Skip to Content

D’où Vient Le Sentiment D’abandon ? Comment Y Faire Face ?

D’où Vient Le Sentiment D’abandon ? Comment Y Faire Face ?

Bien qu’il ne s’agisse pas d’une phobie officielle, la peur de l’abandon est sans doute l’une des peurs les plus courantes et les plus dommageables qui soient.

Le sentiment d’abandon survient lorsqu’une personne a une forte crainte de perdre des êtres chers. La peur de l’abandon est une forme d’anxiété.

Elle commence souvent dans la petite enfance, lorsque l’enfant subit une perte traumatisante ou un manque d’amour.

Les enfants qui vivent cette expérience peuvent alors commencer à craindre de perdre d’autres personnes importantes dans leur vie ou de tomber dans la dépendance affective de l’amour.

Certaines personnes continuent à craindre l’abandon en grandissant. Bien que cela soit moins fréquent, les problèmes d’abandon peuvent aussi parfois apparaître à l’âge adulte.

La blessure d’abandon vécue durant l’enfance peut avoir un effet important sur la vie et les relations d’une personne à l’âge adulte ainsi qu’un impact sur l’estime de soi qui peut nuire au bien-être général de cette personne.

Cela dit, il existe des moyens d’y faire face grâce à un soutien professionnel et un traitement adapté qui peuvent aider à réduire l’anxiété et à lâcher prise de ce sentiment de peur.

Continuez à lire pour en savoir plus sur les problèmes d’abandon chez les adultes et les enfants, y compris les symptômes, les causes et les options de traitement.

Qu’est-ce que la peur de l’abandon au juste ?

une femme inquiète avec de longs cheveux noirs attachés

La peur de l’abandon est un type d’anxiété que certaines personnes ressentent lorsqu’elles sont confrontées à l’idée de perdre une personne qui leur est chère.

Tout le monde est confronté à la mort ou à la fin d’une relation au cours de sa vie, car la perte fait partie intégrante de la vie.

Cependant, quelqu’un qui souffre du syndrome d’abandon vit constamment dans la peur de ces pertes, ce qui lui procure un mal-être et un sentiment d’insécurité au quotidien.

Les personnes qui vivent avec la peur de l’abandon peuvent également adopter des comportements qui poussent les gens à partir juste pour ne jamais être surprises elles-mêmes par la perte.

Bien que la peur de l’abandon ne soit pas une condition reconnue ou un trouble de santé mentale, en soi, elle est considérée comme un type d’anxiété et est traitée comme telle.

Ce qu’il faut savoir, c’est que pour la plupart du temps, les comportements initiaux de cette angoisse d’abandon ne sont pas intentionnels.

Or, avec le temps, la réaction que ces comportements suscitent – ainsi que l’attention qui en découle – peuvent s’auto-renforcer ce qui peut amener une personne à répéter ces comportements afin d’obtenir à nouveau cette réaction.

Ce genre de comportement peut avoir des conséquences extrêmement malsaines, car les personnes qui ont peur d’être abandonnées peuvent avoir tendance à adopter des comportements et des schémas de pensée types qui affectent leurs relations avec les autres.

Au fil du temps, le sentiment d’abandon peut ruiner les relations d’une personne abandonnique et même créer le développement de relations toxiques, car une adaptation inadaptée à cette peur peut faire en sorte que l’abandon qu’elle redoute devienne une réalité.

Par conséquent, cette peur peut être dévastatrice pour la confiance en soi et le développement personnel de la personne qui en souffre.

Même si la première étape pour résoudre cette dépendance affective, c’est de comprendre la peur de l’abandon, en réalité, la clé pour traiter les problèmes d’abandon, c’est de trouver une prise en charge psychologique ou une thérapie adaptée.

Les symptômes du sentiment d’abandon

une femme inquiète est assise dans les escaliers

Les personnes souffrant de la peur de l’abandon présentent plusieurs des mêmes comportements, bien que certains puissent être plus marqués que d’autres. Ces symptômes sont les suivants :

• Aller de relation en relation. Certaines personnes peuvent s’engager dans de nombreuses relations superficielles. Elles peuvent avoir peur de l’intimité et causer une rupture amoureuse juste pour éviter que l’autre personne ne le fasse avant.

• Saboter les relations. Certaines personnes peuvent agir de manière irrationnelle pour sortir d’une relation. Par exemple, elles peuvent sciemment repousser un partenaire juste pour éviter d’être blessé(e) s’il les quitte.

• S’accrocher à des relations toxiques/malsaines. Certaines personnes ayant des problèmes d’abandon peuvent rester dans une relation malgré leur désir de la quitter. Dans ce genre de situation, c’est la peur de la solitude qui est plus forte que le désir de partir.

• Avoir besoin d’être constamment rassuré(e). Certaines personnes peuvent rechercher constamment un ami ou un partenaire et exiger des « garanties » émotionnelles. Elles peuvent régulièrement inciter leurs amis ou partenaires à faire des déclarations générales, telles que « Je ne te quitterai jamais », et dire ensuite qu’ils mentent.

Les personnes qui ont été abandonnées dans leur enfance peuvent être attirées par des personnes qui les traitent mal et finissent par les quitter. Lorsque cela se produit, cela renforce leurs craintes et leur méfiance vis-à-vis des autres.

Symptômes du sentiment d’abandon chez l’enfant

un enfant triste est assis sur le canapé

Les enfants qui ont un attachement affectif sain à leurs parents sont souvent bouleversés lorsqu’ils sont abandonnés, même si ce n’est que pour une courte période.

Cette réaction est naturelle dans une certaine mesure. Cependant, elle peut être le signe d’un problème de santé mentale sous-jacent lorsqu’elle conduit à :

• L’anxiété de séparation. Si l’enfant devient anxieux lorsque ses parents partent quelque part à l’avance, cela peut vouloir dire qu’il souffre de la peur de l’abandon.

• La panique. Si l’enfant commence à paniquer à chaque fois qu’il ne voit pas ses parents, sa réaction excessive peut être le signe d’un problème plus profond.

• La peur de la solitude. Certains enfants ne veulent pas dormir sans leurs parents ni même les laisser sortir de la chambre.

Dans les cas graves, comme ceux où l’enfant a vécu la perte d’un parent ou d’un proche, il peut développer des moyens malsains de faire face à la situation, comme par exemple :

• la dépendance

• des troubles alimentaires

• s’en prendre aux autres, physiquement ou verbalement

• l’automutilation.

Les facteurs de risque

Certaines peurs et certains problèmes d’abandon deviennent envahissants. Ils peuvent empêcher une personne de mener une vie normale et saine.

Des antécédents de l’un des éléments suivants peuvent augmenter le risque d’avoir peur de l’abandon :

• La négligence. Les personnes qui ont été négligées, maltraitées ou abandonnées, surtout pendant l’enfance, sont plus susceptibles de développer ce problème. De même, les adultes qui ont été négligés dans leur enfance sont plus susceptibles de répéter ces comportements avec leurs propres enfants.

• Le stress. Un niveau de stress élevé peut aggraver une anxiété naturelle. Cela peut aggraver les peurs et conduire à de nouvelles anxiétés.

Les causes du sentiment d’abandon

une femme inquiète est assise appuyée contre le canapé

Pour se développer sainement, l’être humain doit savoir que ses besoins physiques et émotionnels sont satisfaits. Pendant l’enfance, ce réconfort vient des parents. À l’âge adulte, il peut provenir des relations personnelles et amoureuses.

Des événements peuvent interrompre cette assurance à n’importe quel âge. Lorsque cela se produit, la peur de l’abandon peut se développer. Ces événements peuvent inclure :

• La mort. Bien que la mort soit un événement naturel, cela ne la rend pas moins traumatisante. La perte inattendue d’un être cher peut créer un vide émotionnel qui peut être rempli par la peur.

• La violence. Les abus physiques et sexuels, ainsi que d’autres types d’abus, peuvent créer des problèmes de santé mentale persistants, notamment la peur de l’abandon.

• La pauvreté. Si les besoins fondamentaux ne sont pas satisfaits, cela peut conduire à un état d’esprit de pénurie. Cela peut conduire à la crainte que les ressources émotionnelles, telles que l’amour, l’attention et l’amitié, soient également limitées.

• La perte d’une relation. Divorce, décès, infidélité – tout cela sont des choses qui arrivent. Or, pour certaines personnes, la fin d’une relation peut être trop douloureuse et entraîner des craintes persistantes, ainsi qu’une faible estime de soi.

L’effet du sentiment d’abandon sur les relations

une femme imaginaire aux longs cheveux bruns est assise sur un rocher et regarde la mer

La peur de l’abandon est différente pour chacun. Certaines personnes ont peur de perdre leur partenaire amoureux, tandis que d’autres ont peur d’être abandonnées dans d’autres relations (amicales, professionnelles, familiales, sur les réseaux sociaux, etc.)

Pour mieux expliquer comment les personnes ayant peur de l’abandon peuvent naviguer dans une relation, voici un exemple de la façon dont une relation typique peut commencer et évoluer.

Cet exemple est particulièrement vrai pour les relations amoureuses, mais il existe également de nombreuses similitudes avec les relations amicales.

Étape 1 : Apprendre à se connaître

À ce stade, vous vous sentez relativement en sécurité. Vous n’êtes pas encore émotionnellement investi(e) dans l’autre personne. Vous continuez donc à vivre votre vie tout en profitant du temps passé avec la personne que vous avez choisie.

Étape 2 : Phase de la lune de miel

Cette phase se produit lorsque vous faites le choix de vous engager. Vous êtes prêt à ignorer les éventuels drapeaux rouges ou jaunes parce que vous vous entendez tellement bien.

Vous commencez à passer beaucoup de temps avec l’autre personne, et vous vous amusez toujours. Vous commencez petit à petit à vous sentir en sécurité.

Étape 3 : Le début d’une vraie relation

La phase de lune de miel ne peut pas durer éternellement. Peu importe à quel point deux personnes s’entendent bien, la vie réelle intervient à un moment donné.

Les gens tombent malades, ont des problèmes familiaux, commencent à travailler à des heures difficiles, s’inquiètent pour l’argent et ont besoin de temps pour faire les choses.

Bien qu’il s’agisse d’une étape très normale et positive au sein d’une relation, elle peut être terrifiante pour les personnes qui ont peur de l’abandon et qui peuvent y voir le signe que l’autre personne s’éloigne.

Si vous avez cette peur, vous êtes probablement en train de vous battre avec vous-même et vous essayez très fort de ne pas exprimer vos inquiétudes de peur de paraître collant(e).

Étape 4 : Le premier conflit

Tous les gens ne sont que des êtres humains. Ils ont des humeurs et des choses en tête.

Même s’ils tiennent beaucoup à quelqu’un d’autre, on ne peut pas et on ne doit pas s’attendre à ce que cette personne soit toujours au premier plan de leurs préoccupations.

En particulier, une fois la période de lune de miel terminée, il est inévitable qu’un affront apparent se produise.

Cela prend souvent la forme d’un message texte sans réponse, d’un appel téléphonique non retourné ou d’une demande pour quelques jours de solitude.

Étape 5 : La réaction

Pour ceux qui ont peur de l’abandon, c’est un tournant. Si vous souffrez d’angoisse d’abandon, vous êtes probablement complètement convaincu(e) que cet affront est un signe que votre partenaire ne vous aime plus.

Ce qui se passe ensuite est presque entièrement déterminé par la peur de l’abandon, sa gravité et le style de réaction préféré de la personne qui en souffre.

Certaines personnes réagissent en devenant collantes et exigeantes, en insistant pour que leur partenaire leur prouve leur amour en se pliant en quatre. D’autres s’enfuient, rejetant leur partenaire pour éviter de se faire eux-mêmes rejetés.

D’autres encore pensent que l’affront est de leur faute et tentent de se transformer en « partenaire parfait » dans le but d’empêcher l’autre de partir.

En réalité, il est fort probable que l’affront ne soit pas un affront du tout. En fait, les gens font parfois des choses que leur partenaire ne comprend pas.

Dans une relation saine, le partenaire peut reconnaître la situation pour ce qu’elle est : une réaction normale qui n’a rien à voir avec la relation.

Il peut aussi se sentir contrarié par la situation, mais l’aborder par une discussion calme ou une brève dispute.

Dans les deux cas, un seul affront perçu ne devient pas une influence dominante sur les sentiments du partenaire.

Le point de vue du partenaire

Du point de vue de votre partenaire, votre changement soudain de personnalité semble venir de nulle part.

Si votre partenaire ne souffre pas de la peur de l’abandon, il/elle n’a probablement pas la moindre idée de la raison pour laquelle son/sa partenaire, auparavant confiant(e) et décontracté(e), devient soudainement collant(e) et exigeant(e), l’étouffe d’attention ou s’éloigne complètement.

Comme pour les phobies, il est impossible de parler ou de raisonner quelqu’un pour le sortir de sa peur de l’abandon. Peu importe le nombre de fois que votre partenaire essaie de vous rassurer, ce n’est pas suffisant.

En fin de compte, votre comportement et vos réactions inconsolables pourraient faire fuir votre partenaire, ce qui mènerait à la conclusion même que vous redoutez le plus.

Stratégies d’adaptation

une femme inquiète assise derrière un ordinateur portable

Si votre peur est légère et bien maîtrisée, vous pourrez peut-être la gérer simplement en vous informant sur vos tendances et en apprenant de nouvelles stratégies comportementales.

Pour la plupart des gens, cependant, la peur de l’abandon est enracinée dans des problèmes beaucoup plus profonds qu’il est difficile de démêler tout seul.

L’aide d’un professionnel est souvent nécessaire pour surmonter cette peur et modifier véritablement vos pensées et vos comportements.

Bien que le traitement de la peur elle-même soit essentiel, il est également indispensable de créer un sentiment d’appartenance. Plutôt que de consacrer toute votre énergie et votre dévouement à un seul partenaire, concentrez-vous sur la création d’une communauté.

Aucune personne ne peut résoudre tous nos problèmes ou répondre à tous nos besoins. Mais, un groupe solide composé de plusieurs amis proches peut jouer un rôle important dans notre vie.

De nombreuses personnes ayant peur de l’abandon déclarent qu’elles n’ont jamais eu l’impression d’avoir une « tribu » ou une « meute » en grandissant.

Pour une raison ou une autre, elles se sont toujours senties différentes ou déconnectées de leur entourage. Cela dit, la bonne nouvelle, c’est qu’il n’est jamais trop tard !

Quelle que soit votre étape de vie actuelle, il est important de vous entourer d’autres personnes partageant les mêmes idées de vie que vous.

Dressez une liste de vos passe-temps favoris, de vos passions et de vos rêves les plus fous, puis, trouvez d’autres personnes qui partagent les mêmes intérêts que vous.

S’il est vrai que tous ceux qui partagent les mêmes intérêts ne deviendront pas tous des amis proches, les passe-temps et les rêves sont un excellent tremplin pour construire un réseau de soutien solide.

S’adonner à ses passions permet également de renforcer sa confiance en soi et de croire que l’on est assez fort pour faire face à tout ce que la vie nous réserve.

Aider une personne ayant peur de l’abandon

deux amis s'assoient et parlent

Aider un proche qui vit avec des problèmes d’abandon peut être difficile. Après tout, si vous lui faites part de vos inquiétudes, son instinct peut l’amener à remettre en question votre loyauté envers lui.

Bien que les personnes ayant peur de l’abandon soient différentes, les techniques suivantes peuvent vous aider à prendre soin d’une personne qui a peur de l’abandon :

Mettez la conversation sur pause

Les conversations très émotionnelles deviennent inévitablement improductives. Lorsque cela se produit, mettez la conversation sur pause. Faites-lui savoir que vous vous souciez de lui/elle, mais, éloignez-vous pendant quelques heures.

Vous devez vous soutenir vous-même avant tout et soutenir également la personne qui a peur de l’abandon. Les personnes qui ont peur de l’abandon peuvent avoir plus de mal à le faire, surtout si leur interlocuteur part sans leur dire où il va. C’est pourquoi il est important de leur faire savoir :

• où vous allez

• combien de temps vous serez absent(e)

• quand vous reviendrez.

À votre retour, entamez la conversation dans un contexte moins émotionnel.

Soutenez et validez ses craintes

un homme et une femme s'assoient sur le canapé et parlent

La validation est un élément important de la confiance dans une relation. Lorsque vous soutenez un proche qui a peur d’être abandonné, la validation signifie que vous reconnaissez ses sentiments sans porter de jugement.

Une telle compréhension de ses craintes est essentielle au maintien de la communication. Valider les craintes d’un proche ne signifie pas nécessairement que vous êtes d’accord avec lui. Au contraire, vous soutenez ses sentiments pour renforcer la confiance et la compassion.

Considérez cette approche à six niveaux que la psychologie clinicienne a identifiée pour vous aider à démarrer :

1. Soyez présent(e). Écoutez activement et attentivement les préoccupations de votre proche sans faire autre chose en même temps.

2. Réfléchissez. Résumez verbalement les sentiments de votre proche de manière authentique afin de parvenir à une compréhension sans jugement.

3. Lisez dans les pensées. Il est parfois difficile pour les proches de décrire leurs états émotionnels sous forme de peur. En les écoutant, vous pouvez les aider à identifier leurs émotions pour une meilleure compréhension. À ce niveau, il faut beaucoup de pratique pour être présent et réfléchir.

4. Essayez de comprendre leur histoire. Il s’agit d’une forme encore plus profonde de reconnaissance. Vous connaissez les peurs de votre proche et vous dites ouvertement que vous comprenez qu’une certaine situation puisse être un déclencheur en raison de son passé d’abandon.

5. « Banalisez » leurs craintes. Cette normalisation se fait en reconnaissant le fait que d’autres personnes ayant le même passé que votre proche peuvent avoir peur de l’abandon, et que ce qu’elles ressentent est donc tout à fait compréhensible.

6. L’authenticité radicale. Le niveau le plus profond de validation, l’authenticité radicale, consiste à partager les peurs de l’être cher comme les vôtres.

Il est tout aussi important d’éviter de dire des choses qui pourraient invalider les craintes de votre proche. Évitez les phrases inutiles, telles que :

• « C’est bon, laisse tomber ».

• « Tout arrive pour une raison ».

• « Cela ne t’est pas vraiment arrivé ».

• « Pourquoi fais-tu toute une histoire pour rien ? »

• « Les choses pourraient être bien pires, tu as de la chance. »

Ne mordez pas à l’hameçon des émotions

Une personne qui a peur de l’abandon peut utiliser des expressions faciales, des déclarations ambiguës ou un langage corporel vague pour attirer l’attention. Ne mordez pas à l’hameçon !

Lorsqu’elle vous dit que tout va bien ou qu’elle ne veut pas en parler, prenez-la au mot. Lui demander de s’ouvrir peut devenir un moyen de vous tester.

Faites-lui savoir ce que ces comportements vous font ressentir

Il n’y a pas de mal à être honnête. Lorsque vous êtes contrarié(e), exprimez clairement ce que vous voulez dire et ce que vous ressentez à cause des paroles ou des actions de votre proche. Cette honnêteté peut être suffisamment désarmante pour vous permettre de progresser.

Aider un enfant qui a des problèmes d’abandon

le médecin s'assoit et parle à l'enfant

Si vous pensez que votre enfant souffre d’une angoisse d’abandon, il est important de l’aider le plus tôt possible afin qu’il puisse développer des relations sécurisantes. Discutez de vos options avec le médecin de votre enfant.

Les stratégies suivantes peuvent être utiles avec les enfants :

• Cherchez une aide professionnelle. Pour certains enfants, parler à un parent ou à un enseignant peut être inconfortable. Un professionnel peut être moins menaçant.

• Encouragez les enfants à exprimer leurs sentiments. Les enfants craignent parfois que leurs émotions ne bouleversent leurs parents. Soyez une ardoise blanche pour les sentiments de votre enfant. Laissez-le exprimer tout ce qu’il ressent et reconnaissez-le.

• Offrez une validation. Au lieu de chercher une solution à ses inquiétudes ou à ses craintes, offrez une validation de ses sentiments. Dites-lui simplement que c’est normal de ressentir ce qu’il ressent.

dissertation writing scams

Saturday 12th of February 2022

dissertation writing services sri lanka https://dissertations-writing.org/

writing a dissertation literature review

Friday 11th of February 2022

how long does a dissertation have to be https://mydissertationwritinghelp.com/

phd dissertation writing services uk

Friday 11th of February 2022

dissertation thesis writing https://help-with-dissertations.com/

cultural studies dissertation help

Friday 11th of February 2022

uk dissertation writing help uk https://dissertationwriting-service.com/

writing dissertation proposal sample

Thursday 10th of February 2022

dissertation template https://buydissertationhelp.com/

Comments are closed.