Skip to Content

17 Choses Que J’ai Ressenties Après Avoir Été Brisée Par Un Narcissique

17 Choses Que J’ai Ressenties Après Avoir Été Brisée Par Un Narcissique

1.La peur. Je craignais pour ma vie. Où que j’aille, j’avais peur qu’il me suive. Je jetais un coup d’œil furtif par la fenêtre et je me cachais derrière les arbres. J’étais terrifiée à l’idée qu’il puisse revenir.

2. J’avais l’impression que je ne redeviendrai plus jamais la même. Ma douleur psychologique était devenue physique. J’avais mal à la poitrine ; mon cœur battait la chamade.

J’avais mal, physiquement. J’avais du mal à monter les escaliers, j’avais le souffle coupé. Ses violences m’avaient rendue malade physiquement.

Voir aussi : 8 Choses Qui Se Produisent Lorsque L’on Rencontre Un Homme Bien Après Une Relation Toxique

3. Mon estime de moi était anéantie. Je n’en avais plus. J’étais angoissée, j’avais peur de tout et j’écoutais tout le monde sauf moi-même. Je m’en voulais de l’avoir laissé me briser. J’allais être incapable de me refaire confiance pendant très longtemps.

4. J’avais perdu ma dignité, je m’étais perdue moi-même. Je devais réapprendre à vivre comme avant, mais la route était difficile. J’en voyais le bout, mais malgré mes efforts, je n’arrivais pas à l’atteindre.

5. Je faisais des cauchemars, qui semblaient être réels et pleins de cruauté. Je me réveillais en hurlant son nom et en lui demandant d’arrêter en plein milieu de la nuit. Je pleurais avant de m’endormir à cause des choses qu’il m’avait faites.

Mes rêves n’étaient qu’une projection de la peur dans laquelle je vivais – la peur qu’il revienne.

Voir aussi : 5 Horribles Façons Dont La Fréquentation D’un Homme Toxique Vous Change

une femme, la tête baissée, est assise à côté de la jetée

6. J’étais à fleur de peau. Tout me bouleversait. La moindre petite chose me faisait pleurer. Sur le moment, ça semblait insurmontable. Comme si ça ne s’en irait jamais, parce que mon cœur et mon âme étaient incapables de supporter davantage de douleur.

J’étais telle une fleur délicate laissée à la merci d’un hiver glacial – une simple brise aurait pu me déchirer.

7. Chaque personne que je rencontrais était une menace potentielle. Non seulement, je n’arrivais pas à me faire confiance, mais je n’arrivais pas non plus à faire confiance aux autres. J’effrayais les gens bien, parce que je n’étais pas prête à laisser quiconque entrer dans ma vie.

Voir aussi : La Dure Réalité D’une Rupture Avec Un Narcissique (Et Comment Y Faire Face ?)

La vie semblait trop douloureuse, trop lourde à porter sur le moment et chaque personne que je rencontrais participait à ce sentiment. C’est comme ça que je voyais les choses.

8. J’essayais de dissimuler la douleur, le mépris, la rage et la colère qui ne cessaient de grandir en moi. J’essayais d’être normale. J’essayais d’être heureuse. Alors, je simulais un sourire, mais mes yeux racontaient l’histoire véritable. Mes yeux racontaient la vérité.

9. Je ne savais plus à quoi ressemblait le bonheur. Je n’avais pas ri sincèrement depuis très longtemps. Je n’avais plus été moi-même depuis très longtemps.

10. J’étais sur mes gardes. Je n’arrivais pas à laisser les autres s’approcher, de peur qu’ils me fassent du mal. Il m’avait brisée et m’avait mise plus bas que terre.

Voir aussi : Dans La Tête D’une Fille Ayant Été Brisée Par Un Psychopathe Affectif

la femme pense et regarde

Il m’avait entraînée dans ses ténèbres et maintenant que je voyais enfin la lumière, une lueur d’espoir, je n’aurais laissé personne mettre cela en danger. J’ai donc érigé de hauts murs, que personne ne pouvait abattre.

11. Je n’arrivais pas à sortir du lit. Je ne voulais pas. Je me sentais en sécurité, loin de tous. Je repoussais les gens qui m’aimaient et mon anxiété était devenue ma meilleure amie. Nous étions tout le temps ensemble. J’étais à un pas de la dépression. L’anxiété m’a tenue prisonnière pendant très longtemps.

12. Les gens qui m’aimaient se tenaient éloignés. Ils ne m’avaient pas tourné le dos. Je les avais rejetés, parce que je voulais être seule. Ils avaient compris que j’avais besoin de temps, et ils n’ont jamais abandonné.

Ils comprenaient que je ne pouvais pas oublier aussi facilement. Ils ont tenu avec moi ; ils m’ont laissé le temps.

13. Je me sentais jugée. J’avais l’impression que les gens me regardaient de haut et commentaient ma vie en secret. Je me sentais coupable d’avoir besoin de temps pour guérir, comme si j’avais mal agi. Mais j’en ai eu marre de tous ces gens qui n’avaient pas la moindre idée de ce que j’avais vécu.

14. J’avais besoin que quelqu’un me dise que c’était fini. J’avais besoin d’être rassurée. J’avais besoin que quelqu’un me dise que tout irait bien. J’avais besoin de savoir qu’à partir de maintenant, j’allais être en sécurité.

15. Je m’excusais pour la moindre petite chose. J’avais l’impression d’être responsable de tout ce qui arrivait autour de moi, je disais immédiatement que j’étais désolée ; quand bien même, je n’avais pas à le faire.

Voir aussi : Je Suis Célibataire, Car Un Homme Toxique M’a Été Suffisant Pour Toute Une Vie

une femme déçue se trouve au lit

J’avais pris l’habitude d’endosser toutes les responsabilités afin d’éviter d’être violentée, d’éviter les crises de nerfs et de le calmer. Tout était toujours ma faute, parce que s’il en était autrement, je finissais par en payer le prix.

16. J’avais l’impression d’avoir besoin de quelqu’un qui tienne ses promesses. J’en avais marre des mensonges et des déceptions. Si quelqu’un venait à me mentir, je préférais encore qu’il disparaisse.

17. Je vais avoir besoin de temps avant de pouvoir aimer à nouveau. Je ne sais pas quand j’en serai capable. Peut-être demain, peut-être après-demain, peut-être dans un an.

Voir aussi : Voici Ce Qui Se Passe Quand On Arrive Enfin À Se Débarrasser D’un Narcissique Manipulateur

17 Choses Que J’Ai Ressenties Après Avoir Été Brisée Par Un Narcissique

 

Stevunfick

Friday 10th of January 2020

Levitra Kaufen Austria Preis Propecia 98 Stuck Synthroid Without Presription [url=http://cialibuy.com]Buy Cialis[/url] Propecia Tijdens Zwangerschap