentez des aliments différents à vos enfants, précisez que vous allez décider des choses qui leur seront servis. Néanmoins, ils peuvent choisir ce qu’ils ont envie de manger, et en quelle quantité. Ils se sentiront ainsi responsabilisés. Si les enfants savent que tout manger n’est pas obligatoire, ils ne ressentiront pas l’obligation de manger tout ce qui leur est servi. Ces petits auront faim, croyez-le !

7. Menacer de les priver de dessert

tout-petit repousse la nourriture

« Finis tout ton repas ou tu n’auras pas de dessert ! » Il s’agit d’une menace extrêmement courante mais une mauvaise phrase à dire à votre enfant à l’heure du repas ! Les enfants ne peuvent pas apprendre à apprécier les repas complets lorsqu’ils sont trop préoccupés par un dessert.

Vous devriez plutôt servir le dessert avec le dîner. Aussi dément que tout cela puisse paraître, c’est une habitude qui encourage nos petits à manger des repas plus équilibrés. Donc, quand leur friandise tant attendue est exposée sur la table à côté de leur repas, les choses semblent plus agréables.

8. Servir de grandes portions

Les parents oublient souvent que les enfants doivent manger de petites portions et non de grosses comme les adultes. Augmenter la portion d’un enfant d’une cuillère à soupe par an est suffisant. Voir de grosses portions peut intimider l’enfant et le décourager de manger même des portions normales.

Les parents peuvent également être déçus lorsqu’ils voient que leurs enfants ne mangent pas une grande partie des aliments dans leur assiette. Les parents devraient donc prendre l’habitude de proposer des portions de taille enfant à leurs enfants. Servir la nourriture dans une assiette de taille enfant est une option beaucoup plus facile. Alors, si votre petit finit tout ce qu’il y a dans son assiette, vous pouvez en rajouter.

9. Servir les repas ordinaires et communs

Est-ce que la présentation peut faire la différence pour les enfants en termes de goût surtout lorsqu’ils mangent du chou, des épinards ou des brocolis ? En tous les cas, dans l’esprit des enfants, c’est tout à fait le cas ! Un repas ordinaire qui a l’air terne et peu appétissant peut beaucoup affecter l’appétit d’un enfant.

Même si c’est une chose qui prend du temps, vous devriez plutôt faire l’effort de rendre la présentation de vos repas plus vivante. Ajoutez de jolies petites fraises, des pailles assez amusantes et de temps en temps des lamelles de pommes. Vous pouvez aussi y aller à fond et essayer de faire un petit déjeuner sur le thème de Disney.

10. Perdre votre patience assez vite quand votre enfant ne veut pas essayer de nouveaux aliments

Parent nourrissant son enfant en bas âge

Les parents ne doivent pas proposer les mêmes aliments à leurs enfants, simplement parce que c’est leur plat préféré. Ils doivent faire en sorte que leurs progénitures mangent des aliments variés. Cela peut signifier exposer l’enfant à un nouvel aliment dix à quinze fois afin qu’il l’accepte mieux. Ils ne doivent pas perdre patience et être frustrés lorsque leur enfant ne mange pas.

Ils doivent continuer à lui proposer toutes sortes d’aliments dans son assiette jusqu’à ce qu’il finisse par s’y intéresser et par manger chacun d’entre eux au fil du temps. C’est la meilleure solution pour ne pas lui faire ressentir de la frustration.

11. Donnez-leur l’exemple d’un enfant qui meurt de faim

« Fini ton repas ! Est-ce que tu sais qu’il existe pleins d’enfants comme toi qui n’ont pas à manger dans notre monde. » Les parents ont tendance à dire ce genre de choses pour plusieurs raisons. Ils utilisent cette mauvaise technique pour encourager leurs petits à manger, pour les rendre plus réceptifs à la pauvreté et aussi à la famine et pour évacuer leur frustration. Mais malheureusement, ce genre de commentaire n’est pas bien accueilli par les enfants.

Encore une fois, il y a un raisonnement logique et plus efficace que vous pouvez adopter dans ce genre de situation. Essayez de dire à votre petit : « Si tu ne manges pas maintenant, tu auras faim au milieu de la nuit. Et quand ce sera le cas, maman sera en train de dormir ! »

12. Donner le mauvais exemple

Si les parents veulent que leur enfant adopte des habitudes alimentaires saines, ils doivent eux-mêmes être des modèles qui font de même. Les enfants observent leurs pères et mères pour ensuite les imiter, notamment en ce qui concerne leur alimentation et leur façon de manger.

Si l’enfant mange très mal et que les parents ont d’autres inquiétudes concernant son état nutritionnel et sa croissance, ils doivent consulter le pédiatre de l’enfant.

13. Faites participer votre enfant à la préparation des repas

Bien que de nombreux jeunes enfants aiment souvent les mêmes aliments pendant des années, la variété peut ajouter de l’enthousiasme à un repas. Si vous vous retrouvez à servir toujours le même type d’aliment, il est fort possible que le seul fait de changer les choses puisse vous aider. Même si votre enfant en a demandé encore et encore pendant des mois, cela ne veut pas dire qu’il aimera ce repas éternellement.

Permettez à votre enfant de vous aider à choisir de nouveaux aliments à essayer. Encouragez-le à participer à la planification, aux achats et à la préparation des aliments. S’il participe à la préparation du repas, il sera peut-être plus enthousiaste à l’idée de manger.

Refuser de manger est un défi parental courant

Tout-petit cache son visage pendant que le parent essaie de leur donner à manger

En fait, c’est souvent pratiquement un rite de passage pendant les années de la petite enfance. Cela peut causer beaucoup d’anxiété chez les parents, mais c’est généralement normal et souvent temporaire et finit par se résorber tout seul.

Cependant, si l’alimentation difficile ou les hauts et les bas normaux de l’appétit d’un enfant peuvent être à l’origine du problème, ce n’est pas toujours la seule cause. En fonction de la durée du problème et des autres symptômes de l’enfant, il se peut qu’un autre problème soit à l’origine du refus de manger.

Tentez de trouver des moyens de traiter le refus de manger de manière positive peut aider à résoudre le problème. C’est une chose qui peut rendre les repas plus agréables. Si vous soupçonnez des problèmes sous-jacents, il vaudrait mieux en parler avec le pédiatre de votre enfant.