Skip to Content

Les Différents Types De Harcèlement Et Comment Y Faire Face

Les Différents Types De Harcèlement Et Comment Y Faire Face

Alors que le harcèlement peut sembler évident lorsqu’il se produit, il a été rapporté que 34 % des gens ne saisissent vraiment pas le concept de harcèlement ou les comportements qui conduisent à un environnement de travail hostile.

Alors, quelle est la vraie définition du harcèlement ?

« Le harcèlement est tout comportement indésirable, physique ou verbal (ou même suggéré), qui met une personne mal à l’aise, l’humilie ou la déstabilise mentalement. »

Selon la législation de l’État, la définition et les limites de ce qui est considéré comme une situation de harcèlement peuvent varier légèrement.

Lors d’un procès pour harcèlement, de nombreux éléments entrent en ligne de compte. Bien que les lois sur le harcèlement diffèrent d’un État à l’autre, la plupart des États tiennent compte des deux principaux facteurs suivants pour décider de la validité d’une accusation :

– L’intention (ou la non-intention) de l’harceleur, de menacer ou de rabaisser la victime.

– La répétition et la gravité de l’action indésirable.

Les types de harcèlement

un groupe de personnes qui parlent derrière le dos d'une femme

Le harcèlement couvre un large éventail de conduites abusives, y compris les attouchements physiques et le harcèlement psychologique qui provoquent une détresse émotionnelle chez la personne harcelée.

Le harcèlement a des effets à la fois physiques et émotionnels. Selon les résultats d’une étude menée en 2011 au sein de l’éducation nationale, 48 % des collégiens et des lycéens ont déclaré avoir été la cible de différentes formes de violence.

Beaucoup d’entre eux ne veulent pas aller à l’école, se sentent physiquement malades et ont des difficultés à étudier et à dormir.

Il existe 7 différentes formes de harcèlement :

1. La violence conjugale au sein du couple

2. La maltraitance envers les personnes âgées ou les adultes dépendants

3. La violence ou harcèlement dans le milieu professionnel

4. Le harcèlement sexuel

5. Le harcèlement de rue

6.Le harcèlement criminel

7. Le cyberbullying ou cyberharcèlement

S’agit-il de harcèlement ou simplement d’un mauvais comportement ?

triste adolescent victime de cyberbullying

Le harcèlement est tellement ancré dans notre culture, qu’il s’agisse de montrer de l’admiration aux protagonistes féminins des vieux films hollywoodiens ou d’échanger des plaisanteries grossières pour montrer sa camaraderie, que la frontière entre un comportement acceptable et inacceptable peut être floue.

Beaucoup affirment que si cela ressemble à du harcèlement, c’est probablement le cas, mais les pratiques sociales – et la loi – ne sont pas toujours d’accord.

Cependant, une prise de conscience croissante du problème conduit les victimes de harcèlement à s’exprimer plus ouvertement et permet aux entreprises et aux organisations de faire des efforts concrets pour lutter contre le harcèlement par le biais de politiques plus strictes.

Voir aussi : Comment Reconnaître Le Profil Psychologique D’un Homme Qui Bat Sa Femme ?

Les comportements que vous ne considérez pas comme du harcèlement, mais qui le sont en réalité

– Claquer les bretelles du soutien-gorge d’une fille dans le but de la taquiner ou de la draguer.

Qu’il s’agisse de s’en prendre à quelqu’un ou de flirter, cette forme courante de harcèlement physique se produit souvent dans les écoles.

– Faire des blagues ou des commentaires sur une autre race en présence d’amis de la même race

Cette pratique est si courante qu’on l’appelle le sectarisme de tous les jours ; vos amis peuvent sembler en rire, mais cela peut quand même être considéré comme du harcèlement.

– Demander de façon répétée à quelqu’un de sortir avec vous

Il se peut que vous souhaitiez mieux connaître un camarade de classe ou un collègue, que ce soit d’un point de vue romantique ou platonique, mais le fait de harceler cette personne pour un rendez-vous ou une rencontre après qu’elle vous ait refusé constitue un motif de harcèlement sexuel.

Un cabinet d’avocats suggère une règle du type « un coup et vous êtes viré » : n’insistez pas à nouveau si un collègue a dit « non merci ».

– Remuer le couteau dans la plaie au travail

Participer à des discussions politiques ou à des conversations sur des sujets brûlants pour provoquer délibérément quelqu’un, surtout si le sujet en question affecte directement cette personne (par exemple, dire à votre collègue transgenre que vous pensez que les toilettes non mixtes sont inutiles) constitue un environnement de travail hostile.

– S’attarder lors d’une accolade ou d’une poignée de main, ou donner des baisers importuns

Si certaines personnes ne sont pas gênées par une accolade, un baiser sur la joue ou un contact sur l’épaule, le bras ou le dos, d’autres trouvent ce contact physique importun et indésirable.

– Imiter des amis, des camarades de classe ou des collègues de travail en évoquant un accent

Tout comme les blagues raciales, caricaturer les gens en utilisant un faux accent peut constituer un harcèlement relevant de la discrimination fondée sur l’origine nationale, même si l’intention n’est pas haineuse.

– Donner des conseils vestimentaires spontanés

Qu’elle se veuille utile ou passive-agressive, suggérer à une personne de s’habiller, de se coiffer ou de se maquiller différemment peut être considéré comme une avance sexuelle ou une attaque contre sa race, sa culture, son sexe ou son niveau de revenu. À moins que quelqu’un ne vous demande explicitement votre avis, gardez-le pour vous.

– Les commérages et les fausses rumeurs sur quelqu’un

Le milieu scolaire et le lieu de travail peuvent être tellement remplis de ragots qu’ils peuvent sembler inoffensifs.

Cela dit, les ragots et les rumeurs peuvent affecter la vie privée et la capacité d’une personne à se sentir en sécurité, accueillie et productive. Les commérages peuvent être considérés comme du harcèlement moral.

– Faire des blagues ou des insinuations avec des connotations sexuelles

De nombreux cas de harcèlement découlent de blagues, mais vous ne devez pas supposer que tout le monde a le même sens de l’humour que vous.

Les blagues et les références sexuelles peuvent être offensantes ou inconfortables pour un groupe de personnes. Ce genre de blagues peut faire remonter des expériences traumatisantes passées et souligner les différences entre les personnes de tous sexes et différents genres.

– Afficher ouvertement du matériel offensant ou désobligeant

Le fait d’exposer à la vue de tous des images ou des documents qui donnent aux gens un sentiment de malaise ou d’insécurité – comme des photos pornographiques, des brochures promouvant la religion ou tout ce qui suggère l’infériorité de certaines races, religions, sexes, orientations et identités sexuelles ou cultures – crée un environnement hostile et peut être interprété comme du harcèlement.

– Abus de pouvoir entre le client et l’employé

« Le client a toujours raison » est une phrase courante sur le lieu de travail, mais ce n’est pas vrai. Les employés se sentent souvent impuissants lorsque des clients les harcèlent, car ils ont l’impression qu’en parlant, ils risquent de provoquer des circonstances aggravantes ou de perdre leur emploi.

Cependant, si un client harcèle un employé, l’employeur est tenu d’enquêter et de résoudre la situation.

Violence ou harcèlement sur le lieu de travail

collègues criant après une femme

Le terme « harcèlement sur le lieu de travail » couvre tous les types de harcèlement qui peuvent survenir dans un cadre professionnel.

Il ne se limite pas non plus au harcèlement sexuel, tout ce qui met une personne mal à l’aise ou en danger dans son environnement de travail est considéré comme un cas de harcèlement au travail.

L’auteur du harcèlement peut être n’importe qui, y compris des collègues, des superviseurs et même des clients.

Le motif varie également, y compris les aspects discriminatoires, tels que la religion, la nationalité, l’orientation sexuelle, l’apparence physique et l’âge. Le harcèlement au travail peut même se produire lors des entretiens d’embauche avec un(e) candidat(e).

La culture de l’entreprise, ainsi que des formations et des politiques régulières, jouent un rôle important dans la prévention du harcèlement au travail.

Ce qui est considéré comme un comportement acceptable est également très subjectif, ce qui rend le rôle de la formation régulière et des politiques établies extrêmement important pour cultiver un environnement productif et sûr pour vos employés.

Une formation régulière fournit une base pour un comportement approprié sur le lieu de travail, tandis que les politiques en matière de harcèlement donnent aux victimes des mesures concrètes sur la manière de signaler les comportements offensants.

Savoir repérer les cas de harcèlement sexuel et les traiter peut protéger votre entreprise de toute responsabilité et vos employés de toute détresse mentale.

Lutter contre le harcèlement sur le lieu de travail

Le harcèlement dans le milieu professionnel est répandu et peut être difficile à combattre. Être informé et préparé peut aider les employés confrontés au harcèlement à reconnaître leurs droits et à agir, si nécessaire.

Dans certains environnements de travail, le harcèlement peut sembler facile à balayer comme une camaraderie ludique ou un « jeu », mais il n’est pas moins grave qu’une intimidation telle que la violence physique.

Les actions négatives sont souvent motivées par les sentiments de peur, de manque de respect ou de droit de l’auteur du harcèlement, mais quelles qu’en soient les raisons, la seule façon de mettre fin au harcèlement sur le lieu de travail est de le traiter correctement.

Connaître vos droits

Certains lieux de travail sont favorables aux droits des employés et s’efforcent de résoudre les problèmes de harcèlement.

D’autres dissuadent les victimes de signaler les incidents pour éviter les scandales ou les coûts des enquêtes internes, et peuvent délibérément décourager les employés de prendre des mesures pour remédier à leur situation.

Connaissez vos droits et vos protections afin de pouvoir gérer avec succès les incidents de harcèlement qui peuvent survenir aux conditions de travail.

– Vous avez le droit de vous sentir en sécurité au travail, quels que soient votre sexe, votre race, votre couleur de peau, votre religion, votre origine nationale, votre identité sexuelle, votre orientation sexuelle, votre état de grossesse, votre âge, votre handicap ou vos informations génétiques.

Selon le gouvernement, les commentaires et les désagréments mineurs ne sont généralement pas considérés comme du harcèlement.

Cependant, un comportement qui provoque un sentiment d’intimidation, ou même des incidents isolés mais graves, peuvent être considérés comme du harcèlement.

– Il existe des protections contre les représailles si vous signalez un cas de harcèlement.

Les employés qui déposent une plainte pour harcèlement ou qui participent à une enquête à ce sujet ne peuvent légalement être harcelés ou punis pour avoir agi de la sorte.

Bien que cela ne fonctionne pas toujours dans la réalité, ceux qui subissent des représailles ont la possibilité de déposer des plaintes supplémentaires contre leur employeur.

– Personne n’a le droit de vous refuser un aménagement raisonnable du lieu de travail en raison de votre religion ou de votre handicap.

Sauf dans certaines circonstances où la mise en place d’aménagements serait extrêmement coûteuse pour l’employeur, un lieu de travail doit donner à tous les employés, quel que soit leur statut de handicapé ou leurs obligations religieuses, les mêmes possibilités de travailler de manière sûre et efficace.

– Les supérieurs et les collègues ne peuvent pas accorder de faveurs en échange d’actes sexuels.

Cet échange est connu sous le nom de quid pro quo, et constitue un type de harcèlement sexuel protégé par le gouvernement fédéral. Les travailleurs sont également protégés contre toute sanction de l’employeur s’ils refusent de participer à cet échange.

Que faire si vous voulez signaler une situation ?

patron menaçant son employé

Les victimes de harcèlement qui signalent leur situation le font parce qu’elles pensent qu’une solution est en passe d’être trouvée.

Cela dit, les lieux de travail laissent souvent tomber les victimes de harcèlement, en laissant les vides juridiques et les politiques de l’entreprise transformer ce qui semble être une solution évidente en un problème auquel on ne donne jamais suite.

Prendre les mesures appropriées pour lutter contre le harcèlement peut faire toute la différence pour obtenir des résultats significatifs.

6 choses que vous devez faire pour signaler un cas de harcèlement sur le lieu de travail.

1. Assurez-vous que votre situation correspond à la définition légale du harcèlement

Même si vous vous sentez mal à l’aise, frustré(e) ou en danger, si l’incident en question n’est pas considéré comme du harcèlement par les lois du code pénal, l’employeur peut facilement rejeter la plainte et n’a aucune obligation d’enquêter.

2. Documentez le harcèlement au fur et à mesure qu’il se produit

La prise de notes détaillées en temps utile est un élément important de la collecte de preuves à l’appui de votre plainte.

Si vous avez essayé de modifier votre situation professionnelle, par exemple en changeant de service ou en cherchant un tout autre emploi, documentez également cette démarche.

3. Si vous vous sentez à l’aise pour le faire, parlez à votre harceleur de son comportement

Votre dossier sera plus solide si vous pouvez montrer à votre employeur que vous avez tenté de résoudre le harcèlement par vous-même. Parfois, cela peut même résoudre le problème, et vous n’avez pas besoin de déposer une plainte.

Cependant, les victimes ne doivent pas approcher leur harceleur à moins qu’elles ne se sentent capables de le faire de manière sûre et professionnelle.

4. Parlez à des témoins potentiels en qui vous avez confiance et voyez s’ils sont prêts à soutenir votre plainte

Si des collègues de confiance ont vu le harcèlement ou l’ont vécu eux-mêmes, demandez-leur s’ils sont prêts à soutenir votre plainte ou à s’y associer. Des témoins crédibles peuvent être des atouts pour obtenir votre plainte.

5. Préparez-vous au procès

La plupart des cas de harcèlement sont réglés à l’amiable, mais il est bon de rechercher à l’avance des avocats potentiels au cas où vous auriez l’impression que l’incident n’est pas traité correctement.

6. Présentez votre documentation au service des ressources humaines, à votre représentant syndical ou à un responsable

Une enquête sera menée, dont les résultats et les recommandations éventuelles seront communiqués une fois l’enquête terminée.

Harcèlement sexuel

harcèlement sexuel au travail

Le harcèlement sexuel peut désigner le harcèlement causé par le sexe d’une personne qui fait que la personne harcelée se sent mal à l’aise, en danger ou humiliée.

Il peut également être considéré comme toute avance sexuelle non désirée, telle que des commentaires inappropriés de nature sexuelle, des demandes de faveurs sexuelles, des contacts physiques injustifiés, voire une agression sexuelle.

Le harcèlement sexuel peut toucher n’importe qui, n’importe où, c’est pourquoi il est important d’identifier les signes de harcèlement sexuel et de savoir comment agir.

Le harcèlement sexuel de contrepartie désigne l’action d’échanger des faveurs sexuelles contre quelque chose, qui peut être un avantage ou la prévention d’un préjudice.

Un environnement hostile est un incident ou un événement qui entraîne un malaise général, une humiliation ou une peur pour les personnes concernées. En voici quelques exemples :

– Commentaires sexuels ou offensants

– Envoi de textos, de mails ou d’images inappropriés, de nature sexuelle ou grossière

– Connotations sexuelles dans une conversation

– Le toucher physique injustifié ou importun tel que les bousculades, les frottements de corps ou les accolades.

Cyberbullying ou cyberharcèlement

fille triste regardant le téléphone et pleurant

Le cyberharcèlement, ou harcèlement en ligne, désigne les actes visant à nuire à quelqu’un, à le traquer ou à le terroriser par le biais de toute forme de communication électronique, comme les réseaux sociaux, les SMS ou les appels téléphoniques.

Il est plus facile de harceler les gens virtuellement puisqu’il sera difficile de retracer les parties impliquées.

Le cyberharcèlement peut prendre la forme de commentaires préjudiciables, de sites Web désobligeants et de messages mensongers, ainsi que de courriels haineux ou offensants conçus intentionnellement pour terroriser une personne.

Bien que le cyberharcèlement semble léger par rapport à d’autres formes de harcèlement, il cause des dommages importants à l’état psychologique d’une personne et peut également dégénérer en une confrontation physique.

La cyberintimidation peut être extrêmement difficile à détecter ou à identifier, car il existe parfois des lois sur la protection de la vie privée, des restrictions et des droits dont disposent les propriétaires.

Harcèlement scolaire

jeune fille victime d'intimidation à l'école

Pour mieux comprendre comment faire des efforts positifs, il est important de comprendre les différents types de harcèlements scolaires :

1. Harcèlement physique

Liée à la dominance, c’est la forme d’agression et d’intimidation la plus répandue chez les garçons (par rapport au relationnel). Les comportements peuvent inclure des coups, des coups de pied et des menaces de violence.

2. Harcèlement social

Ceci implique la manipulation du statut social ou de la réputation et constitue la forme d’agression et de harcèlement la plus répandue chez les filles (par rapport au physique). Les comportements peuvent inclure les rumeurs et l’exclusion sociale.

3. Cyberbullying

Comme nous l’avons déjà mentionné auparavant, ce type de harcèlement consiste à utiliser les technologies modernes pour nuire aux autres.

Ce type d’intimidation peut être particulièrement nuisible parce que les auteurs sont plus difficiles à identifier, qu’il peut se propager plus rapidement et plus impulsivement à un public plus large et que les preuves physiques de l’intimidation ne peuvent pas être facilement effacées du cyberespace.

Les victimes de cyberintimidation sont souvent aussi victimes d’intimidation traditionnelle hors ligne. Pour en savoir plus sur le harcèlement scolaire et sur les moyens de le combattre, cliquez sur le lien.

Quel que soit le type de harcèlement, il existe plusieurs rôles clés qui participent généralement à ce comportement. Le harceleur a un avantage de pouvoir par rapport à la victime, qu’il soit physiquement plus fort, plus populaire et/ou plus influent socialement.

Les spectateurs, ou les autres pairs qui assistent à l’harcèlement, jouent un rôle particulièrement important et sont souvent sous-estimés dans ces « jeux dangereux » entre adolescents. Certains sous-groupes d’adolescents peuvent être plus exposés aux brimades.

Tristes chiffres et statistiques sur le harcèlement scolaire

– Entre 21 et 49 % des jeunes adolescents déclarent avoir été victimes de harcèlement au cours de l’année passée.

– 70,6 % des jeunes sont témoins d’actes de harcèlement.

– Dans une étude de 2010, 20 % des filles et 25 % des garçons ont déclaré avoir été victimes de harcèlement, avoir intimidé d’autres personnes, ou les deux, au cours du mois précédent.

– Dans la même étude, 90 % des élèves de la troisième à la cinquième ont déclaré se sentir désolés pour les élèves qui sont victimes de harcèlement, mais la sympathie ne se traduit souvent pas par des actions.

– Une étude de 2009 a estimé qu’au moins 20,8 % des jeunes ont été victimes d’intimidation physique, 53,6 % d’intimidation verbale, 51,4 % de harcèlement social et 13,6 % de cyberharcèlement au moins une fois sur une période de deux mois.

– Les victimes de cyberharcèlement ne signalent souvent pas leur victimisation et sont huit fois plus susceptibles de porter une arme à l’école.

– Une étude de 2011 a montré que les brimades à l’âge de 14 ans prédisaient les condamnations pour violence entre 15 et 20 ans, la violence autodéclarée entre 15 et 18 ans, un faible statut professionnel à 18 ans et la consommation de drogues entre 27 et 32 ans.

Les conséquences du harcèlement

femme bouleversée pensant

Chaque personne réagit différemment au traumatisme d’avoir été victime de harcèlement. Cela dit, si vous avez été vous-même victime de harcèlement, il est possible que vous vous sentiez tout d’abord choqué(e), puis que vous passiez au déni.

Ce genre de réaction est tout à fait normal et peut être suivi d’un sentiment de victimisation qui conduit en général, à une baisse d’estime de soi. De plus, il se peut que vos émotions soient tellement graves que vous ayez du mal à fonctionner au quotidien.

La solution consiste à régler la situation qui cause le mal-être ou à quitter l’environnement ou la maltraitance s’est produite.

Il arrive souvent que les victimes de harcèlement rencontrent des troubles du sommeil, des troubles alimentaires, qu’elles aient du mal à faire toutes les choses qu’elles faisaient au quotidien auparavant, telles que les activités sportives ou les hobbies.

D’autres symptômes qui proviennent du stress lié à l’harcèlement sont : les migraines, les troubles de concentration, les oublis, les troubles de l’estomac et l’augmentation de la tension artérielle.

Les victimes de différents types de harcèlement se sentent souvent : trahies, furieuses, impuissantes et désespérées. Dans les circonstances encore plus graves, les victimes peuvent souffrir de dépression, d’anxiété et avoir des pensées suicidaires ou autodestructrices.

7 Conseils pour se remettre du harcèlement

jeune femme se sentant rejetée par des amis

Aller de l’avant après avoir été victime de harcèlement peut sembler être une tâche décourageante et on peut se sentir comme dans une impasse sans issue.

Cela dit, avec un peu de travail et éventuellement en ayant recours à une aide extérieure, vous devriez être en mesure de donner une tournure positive à cette mauvaise expérience, de vous en remettre, et au final, de tourner la page.

Voici quelques étapes clés à suivre pour guérir des différents types de harcèlement :

1. Acceptez ce qui s’est passé

Cela signifie qu’il faut valider ce que vous avez vécu. Vous ne devez en aucun cas minimiser ce qui s’est passé et surtout, ne pas essayer de trouver des excuses à l’auteur de l’acte de maltraitance.

Une autre chose qui est très importante, c’est de vous laisser vivre à toutes les émotions que vous éprouvez. Ne refoulez pas toute la douleur et les ressentiments que vous éprouvez et au lieu de cela, essayez plutôt de trouver des moyens de faire ressortir ces émotions.

Afin de réduire le stress, optez pour : la prière, la méditation, le yoga et n’importe quelle autre activité qui vous aidera à vous détendre davantage.

2. Parlez à un(e) proche de votre expérience

Il est toujours utile de parler à une personne de confiance qui respectera vos pensées et vos émotions.

Ne partagez pas vos pensées et vos sentiments à tout prix avec n’importe qui, vous ne voulez pas parler avec quelqu’un qui risque de dire que vous êtes hypersensible et que vous réagissez excessivement.

Et si vous n’avez personne à qui parler de ce que vous avez subi, vous pouvez toujours vous joindre à un groupe de soutien ou créer votre propre groupe.

3. Tenez un journal intime sur votre expérience

femme triste écrit dans un journal

Afin de faire ressortir toutes les émtions négatives, vous pouvez par exemple décrire la façon dont cette maltraitance a affectée votre vie en écrivant noir sur blanc ce que vous ressentez. Vous pouvez même écrire une lettre à votre agresseur pour vider votre sac et dire tout ce qui n’a pas été dit. Faites sortir tout cela de votre système.

Le fait de tenir un journal vous permet d’avoir un endroit sûr où vous avez le droit d’écrire tout ce qui vous tracasse sans avoir besoin de choisir vos mots.

4. Cessez de vous blâmer

Ce qui vous est arrivé n’est en aucun cas de votre faute. Ce n’est pas vous qui avez provoqué quoi que ce soit et vous ne pouviez certainement pas empêcher l’autre personne d’agir comme elle l’a fait.

Ayez toujours en tête que vous n’avez rien à vous reprocher et que vous ne devez pas vous sentir coupable.

En vous sentant responsable de ce qui est arrivé vous risquez seulement de ralentir votre processus de guérison.

Souvenez-vous que le seul coupable, c’est votre harceleur, car c’est lui ou elle qui a choisi de vous maltraiter.

Reprenez votre vie en main, vous êtes la seule personne à avoir le contrôle de votre vie et c’est à vous de choisir la manière dont vous allez gérer ce qui vous est arrivé.

5. Mettez un point final à votre expérience

Une partie importante du processus de votre guérison consiste à laisser le passé là où il appartient et à vous défaire au mieux de cette mauvaise expérience que vous avez vécu.

Il est important d’apprendre à nouveau qui vous êtes vraiment et parfois, même si cela veut dire qu’il faut changer de travail ou de carrière.

Apprenez à redécouvrir votre caractère, ce qui vous fait plaisir et vous procure du bien-être. Trouvez de nouveaux centres d’intérêts pour commencer un nouveau chapitre sans trop vous attarder dans le passé. Concentrez-vous sur toutes les belles choses de votre vie.

6. Utilisez cette expérience pour aider les autres

Si vous désirez un vrai sens à ce qui vous est arrivé vous pouvez tirer le meilleur de ce qui vous est arrivé. Par exemple, tout en restant anonyme, vous pouvez écrire un blog pour décrire votre expérience et offrir des conseils aux autres victimes de maltraitance.

Vous pouvez aussi créer un groupe de soutien pour les victimes de harcèlement ou parler à d’autres personnes qui luttent contre les différents types de harcèlement.

Si vous parvenez à transformer cette expérience négative en quelque chose de positif, vous aurez plus de chances de vous en remettre rapidement.

7. Demandez l’aide d’un professionnel

Si vous voyez que malgré tous vos efforts, vous avez toujours du mal à commencer une nouvelle vie, vous pouvez demander l’aide d’un professionnel spécialisé dans les différents types de harcèlement.

Les psychologues spécialisés dans les violences ou les maltraitances peuvent également vous aider.

Cependant, si vous avez été harcelé(e) à votre boulot ou à l’école, il est déconseillé de demander de l’aide auprès de l’endroit où s’est passé le harcèlement.

Afin de protéger vos informations personnelles, vous devez trouver de l’aide en dehors de l’endroit où le harcèlement a eu lieu, d’autant plus qu’il vous sera probablement plus facile de partager votre expérience avec quelqu’un qui est en dehors de l’organisation où vous avez été maltraité(e).

Pour finir…

fille triste regardant loin seul assis à l'extérieur

Aucun type de harcèlement ne doit être ignoré et c’est pour cela qu’il est d’une importance cruciale de reconnaître vos sentiments et de trouver des moyens sains de gérer ces émotions.

Malheureusement, trop de gens essaient d’endormir leurs sentiments en se concentrant sur d’autres choses, telles que la nourriture, l’alcool, les drogues ou bien en s’acharnant au travail. Cependant, ce ne sont pas des moyens sains de faire face à une mauvaise situation.

Si vous voyez que vous n’arrivez pas à faire face à votre situation par vous-même, demandez à votre médecin général de vous recommander un professionnel dans le milieu.

N’oubliez pas que le fait de demander l’aide n’est jamais un signe de faiblesse, mais qu’au contraire, c’est une preuve de courage et de sagesse.